LA WONDERSWAN Article rédigé par Le Kéké

La Game Boy est la console portable qui s'est vendu le plus dans le monde ! Elle a eu un telle succès que beaucoup de monde n'hésite d'ailleurs pas à appeler "Game Boy" n'importe quelle console portable. Dans ce dossier, je vais vous parler d'une console pas très connue par chez nous, mais qui a quand même réussi à faire un peu trembler la portable de Nintendo : il s'agit de la Game Boy de Bandaï, enfin je voulais dire la WonderSwan !


> La naissance de la WonderSwan

Nombreux sont les constructeurs à avoir voulu faire de la concurrence à Nintendo en sortant leur propre console portable sans réel succès ! Sega avec sa Game Gear, Atari avec sa Lynx, SNK avec sa Neo Geo Pocket... et tout récemment Sony avec sa PSP ! Mais en 1999, une console arrive sur le marché dans le but de concurrencer Nintendo, il s'agit de la WonderSwan, une console pas comme les autres puisque l'homme qui est à l'origine de celle-ci n'est autre que Gunpei Yokoi, le créateur de la Game Boy !
On peut alors se demander pourquoi Gunpei Yokoi voudrait faire de la concurrence à une console qu'il a lui même créée ? Pour la petite histoire, il faut savoir que Gunpei Yokoi est également le créateur de la Virtual Boy, qui a été le plus gros échec de Nintendo ! Après cet échec, Gunpei Yokoi décide de quitter Nintendo et de créer sa propre société, Koto Laboratories !
C'est alors que lui vient l'idée de créer une nouvelle console portable, l'objectif n'étant pas de produire une machine puissante mais une console qui permettrait d'apporter de l'innovation dans la manière de jouer ! Malheureusement, en 1997, Gunpei Yokoi décède suite à un accident de voiture, et c'est Yoshihiro Taki qui prend alors la direction de Koto Laboratories et décide de continuer de garder les exigences de Gunpei Yokoi en ce qui concerne la création de la console. Après plusieurs mois de travail, la WonderSwan est enfin créée !

Une console originale puisqu'elle a la possibilité de pouvoir se tenir horizontalement ou verticalement. Son écran est également un des plus grand de l'époque (6,3 cm de diagonale et une résolution de 224x114 pixels). La WonderSwan est très légère (93 grammes) et bénéficie d'une très grande autonomie puisqu'elle est capable de tenir une trentaine d'heures avec une seule pile LR6 ! Le seul inconvénient de la console sera son écran en noir et blanc alors que Nintendo à déjà commencé à commercialiser sa Game Boy Color... Mais rappelons que l'objectif n'était pas de créer une console plus "puissante" que les autres, mais surtout plus originale !


> Koto Laboratories rejoint Bandaï

Afin de distribuer au maximum sa WonderSwan, Koto Laboratories rejoindra Bandaï (un des plus gros fabricants de jouets aux Japon) qui avait justement l'intention de rentrer sur le marché des consoles portables. En étant distribuée par Bandaï, la WonderSwan bénéficie alors d'énormes avantages, notamment grâce à toutes les licences que possède la société (comme Dragon Ball, Saint Seya, Gundam et beaucoup d'autres). De plus, beaucoup de studios tombent sous le charme de la WonderSwan : on peut citer Konami, Capcom, Namco, Koei, Taito, mais aussi SquareSoft qui avait été interdit par Nintendo de développer des jeux pour la Game Boy suite à la trahison que SquareSoft lui avait faite en développant Final Fantasy VII sur la PlayStation.
Avec tous ces avantages en poche, la petite console de Bandaï est prête à faire face à la Game Boy, d'autant plus qu'à son lancement, la WonderSwan est distribuée à un prix très bas : 4800 yens soit environ 35 euros ! La Game Boy n'a qu'à bien se tenir !

La WonderSwan est commercialisée le 4 Mars 1999, et en une semaine ce n'est pas moins de 200 000 consoles qui sont écoulées. Il faudra attendre la sortie de la PSP avant de voir une console portable non Nintendo réussir un tel exploit ! La WonderSwan est donc un succès et Nintendo, qui n'aime pas trop qu'on fasse de la concurrence à sa petite Game Boy, ne va pas tarder à réagir !


> La réponse de Nintendo

Face à une WonderSwan qui se vend plutot bien, Nintendo va répondre immédiatement et annonce en 2000 l'arrivée de la Game Boy Advance ! Alors que la WonderSwan est en noir et blanc, Bandaï va devoir trouver un solution afin de pouvoir continuer à faire face à la Game Boy Color ! C'est alors qu'ils décident de créer une WonderSwan avec un écran couleur : la console se nommera tout simplement WonderSwan Color et sera commercialisée le 9 Décembre 2000 au prix de 6800 yens (environ 50 euros). La nouvelle console est bien sûr entièrement compatible avec les jeux de la première WonderSwan. La WonderSwan Color sera un succès notamment grâce au soutien de SquareSoft qui sortira un remake de Final Fantasy en édition collector, et ce seront pas moins de 300 000 WonderSwan Color qui seront vendues en quelques jours !

Mais Nintendo n'a pas l'intention de se laisser faire et bénéficie d'autres avantages. Nintendo dispose en effet du soutien d'un studio et pas des moindres, puisqu'il s'agit du grand rival de SquareSoft : Enix ! Enix va alors répondre à SquareSoft en sortant Dragon Quest III et quelques mois plus tard Dragon Quest Warrior II sur la Game Boy Color. SquareSoft, ne comptant pas en rester là, va sortir un remake de Final Fantasy II en réponse à Dragon Quest Warrior II. La lutte entre SquareSoft et Enix va bien sûr se faire ressentir au niveau des ventes de consoles. Bandaï va alors réussir l'exploit de vendre environ un million et demi de WonderSwan Color en un an ! Bandaï continuera de tenter de faire face à la Game Boy Color en utilisant au maximun ses licences, SquareSoft continuera d'apporter son soutien en sortant beaucoup de remake et Bandaï réussira même à avoir le soutien de Sony qui développera le WonderWave, un accessoire qui permet à la WonderSwan de pouvoir se connecter à la PlayStation pour certains jeux ! Bandaï aura donc tout tenté pour tenir face à Nintendo, mais la Game Boy Color se vend pourtant mieux, notamment grâce au soutien d'Enix !


> La fin de la WonderSwan

Finalement, la Game Boy Advance finira par arriver le 21 mars 2001. Bandaï se prend alors une énorme claque puisqu'en quelques mois, Nintendo réussit à vendre autant de Game Boy Advance que Bandaï aura vendu de WonderSwan depuis la sortie de la première version !

Bandaï tentera un dernier essai en ne développant pas une nouvelle console mais en sortant un version améliorée de la WonderSwan Color. Cette nouvelle version se nommera SwanCrystal, et sera commercialisée le 12 juillet 2002 au prix de 7800 yens (environ 57 euros). Cette nouvelle version est bien sûr toujours compatible avec tous les jeux des anciennes WonderSwan et bénéficie sur d'un écran TFT de très grande qualité. Mais cela ne changera rien pour Bandaï qui annoncera quelques mois plus tard qu'il ne produira des SwanCrystal qu'en fonction des commandes des distributeurs, et qu'il développera des jeux pour les consoles de Nintendo ! C'est le 18 Février 2003 que Bandaï annoncera officiellement l'abandon complet du développement des WonderSwan !


> Conclusion

Dommage que Bandaï n'ait jamais essayé de sortir sa console en dehors des frontières japonaises, mais il faut bien avouer qu'avec des jeux qui sont pour la plupart des licences de mangas, la WonderSwan n'aurait sûrement pas eu le même succès qu'elle a pu avoir au Japon ! On peut tout de même les féliciter d'avoir essayé de détrôner Nintendo sur le marché des consoles portables, mais Nintendo a montré que c'était lui et lui seul qui dominait le marché des consoles portables !
La seule console portable qui réussira à avoir autant de succès que la WonderSwan face à Nintendo n'est autre que la PSP de Sony !
Quant à Bandaï, la société a finalement fusionnée avec Namco pour devenir Namco Bandaï Holdings Inc.

ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Jeux2Casino   Jouer en ligne   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software