WESTERN ET JEU VIDEO Article rédigé par Blondex
Rapidement, faisons le tour de tout ce que peut évoquer le western : les cowboys et les indiens, les grands espaces, les jeux de saloon ou les rodéos… Et là, vous vous souvenez qu'étant enfant, vous rêviez d'être cowboy ! Aller, avouez, ce n'est pas la peine de cacher votre saloon Playmobil ou vos Lucky Luke, je les ai vus ! Le western propose aussi des thématiques fortes, dépeignant un monde dur et sans concession. Shérif héroïque seul contre tous les brigands recherchés plutôt morts que vifs, règlements de compte ou autres duels, autant d'aventures que peut vous faire vivre un jeu vidéo !

> Règlements de comptes au saloon

La fascination pour le Far West provient indéniablement de la place importante des westerns dans la culture populaire américaine et internationale, véhiculée notamment par les très nombreux films hollywoodiens. Dans les années 70 et 80, le genre est tombé en désuétude, mais reste une référence. Et si l'on fait le recensement des thèmes abordés par les premiers jeux vidéos, on retrouve bien souvent les sports, les courses, la science-fiction, les petits hommes verts… et les westerns !

Les plus notables, au départ, sont des jeux japonais. Le premier jeu du genre est le très célèbre Wild Gunman de Nintendo, sorti dans les salles d'arcade nippones en 1973. Se présentant comme des séquences de petits films interactifs (différents selon que vous gagnez ou non), le jeu vous oppose à toute une série de brigands à la gâchette rapide. Ais-je besoin de le préciser, il faudra dégainer votre six-coups plus rapidement que vos adversaires, et ne pas les rater.
Wild Gunman allait inspirer plus tard un autre jeu bien connu des habitués des vieilles salles d'arcade, Mad Dog McCree (1992), dont le principe est sensiblement le même, mais mis à jour.

Outlaw d'Atari, sorti en arcade en 1975 et adapté par la suite sur Atari 2600, se présente également comme un jeu de duel au pistolet, dans un style graphique plus proche d'un Pong cette fois.

Toujours dans le thème du gentil héros contre les méchants brigands, Sheriff de Nintendo (1979), vous propose d'incarner… un shérif, devant secourir sa bien-aimée enlevée par des brigands, thème ô combien classique et efficace ! Jeu sympathique, Sheriff se présente graphiquement comme un Space Invaders du Far West, et il faut juste un peu d'imagination pour voir le shérif seul au milieu de la ville attendant de pouvoir flinguer les malandrins retranchés dans les maisons.
A noter d'ailleurs que la seule adaptation connue de Sheriff sur consoles se trouve dans le désopilant Wario Ware sur Game Boy Advance, où un Wario tout en pixel noir et blanc prend la vedette !

Sega y est également allé de son jeu de shérif, avec Bank Panic, un jeu d'arcade sorti en 1983 au principe similaire à Hogan's Alley (tirer sur les méchants bandits et éviter de tirer sur les innocents).

Le western s'adapte aussi au shmup (le bon vieux shoot-them-up sur rail !). Si Wild Western de Taito est le premier à inaugurer le genre, on pense surtout à Gun.Smoke de Capcom. Là aussi, le même thème du shérif revient, adapté à une autre sauce. Chaque boss est ainsi un brigand recherché, dont la tête est mise à prix en introduction de chaque niveau… et une fois battu, voit son affichette trouée de balles !

Tirs, mais également action au menu d'un autre jeu populaire dans son genre, Sunset Riders de Konami (1991). Jeu de tir efficace et jouable à quatre, le jeu ne se distingue cependant pas par son originalité, tant dans le gameplay que dans l'histoire.

Au final, même si on peut considérer les jeux évoqués comme des classiques, ce ne sont en aucun cas des chefs d'œuvre, juste des titres sympathiques, par ailleurs tous adaptés sur consoles : la NES pour Wild Gunman, Gun.Smoke (également sur Commodore 64) ; Master System pour Bank Panic ; PC ou Philipps CD-i pour Mad Dog McCree et sa suite ; Super Nintendo et Megadrive pour Sunset Riders…

Ces adaptations n'ont pas forcément permis à ces jeux de connaître le succès ou une nouvelle jeunesse, l'essence même des originaux étant finalement d'être des jeux de salles d'arcade, ces saloons des temps modernes !


> Grands espaces et hors-la-loi

Usure du genre, effet de mode ou panne d'inspiration, le thème du western sera plus ou moins laissé à l'abandon du milieu des années 90 au milieu des années 2000.
A dire vrai, on ne dénombre qu'une poignée de jeux, tous supports confondus (y compris le PC) durant cette période, à commencer par Wild Guns, un jeu de tir sur Super Nintendo passé inaperçu, sans oublier les adaptations plus ou moins bonnes de Lucky Luke sur consoles, qui doivent plus leur raison d'être au succès de la BD.

Les studios japonais, qui étaient les premiers et les plus nombreux à s'intéresser au genre du western, avait en effet progressivement abandonné ce terrain, que les studios américains mirent du temps à se (ré)approprier.

C'est également durant cette période que naquit la série de RPG Wild Arms, initiée sur PS, et qui compte 5 volets (le dernier datant de 2006). L'inspiration western y est évidente, bien qu'elle soit mélangée à de la science-fiction (planète extra-terrestre, méchants aliens...), de l'héroïc fantasy (le premier épisode étant comparé en son temps à Final Fantasy VII) et de la culture manga.

Mais si l'on devait se limiter au western pur et dur, et non à la fantaisie, le seul jeu véritablement marquant sort sur PC en 1997 : Outlaws, de Lucasarts, par ailleurs très connu pour développer des jeux Star Wars. Bien accueilli, le jeu pouvait également se targuer d'être le premier FPS ayant pour thème le western, et qui plus est plutôt réussi. Hélas, en l'absence de suite, Outlaws tomba dans l'oubli.

Il faudra attendre l'arrivée de consoles plus performantes et d'une montée en puissance des studios américains pour revoir le thème du western repris dans la production vidéoludique.

Le milieu des années 2000 voit ainsi déferler la vague la plus importante de jeux inspirés du far west. Une déferlante toute relative certes, surtout comparé à l'ensemble de la production vidéoludique, mais jusque là sans précédent !

Comme un symbole de la passation entre studios japonais et américains, Red Dead Revolver sur PS2 et Xbox a été commencé par Capcom puis abandonné, avant d'être repris par Rockstar. Ce nouveau jeu marque également une attirance de plus en plus grande pour le mercenaire que pour le shérif ou le cowboy, signe d'un passage du genre à plus de maturité et de violence.
Considéré comme honnête et loué pour son ambiance fidèle aux westerns, le jeu ne cache en revanche pas une impression de bâclé, due à son développement chaotique.

Dans la même veine, Call of Juarez et Dead Man's Hand sur Xbox tentent de nouvelles incursions dans le domaine du FPS après Outlaws, mais avec pour chaque des succès commerciaux et critiques très mitigés.

On n'échappe pas non plus aux nanars authentiques, comme Samurai Western (qui vous met dans la peau d'un samouraï au far west), rappelant immanquablement un splendide navet, que je vous recommande de voir : Soleil Rouge, avec Alain Delon, Toshiro Mifune et Charles Bronson !

Le chef d'œuvre du genre aurait pu être Gun, du vétéran américain Activision, sorti en 2005 sur plusieurs supports (PS2, GC, Xbox, Xbox 360 et PSP). En effet, le jeu suscita une attente particulière en marquant l'introduction de la thématique western dans le genre « GTA-like ». Sur le papier, Gun promet ainsi une grande liberté d'action dans le déroulement des missions. Etonnamment, le jeu ne respire pourtant pas les grands espaces, les missions ne consistant qu'à traquer des hors-la-loi, et la quête principale étant courte.

Finalement, il semblerait que le premier véritable classique du genre ne se déroule pas dans le Far West américain, mais à Oddworld, le monde d'Abe et Munch. La Fureur de l'Etranger, du regretté studio Oddworld Inhabitants, mêle ainsi de l'action efficace à une aventure intéressante, tout en restituant l'atmosphère poussiéreuse d'un bon western.


> Le scalp de Visage pâle

De l'ensemble de la production vidéoludique ayant pour thème principal le western, on ne peut pas dire qu'elle marquera l'histoire du jeu vidéo. Tout juste peut-on affirmer qu'elle dispose d'un potentiel largement sous-exploité. Si le cinéma compte ainsi des westerns parmi ses grands classiques, on ne peut en revanche pas en dire autant du jeu vidéo.
A dire vrai, la courte période d'euphorie entre 2004 et 2005, qui a vu débarquer le plus grand nombre de productions d'envergure sur le thème du western, s'est soldé par un constat d'échec global. Hormis Red Dead Revolver, qui a connu un succès convenable, les autres jeux sont condamnés à rester dans l'anonymat. 2006 marque d'ailleurs la fin de cette courte euphorie, avec l'annulation de l'adaptation vidéoludique du film Le Bon, la Brute et le Truand.

La période qui a suivi a d'ailleurs été celle des vaches maigres, qui n'aura vu sortir que des productions sans grande ambition, à l'image de Wild West Guns de Gameloft, sorti sur WiiWare en 2008.

D'une manière générale, le jeu vidéo suit une tendance actuelle, où les nouveaux western sortent désormais épisodiquement au cinéma, et où les histoires de cowboys ne font plus rêver les enfants.
Le résultat se voit directement dans les étalages : on ne dénombre ainsi qu'une poignée ridicule de jeux de western sur l'ensemble de la production… et ce sur plusieurs années.
En parallèle, les traditions indiennes, empruntes de mysticisme, de magie et de mystères, semblent s'être faites une place plus importante dans le jeu vidéo, sonnant comme une énième revanche de ce peuple sur les cowboys.
Cela dit, on retrouve ces mêmes indiens dans des domaines très distincts, dont la science-fiction : la série Turok voit ses différents héros affronter des dinosaures dans un univers préhistorico-futuriste, et Prey confronte le sien à des extraterrestres. Nous sommes bien loin du western !


> Le train sifflera trois fois

La donne est peut-être en train de changer actuellement, avec l'émergence de deux licences. La première, c'est l'inattendue suite de Call of Juarez d'Ubisoft, jeu boudé à sa sortie. Le deuxième volet sous-titré Bound in Blood est sorti en 2009 sur PS3 et Xbox 360. Sans avoir connu un succès phénoménal, ce western-FPS aura malgré tout su se faire mieux remarquer du public et a reçu de bonnes critiques – ce que, dans un cas comme dans l'autre, le premier volet n'aura pas réussi à obtenir. Difficile en revanche d'affirmer maintenant que le succès d'estime de Call of Juarez – Bound in Blood pérennisera la nouvelle licence.

Ubisoft est par ailleurs plutôt attiré par le thème du western, puisque Red Steel 2 embarque le joueur dans un univers de far west futuriste bien différent de celui du premier volet, se déroulant dans un Japon contemporain.

Mais la deuxième licence en train d'émerger – que dis-je, de s'imposer comme une évidence, pourrait bien installer la thématique western plus durablement dans le paysage vidéoludique : impossible en effet d'avoir pu passer à côté de la sortie en 2010 de Red Dead Redemption, la suite de Red Dead Revolver. Non content d'avoir bénéficié des moyens les plus importants tant en terme de production que de publicité, le jeu de Rockstar (les développeurs de la série GTA), aura largement répondu aux attentes placées en lui, en recevant un excellent accueil tant critique que public.

En annonçant que Red Dead Redemption serait le GTA du far west, Rockstar n'avait pas menti, mais ne s'est pas contenté d'appliquer la formule qui a fait le succès de sa série vedette. En plus de signer un jeu restituant parfaitement l'ambiance du far west, Rockstar a également réussi là où deux précédentes productions (Gun et Red Dead Revolver) avaient échoué : offrir une sensation de liberté propre à réveiller le cow-boy solitaire en chacun de nous.


> Le rodéo du week-end

Certes, peu de jeux ont pour thème unique le western, cela ne veut en revanche pas dire que le jeu vidéo ignore complètement le sujet. On peut même dire que les morceaux les plus savoureux sont de courtes séquences dans des jeux aux univers parfois très différents.

La science-fiction intègre ainsi l'univers des cowboys très facilement sans que cela paraisse choquant, comme je l'ai précisé précédemment avec Oddworld – La Fureur de l'Etranger.

Earthworm Jim se délecte également de références au rodéo dans sa course spatiale dans les astéroïdes contre son rival Psy-Crow, mais avant lui, Mega Man se mesure à un robot indien, Tomahawk Man, dans un décor de Far West. Duke Nukem fera également une incursion dans le western avec Duke Nukem – Zero Hour sur N64.

Les jeux multijoueurs intègrent quant à eux assez souvent un univers western. Mario Party 2 sur N64 propose ainsi un plateau centré sur des jeux de cowboys, et Mario Kart – Super Circuit sur Game Boy Advance inclut un circuit dans un cadre ouest-américain (Sunset Wild).

Mais l'une des références les plus surprenantes au western se trouve dans The Legend of Zelda - Twilight Princess ! L'arrivée de Link au Village oublié envahi par des monstres aurait pu prendre des airs de Seigneur des Anneaux – ce que l'on pouvait penser légitimement compte tenu de l'univers héroïc fantasy des Zelda... Il s'agira en fait d'un remake de Règlements de comptes à OK Corral, où Link seul contre tous triomphera de ses ennemis jusqu'au dernier, dans un village déserté carrément inspiré des mythes du Far West !


> Lonesome cowboy

Que peut-on dire, au final, des jeux vidéo de western ? Globalement, l'impression est mitigée, car si le thème inspire toujours, il n'a pas souvent été parfaitement exploité. L'absence de licences fortes a été longtemps préjudiciable : on savait que le genre pouvait parfaitement se prêter aux jeux d'action, et quelques titres, comme Outlaws ou La Fureur de l'Etranger, ont su se montrer dignes de l'héritage des classiques du western, sans pour autant connaître le succès. Mais fatalement, avec une production confidentielle, les jeux médiocres voire mauvais sont également plus « remarqués » et jètent du même coup un discrédit sur l'ensemble des jeux de western.

Evidemment, Red Dead Redemption marque le début d'une nouvelle ère. Il ne fait aucun doute, compte tenu du succès du jeu de Rockstar, qu'une suite verra le jour (de nombreux contenus téléchargeables sont d'ores et déjà proposés) ; mais d'autres éditeurs suivront-ils le mouvement ? Il serait permis de le penser - certains comme Activision pouvant être enclins à retenter leur chance - même si pour l'heure, aucun projet n'a été annoncé.

A lire : les avis des jeux taggués "western".
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Jeux2Casino   Jouer en ligne   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software