LES HEROS : LUIGI Article rédigé par Blondex

A n’en pas douter, Luigi est l’un des personnages les plus populaires de l’univers Nintendo, de nombreux puristes le préférant même à Mario. Sa présence a pourtant été pendant longtemps très largement occulté par son grand frère à la casquette rouge.

La légende de Luigi n’a rien d’une belle histoire, contrairement à celle de Mario : à l’occasion de la sortie du jeu Mario Bros en Arcade en 1983, il fallait un autre personnage que Mario pour le joueur 2. Compte tenu des limitations techniques de l’époque, il était plus facile de proposer un gugusse ressemblant pixel pour pixel à Mario, qu’un personnage totalement différent. La couleur verte de la salopette de Luigi résulte également de ces limitations ; c'est ainsi en puisant dans la palette de couleurs déjà utilisée pour les tortues qu'il fut décidé d'attribuer la couleur verte au frère de Mario. L’idée du nom de Luigi serait quant à elle venue (d’après une source officielle émanant de Nintendo) d’une pizzeria en face des locaux de Nintendo of America, nommée « Mario & Luigi’s ».

Ainsi est né Luigi, le Mario à la combinaison verte.


> Un personnage en quête d’identité

Luigi a d’abord tenu le rôle du frère « casse-pieds ». Toujours dirigé par le 2ème joueur, Luigi n’a d’autres buts que de battre son grand frère, que ce soit dans Mario Bros ou dans le moins connu Wrecking Crew ( un jeu sorti sur NES en 1985, et où le but consistait à détruire des murs ).

En 1985, avec Super Mario Bros, nos deux plombiers moustachus changent de statut. La présence de Luigi se justifie alors pour permettre de jouer à deux en alternance, mais si l'on se fie au scénario du jeu, le héros reste bien Mario, accompagné éventuellement de Luigi. Dès lors, la réputation du jeune frère est faite : peu enclin à l’aventure, notre Mario vert est en plus un froussard de première !
L’illustration sur la boîte de jeu japonaise de Super Mario Bros permet cependant d’identifier Luigi : un peu plus grand que Mario, moins gros, une moustache plus courte et plus fine.
Et dans le jeu, les choses n’ont pas changé pour lui : il reste un Mario en vert et blanc, contrôlé par le 2ème joueur.

Les sorties des Super Mario Bros 2 ( le vrai et le faux si l’on peut dire ) vont pourtant changer la donne, et forger une identité à Luigi. Dans le Mario 2 japonais ( que l’on connaît en Europe sous le nom de Lost Levels dans la compilation Super Mario All-Stars ), le jeu propose au départ le choix entre Mario et Luigi. Certes, Luigi n’a pas évolué graphiquement, mais dispose d’aptitudes différentes de celles de son frangin : il saute nettement plus haut, mais est aussi plus difficile à contrôler ( quel maladroit ce Luigi !).
Nous, c’est plutôt dans notre Super Mario Bros 2 qu’on a appris à mieux connaître Luigi. Il affiche cette fois un design différent de Mario, et surtout un air fantasque avec ses jambes qu’il remue quand il saute !
Ces deux jeux forgeront ainsi les éléments primaires de différenciation entre Mario et Luigi, dans leurs caractères comme dans leurs capacités, et chaque fois qu’il sera possible de différencier l’un de l’autre.

Une série de dessins animés américains, fort sympathique, et qui prit le nom de Super Mario Bros d’ailleurs, respecta scrupuleusement le cahier des charges. Se conformant à l’image que donnait Luigi dans les deux Super Mario Bros que nous connaissions par chez nous, le dessin animé fit de lui un personnage benêt, maladroit et froussard comme pas deux. N’y voyez pas d’insultes au personnage, c’est sa véritable nature ! Une nature qui séduit aussi de plus en plus, et qui sans prévenir commence à faire de l’ombre à Mario.

On aurait pu croire que cette tendance allait se confirmer, que Luigi afficherait toujours plus de différences… Ce fut tout le contraire ! Certes, on ne pouvait reprocher l’excellence de Super Mario Bros 3, mais Luigi redevient le Mario vert, aux caractéristiques identiques à celles de son frère.


> Un long passage à vide

Mario est au début des années 90 une superstar… Et Luigi est plus que jamais dans son ombre. Chaque nouveau personnage enrichissant le monde de Mario et l’univers Nintendo ne fera qu’éclipser toujours plus Luigi.

Super Mario Bros 3 offrira en fait à Luigi un retour en arrière avec la présence des batailles à la Mario Bros, comme si décidément, Miyamoto ne concevait pas Luigi autrement qu’en Mario vert.
Luigi sera pourtant bien présent dans Super Mario World, on compte toujours sur lui pour permettre à un deuxième joueur d’intervenir, mais cette fois, un nouveau personnage, que le joueur contrôle également, fait une première apparition remarquée : il s’agit de Yoshi, le dinosaure vert. On se souvient tous de cette première fois avec Yoshi, la joie immense de partir avec lui chevaucher à travers les Donut Plains, de gober les ennemis... Et Mario avec sa cape jaune ? Ah quel bonheur ! Et Luigi ? Difficile de dire autre chose que : « Ce n’était que le Mario vert ! ».

Les studios hollywoodiens s’empareront aussi de la licence Mario pour sortir un film bien curieux, Super Mario Bros. Oui, vous avez le droit de dire que le film n’est pas bon, moi je préfère dire « curieux » parce que pour l’enfant que j’étais à l’époque, ça m’avait plutôt amusé, même si le rapport avec le jeu est très éloigné. C'est vrai que ce long-métrage fait partie d'une longue série d'adaptations ratées de jeux vidéo en films, mais j'ai vu plus raté encore. Qui a dit « Street Fighter » ?

Vous avez gagné, je me suis égaré ! Je reprends : Mario ( interprété par Bob Hoskins, un bon acteur au demeurant ) est grosso modo le Mario attendu, avec sa moustache et son air bonhomme… Mais Luigi (interprété par John Leguizamo, autre bon acteur au demeurant ) est nettement plus jeune que Mario, n’a pas de moustache, est volontiers séducteur, tombe amoureux de la princesse, n’est pas maladroit et n’a pas froid aux yeux. Seule l’apparence fluette et la salopette verte semblent être les derniers points communs entre ce Luigi, et notre Luigi, le vrai.
Il fallait deux héros, pourtant le film aurait gagné à faire de son duo de frangins des Laurel et Hardy. Imaginez un seul moment un énergumène, fantasque et froussard, qui cause plus de soucis à Mario qu’il ne lui apporte de soutien. Et puis, face aux difficultés, se découvre le tempérament d’un héros l’espace de quelques minutes, pour ensuite commettre la maladresse qui refera de lui cet éternel loser. Là, le film aurait pu être réussi !

Si ce Luigi ne ressemble en rien à l'original, c’est aussi et sans doute parce que l’original, à l’époque, ne ressemblait plus à grand chose. Tombé en disgrâce suite à Super Mario World, Luigi s’offre malgré tout une apparition dans Super Mario Kart, où il dispose certes d’un dessin différent de Mario, mais ne se distingue toujours pas de son frère. Au milieu des 7 autres participants, Luigi ne ressort pas du lot.

Nintendo, à défaut de soigner la popularité en berne de Luigi, soigne en revanche son apparence à l’occasion de la sortie de Super Mario All-Stars en 1993 sur SNIN. Ainsi, dans Mario 1, Lost Levels et Mario 3, Luigi affiche fièrement son air de grand dadet ! Officiellement, Luigi n’est donc plus le Mario vert de service, et pour le plus grand plaisir de ses fans.

Il paraît alors évident que Miyamoto éprouve une certaine sympathie pour Luigi, mais malgré tout, il ne sait pas quoi en faire. Faire un jeu avec Luigi pour seul héros, cela va pourtant arriver, dans un jeu éducatif fort méconnu, Mario is Missing, lequel n’est pas signé par Nintendo. Luigi y affiche hélas son apparence de Mario vert de Super Mario World, et en plus le jeu ne porte pas son nom.

La chute se prolongera pour Luigi avec l’apparition d’un nouveau héros en 1994, Donkey Kong, le premier adversaire de Mario. Le jeu Donkey Kong Country réalise un tel carton que Mario lui-même sera provisoirement évincé !
Sans oublier le sympathique Super Mario Land 2 sur Game Boy sorti en 1993. Tout comme dans le premier Super Mario Land, Luigi est absent, mais le plombier à la casquette rouge va se faire un nouveau rival : son double maléfique Wario. Personnage haut en couleurs et tranchant avec l’univers lisse du monde de Mario, Wario va connaître un succès immédiat qui ne se dément toujours pas à l’heure actuelle. Problème : il entre en concurrence avec Luigi, même si ces deux personnages ne se sont jamais directement affrontés dans un jeu.

Le salut de Luigi ne passera même pas par le nouveau Super Mario World 2, alias Yoshi’s Island. Yoshi gagne ses galons de héros, et transporte sur son dos bébé Mario. Bébé Luigi n'apparaît quant à lui qu’à la fin du jeu, mais un détail sera éclairci. On croyait Luigi plus jeune que Mario, on découvre en fait que les deux frères… sont jumeaux !

Mais un jumeau bien fade, hélas ! Devenu personnage très secondaire dans l’univers Mario, derrière Donkey Kong, Yoshi, Wario, Bowser ou Peach, la présence de Luigi semble dorénavant superflue. La tendance est amorcée avec Super Mario RPG, le fameux jeu de Square que Nintendo a refusé de sortir en Europe par mesures de représailles envers l’éditeur.
Et à l’occasion du phénoménal Super Mario 64, le nouveau jeu de plateformes de la série, Luigi répondra une nouvelle fois aux abonnés absents.


> A Star is born !!

Super Mario 64 fut l’un des jeux les plus marquants de la Nintendo 64, et reste aujourd’hui une référence des jeux de plateformes en 3D. Paradoxalement, une question revenait souvent parmi les fans : Où est Luigi ?

Il y avait tout lieu de penser que le plombier vert ne servirait plus qu’à jouer les bouches-trous dans des jeux multi-joueurs, à commencer par Mario Kart 64. Néanmoins, il faut soigner l’arrivée de Luigi sur la nouvelle console. Super Mario 64 donna une voix si particulière à Mario ( « It’s me, Mario ! »). Pour rendre crédible la parenté entre les deux plombiers, c’est donc la voix de Mario, Charles Martinet, qui fera aussi celle du frère. Plus grave et moins assurée, la voix de Luigi va immédiatement plaire.

Luigi sera ainsi de tous les jeux estampillés Mario de la Nintendo 64 : Mario Tennis, Mario Golf, les Mario Party… Rien ne lui échappe ! Tandis que Mario se fait désirer, laissant la place aux productions Rare, comme Donkey Kong 64 ou Banjo-Kazooie, Luigi a gagné en popularité. Sa présence comme personnage secret dans Super Smash Bros aurait pu aussi lui conférer un statut de second couteau, elle motivera au contraire les fans à le débloquer… Et Nintendo d’avouer dans la biographie de Luigi que celui-ci est la star montante !

Et ce qui devait arriver arriva : Luigi a enfin son propre jeu, Luigi’s Mansion ! Il est alors de tradition qu’un jeu Mario accompagne la sortie d’une nouvelle console Nintendo, mais Super Mario Sunshine est encore loin d’être prêt. Il faut un autre jeu, et ce sera Luigi’s Mansion. Luigi devient la mascotte du lancement de la Game Cube !
Pour sa première aventure, Luigi crève l’écran, équipé de son aspirateur à fantômes. Plus froussard que jamais, Luigi fait preuve d’un courage… humain ! Comme tout un chacun, il n’est pas à l’aise dans le noir, claque des genoux et des dents, et sursaute au moindre bruit. Quand il se croit assuré d’être en sécurité, il sifflote le thème principal du jeu, et se permet des réflexions décalées !
Pourtant, à la recherche de son frère Mario disparu, Luigi ne lâchera jamais son aspirateur, traquant les fantômes jusqu’au dernier.

Luigi’s Mansion fait ainsi de son anti-héros l’un des personnages les plus humains de l'univers de Mario, à l’instar de Wario avec qui il partage décidément beaucoup de points communs.
Peu de temps avant en effet, Nintendo a doté Luigi d’un double maléfique… et Wario d’un frère ! Waluigi, fait ainsi une première apparition dans Mario Tennis sur N64, et sera ensuite présent comme bouches-trous indispensables dans les jeux en multijoueurs ( de Mario Party à Mario Kart ). Waluigi est d’ailleurs intéressant à plus d’un titre : plus que le côté obscur de Luigi, il symbolise en fait cette période sombre qu’a traversé le plombier vert, quand il n’était que le frère de… avant d’être vraiment quelqu’un. Véritable âme damnée de Wario, Waluigi n’a aucun jeu à son effigie pour le moment, et semble destiné à rester également un personnage secondaire de l’univers Nintendo.


> La consécration de l'anti-héros

Aujourd’hui, Luigi a un statut de star du jeu vidéo au même titre que Mario. Depuis sa première véritable aventure solo, Luigi ne rate que très rarement les grands rendez-vous et à l'exception de Super Mario Sunshine, s'incruste dans toutes les productions estampillées Mario, en jouant bien souvent un rôle clé.
Déjà, en guise de réparation d'une injustice, il intègre le remake de Super Mario 64 sur DS, accompagné de Wario et Yoshi. La libération de Luigi fait d’ailleurs partie des instants mémorables spécialement ajoutés pour cette version, où Mario, juste avant d’affronter le roi Boo, voit dans un grand miroir son reflet prendre l’apparence de Luigi.
Il ne fait plus de doutes que Luigi a dorénavant parfaitement trouvé sa place dans l'univers Mario ; c'est en fait celle qui était déjà la sienne dans le Super Mario Bros 2 original (et occidental aussi d'ailleurs), à savoir proposer une alternative de gameplay à Mario. Le plombier vert fait ainsi démonstration de sa vitesse de course et de saut supérieures à son frère dans Super Mario Galaxy, tout en rappelant aussi que sa maniabilité est plus approximative. Il se taille même un rôle plus conséquent dans le 2ème opus où il intervient plus souvent, et peut même remplacer plus rapidement Mario en cours de partie. Naturellement, on peut aussi le débloquer dans Super Mario 3D Land.
Face au gameplay traditionnel et parfaitement réglé de Mario, Luigi et son maniement plus fantasque est orienté pour les experts dans les Mario 3D, tandis qu'à défaut de se distinguer dans New Super Mario Bros Wii, il joue le rôle du Super Guide pour aider le joueur bloqué dans un niveau.

Le personnage n'est également pas délaissé, et se taille un rôle de premier plan dans Super Paper Mario sur Wii, dans lequel, hypnotisé, il rejoint le camp des méchants sous l'identité de Mr. L ! Il partage également la vedette avec Mario dans les 2ème et 3ème volets de la série Mario & Luigi sur DS (Les Frères du Temps et Voyage au Centre de Bowser), où ses défauts se font toujours plus flagrants, faisant de lui le ressort comique attendu du duo qu'il forme avec sa superstar de frère.

Malgré ce regain d'activité, Luigi reste toujours cantonné au second rôle, ce que de nombreux personnages de l'univers Mario soulignent d'ailleurs avec humour... Mais un second rôle à l'affût d'un nouveau jeu où il serait la vedette. Et 12 ans après Luigi's Mansion, l'anti-héros le plus froussard de Nintendo se voit enfin offrir la confirmation de sa consécration, en allant se frotter de nouveaux à des fantômes dans Luigi's Mansion 2 sur 3DS ! Pas sûr que cela lui fasse si plaisir que ça en fait, mais la célébrité est à ce prix. Une chose est sûre : il ne laissera personne lui voler la vedette !

2013 a été par ailleurs décrétée par Nintendo « Année de Luigi » pour célébrer les 30 ans du plombier vert : le lancement des festivités a par ailleurs commencé avec Luigi's Mansion 2, pour se poursuivre avec un DLC pour New SMB U intitulé New Super Luigi U, ainsi qu'un nouveau volet de Mario & Luigi sur 3DS, Dream Team Bros, dans lequel Luigi tient la vedette. Et aux rayons des clins d’œil, de nombreux mini-jeux bonus l'ont vu chiper la place de Mario dans des remakes de Mario Bros (Luigi Bros inclus dans Super Mario 3D World) et de Super Mario Bros (Super Luigi Bros, inclus dans NES Remix 2)... Sans oublier Dr. Luigi, point final des festivités, ainsi que, bien évidemment, l'excellent Super Mario 3D World dans lequel il est naturellement possible de passer toute l'aventure en sa compagnie !

Passée l'Année de Luigi, le jeune frère de Mario, regonflé à bloc, en a profité pour voler la vedette à tous les concurrents réunis de Mario Kart 8, à la faveur de son désormais célèbre regard de tueur (« Luigi's Death Stare »), dévoilant au passage une facette de sa personnalité qu'on n'imaginait même pas !


> L'étrange popularité de Luigi

Comment un personnage pixellement identique à Mario a-t-il pu gagner une telle popularité ? Les jeux ont été fait pour Mario (hormis Luigi’s Mansion ou les Mario & Luigi), ce qui a fait dire aux détracteurs de Luigi que celui-ci n’a d’importance qu’à travers son frère et ses aventures. Pourtant la cote de popularité de Luigi ne se dément toujours pas. A défaut d’expliquer ce phénomène, le mieux serait que j’explique pourquoi moi, je préfère Luigi. Au début Luigi ne m’a pas attiré. Je ne connaissais que Mario, et son frère n’apparaissait que comme une vulgaire copie pour le malheureux qui chope la deuxième manette. Et puis à force de jouer avec Luigi, je me suis attaché à ce personnage. C’est bien cet amour des « éternels seconds » qui a aussi forgé la popularité de Luigi.

Cet attachement s’est poursuivi dans Super Mario Bros 2. Je trouvais Luigi tellement rigolo, et autrement plus intéressant que Mario.

Et puis Mario est une vedette, avouez que c’est agaçant. Son frangin le suit presque tout le temps, sait faire les mêmes choses, parfois en mieux, parfois en moins bien, mais n’a pas le droit à la même reconnaissance.
Nintendo en fait un personnage maladroit et craintif, finalement plus humain que son frère, infaillible mais plus lisse.
Avec Mario, le petit gros toujours réjoui et sûr de lui, et Luigi, le grand distrait et rêveur, les frères Mario constituent aussi l’un des plus beaux tandems de l’histoire du jeu vidéo.

Dernière mise à jour le 01/11/2014
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Jeux2Casino   Jouer en ligne   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software