LES HEROS : DONKEY KONG Article rédigé par Blondex

Donkey Kong est certainement l’un des personnages les plus connus du jeu vidéo, juste derrière Mario. Le grand singe, avec une cravate rouge pour seul costume, a pourtant eu un parcours pour le moins atypique, puisque de statut de méchant, il est passé à celui de héros. L’histoire du personnage de Donkey Kong est donc avant tout celle d’une renaissance.



> Donkey Kong et Jumpman

Nous étions en 1981, Nintendo sort un jeu d’arcade culte à plus d’un titre : je parle bien sûr de Donkey Kong ! Ce jeu, conçu par Shigeru Miyamoto voit en effet les naissances de deux stars du jeu vidéo, Mario et Donkey Kong. Tout comme Mario a sa légende, le gorille n’est pas né sans qu’il n’y ait d’anecdotes à son sujet, mais laissez Père Blondex raconter ce conte aux petits enfants.

Il était une fois un singe qui devait s’appeler Monkey Kong, en référence à King Kong, mais une bête erreur de frappe transforma le M en D, et notre gorille s’appela finalement Donkey Kong ! Malheureux singe que notre Donkey Kong, puisque le mot anglais « donkey » signifie en français « âne », et même plus familièrement « idiot » !
- Ha Ha Ha ! rigolent les enfants.

Eh oui, pauvre, pauvre Donkey Kong ! Et en plus, tout le monde allait le détester ce singe, puisque le méchant gorille allait enlever la fiancée de Jumpman le charpentier !!
- Bouh, méchant Donkey Kooooong !!

Heureusement, Jumpman (alias Mario) va secourir sa bien-aimée, et Donkey Kong sera capturé.
- Et Mario et sa copine, ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ? demande Marine.
- Euh… C’est une autre histoire ! La suite pour une prochaine fois les enfants, maintenant c’est l’heure de la sieste !

Bon, maintenant qu’on est entre nous, je peux reprendre un ton plus sérieux !

Nintendo s’est clairement inspiré du personnage King Kong pour son jeu, et les bénéfices engrangés ont suscité la convoitise. Universal Studios intenta ainsi un procès dans le début des années 80 contre Nintendo pour avoir plagié l’œuvre King Kong ( et ainsi récolter des royalties pour l’exploitation de la licence ) mais perdit le procès : les avocats de Nintendo arguèrent en effet que la licence King Kong étant tombé dans le domaine public, elle était libre de droit, et la justice leur donnera raison.

Nintendo en profitera pour établir le parallèle avec le modèle King Kong, jusqu’au point d’inverser les rôles dans la suite, baptisée Donkey Kong Jr. Le fils de notre gorille part secourir son papa du méchant Jumpman qui l’a enfermé dans une cage. A noter que ce sera la seule fois que Mario jouera le mauvais rôle !

Le premier rival de Mario est ainsi plus bête que méchant, et après un Donkey Kong 3 anecdotique, le personnage sera longtemps laissé à l’abandon. Mario a changé entretemps de statut, passant du rang de simple héros anonyme à celui de star, ses aventures sont également différentes, et son ennemi Bowser est un vrai méchant patenté ! La place de vilain n’est donc plus libre pour le gorille. Donkey Kong est mis à la retraite.


> La renaissance de Donkey Kong

1994 est à plus d’un titre une renaissance pour le grand singe. Nintendo n’a en effet jamais oublié que le jeu Donkey Kong est une pierre fondatrice de son empire vidéoludique, et se décide à remettre son classique au goût du jour. Le gorille reprend ainsi du service pour le remake du jeu sur Game Boy. Il redevient alors le méchant qu’il a été, mais affronte cette fois un Mario bien plus fort qu’avant. Qu’à cela ne tienne, Donkey Kong mettra beaucoup plus de temps à s’avouer vaincu, dans un remake qui compte approximativement 20 fois plus de niveaux que l’original !

Mais la véritable renaissance du gorille se fera dans les locaux de Rare, un développeur anglais à qui Nintendo confie la licence Donkey Kong. Rare va faire du singe le héros de son jeu, et créer autour de lui un univers, une famille, des ennemis, les kremlings ( des crocos vraiment pas sympas ), et un méchant à affronter, King K. Rool.

Le résultat, on le connaît tous, il s’agit de Donkey Kong Country, l’un des jeux les plus marquants de la Super Nintendo. Techniquement, le jeu reste superbe, même à l’heure actuelle, et sa réussite parvient à éclipser Mario. Quelle belle revanche du gorille contre son rival de toujours ! Pourtant, Shigeru Miyamoto n’apprécia d’abord pas le travail effectué, estimant que la forme avait pris le dessus sur le fond du jeu. Il se ravisa ensuite, comme quoi nul n’est parfait !

Le design de Donkey Kong aura également subi un sérieux lifting après le passage chez Rare, et le singe ne connaîtra d’ailleurs plus de changements notables à partir de cette époque.

Le succès de Donkey Kong sera tel que le singe présentera les émissions jeunesse de France 2, avec une longévité salutaire ( 3 ans quand même ).

Paradoxalement, son plus grand rival ne sera pas le crocodile King K. Rool, le big boss du jeu, mais bien son acolyte, Diddy Kong le ouistiti ! Créé afin de permettre à un deuxième joueur de participer à l’aventure, Diddy ne va finalement pas devenir le Luigi de service, et fera équipe avec Donkey Kong, y compris pour le mode 1 joueur où l’on pourra intervertir les héros en cours de partie.

Eclipsé par son copain Diddy suite à un sondage effectué par Nintendo auprès des joueurs nippons, Donkey Kong sera ainsi enlevé dans Diddy Kong’s Quest, et le sera à nouveau pour Donkey Kong Country 3, cette fois avec Diddy. DK ne sera ainsi pas le personnage principal de sa propre série Donkey Kong Country, ce qui est tout de même un comble.

Drôle de renaissance donc, puisque l’histoire semble bégayer avec ce pauvre singe. Malgré tout, la cote de popularité de DK n’aura cette fois pas été affectée, puisqu’on le retrouvera rapidement prendre sa place aux côtés de Mario dans Mario Kart 64 !


> Un personnage incontournable de l’univers Nintendo

Depuis le succès de la série Donkey Kong Country, le gorille est devenu un héros plus que jamais populaire. Non content de ne rater aucun des jeux multijoueurs estampillés Mario, et ce depuis Mario Kart 64, les aventures de DK passent également à la 3D avec Donkey Kong 64.

DK aime ainsi s’inviter dans les univers des autres, mais quand il s’agit de son île, il reste avec les siens, que ce soit ses ennemis ou ses amis. Malgré le succès de Donkey Kong 64, le gorille sera employé dans d'autres styles de jeux, originaux mais souvent expérimentaux (voire un peu trop).

Du temps de la N64, Donkey Kong est d'abord concurrencé par de nouveaux personnages, issus de la seule imagination des studios Rare. Les nouveaux rivaux s’appellent notamment l’ours Banjo, et dans une autre mesure, Conker l’écureuil. Tous ces personnages ont pour spécialité le jeu de plateformes, entrant en interne directement en concurrence avec Donkey Kong. Ainsi, Donkey Kong 64 restera sans suite.

La raison de cette prise de distance de Rare avec Donkey Kong ne trouvera en fait son explication que plus tard, lorsque l’équipe anglaise sera rachetée par Microsoft. DK sera ainsi séparé de ceux qui l’ont fait renaître, pour retourner directement dans le giron de son père, Shigeru Miyamoto (qui rappelons-le avait toujours un droit de regard sur les productions Rare).

La transition ne se fit en fait pas attendre, puisque Nintendo continuera à produire de nombreux jeux sous licence DK. Seulement, l’orientation de ces jeux a notablement changé.

Outre les adaptations des jeux Donkey Kong Country sur Game Boy Advance, sort également sur le même support un jeu original, King of Swing, quoique limité. Et surtout, on retrouve notre gorille affronter de nouveau Mario dans le fort sympathique Mario Vs Donkey Kong. Plus de belle fiancée à secourir en revanche, Mario doit simplement récupérer les jouets à son effigie que lui a volé DK. Bon, c’est sûr que c’est bébête mais c’est déjà plus original qu’une fille à sauver, et cela correspond plus à l’image actuelle du gorille, plus farceur que méchant. Deux suites sont d’ailleurs sorties sur DS, avec toujours DK dans le rôle du "méchant", et des jouets Mario à contrôler au stylet ! La suite de DK - King of Swing est également sortie sur DS, sous le nom de Donkey Kong Jungle Climber.

Sur Game Cube, les choses seront différentes pour Donkey Kong, puisqu’il se retrouve nommé VRP des fameux bongos, ces tambours qui seront utilisés pour les jeux musicaux Donkey Konga. D’une certaine manière, c’est aussi l’affirmation que depuis sa renaissance en 1994, Donkey Kong aime se faire remarquer et être toujours à la pointe de l’originalité. Les bongos seront ainsi réutilisés pour Donkey Kong Jungle Beat, un jeu de plateformes, et aurait dû l’être également pour Donkey Kong Bongo Blast, un jeu de course initialement prévu sur Game Cube mais annulé au profit d’une version Wii, Donkey Kong Barrel Blast, et jouable uniquement à la wiimote.

La réédition de Jungle Beat en gamme « Play on Wii » sera elle-aussi entièrement jouable à la wiimote, ce qui est tout de même dommage, l'utilisation des bongos étant autrement plus fun ! Les tambours seront donc finalement peu utilisés, un semi-échec dont DK se relèvera sans dommages.

En effet, outre une apparition remarquée comme boxeur secret (et très difficile) dans le désopilant Punch-Out Wii, il n'aura simplement fallu qu'un retour aux sources pour que le gorille rappelle bien à ceux qui auraient pu en douter qu'il est toujours un des personnages les plus populaires de Nintendo. Et ce retour n'a pas été bâclé, loin de là, Donkey Kong Country Returns s'inscrivant dans la lignée de son illustre prédécesseur sur SNES - la véritable suite pour le duo DK-Diddy finalement ! Jouant sur la carte nostalgique comme a pu le faire Mario avec New Super Mario Bros, Donkey Kong reste cependant fidèle à son image de marque : quand son rival de plombier joue la carte du classique, le gorille privilégie le spectaculaire et le dynamisme.

Le succès sera plus qu'au rendez-vous, tant DKC Returns a été acclamé par la critique et les joueurs. Certes, Rare n'est plus aux commandes de ce volet, mais Retro Studios (en charge de la trilogie Metroid Prime, excusez du peu) a brillamment repris le flambeau et signe sans doute l'un des jeux les plus remarquables de la licence DK.

Adapté sur 3DS, DKC Returns est même dotée d'une suite sur Wii U en 2014, Tropical Freeze, plus explosive encore. Malgré les ventes décevantes de ce jeu, il n'y a pour autant pas vraiment de quoi s'inquiéter pour le stock de bananes du gorille !


> Un seul Donkey Kong ?

Vous l’aurez noté, il y a une nette cassure entre le Donkey Kong des années 80, et l’actuel. Tandis que le premier est bête et méchant, le second est sympa et super cool ! La renaissance est pour le moins curieuse.

Bien évidemment, officiellement, il n’y a qu’un seul Donkey Kong. Cependant, un détail sème quelque peu le trouble. Tout le monde le sait, Donkey Kong a un fils, Donkey Kong Jr., lequel a eu droit à son jeu ( voir plus haut ), et faisait également parti des 8 personnages de Super Mario Kart. Dans Donkey Kong Country en revanche, Donkey Kong est célibataire ( encore qu’on lui prête une relation avec Candy, la jolie guenon qui s’occupe du stand de sauvegarde ), passe son temps à manger des bananes, écouter de la musique, et traîner avec son copain Diddy. Mais alors, où est donc passé Donkey Kong Jr. ??

Comme de juste, DK a un grand-père ( ou un père si l‘on en croit la notice de Donkey Kong 64), Cranky, qui rabâche sans cesse que les jeux de son temps étaient bien meilleurs, écoute de la vieille musique ( celle de l’écran-titre du Donkey Kong original pour être plus précis ), et a gardé la sale manie de balancer des tonneaux.

Vous voyez où je veux en venir ? Certaines théories affirment donc que Cranky serait le Donkey Kong original ( d’où sa mise à la retraite ), et que le Donkey Kong actuel serait en fait Donkey Kong Jr. Une autre des nombreuses preuves avancées par les tenants de cette théorie montre que, comme de juste, DK a remplacé Donkey Kong Jr. dans Mario Kart 64. Selon eux, il n’y a pas eu de remplacement puisque ce sont les deux mêmes personnages.

Ces théories peuvent être tout à fait valables, mais elles ne mettent en lumière que des discordances parmi tant d’autres dans l’univers pour le moins illogique de Nintendo. Rappelons quand même que Shigeru Miyamoto n’est pas un adepte des suites logiques, puisque de son aveu même, il ne conçoit pas sa saga Zelda comme ayant une chronologie précise dans son ensemble, mais plutôt que chaque nouvel épisode constitue un recommencement.

Les fans de DK ont en tout cas de quoi s’arracher les cheveux, puisque Nintendo précise que le Donkey Kong actuel est le « rival de toujours » de Mario, ce qui sous-entend que le gorille du jeu d’arcade et des jeux de la série de Donkey Kong Country restent un seul et même personnage. Ces explications officielles sont très loin d’être convaincantes, et les seules valables avancées à l’époque par Rare ne sont actuellement pas de rigueur, Nintendo mettant un soin particulier à préciser que l’équipe anglaise n’était dès l’origine pas propriétaire de la licence DK, ce qui inclus les personnages et leurs histoires. L’apparition de Bébé DK dans Yoshi’s Island 2 sur DS va ainsi torpiller les éléments d’histoire apportés par Rare, et semer définitivement le trouble parmi les fans du gorille. Tant pis pour la logique !

Quant à Donkey Kong Jr., dont la dernière apparition remonte à Mario Tennis ( que faisait-il là d’ailleurs ?), Nintendo l’aurait simplement rayé de la liste des personnages Nintendo, coupant court à toute rumeur.

D’une certaine manière, et Donkey Kong en est le parfait exemple, Nintendo ne se soucie guère de l’évolution de la plupart de ses personnages, a fortiori s’ils sont originaires de l’imagination de Shigeru Miyamoto.

Le génie a ses idées quant au monde du jeu vidéo, estimant qu’un bon gameplay vaut mieux qu’une bonne histoire. Ne posez donc plus de questions, jouez, appréciez, et retombez en enfance !

Je vous laisse méditer là-dessus ! Bonne nuit les petits !!

A lire également : les avis sur les jeux Donkey Kong.
Dernière mise à jour le 01/11/2014
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux2Casino   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software