AER - MEMORIES OF OLD  
Suggestions
OUI, MAIS...
Twinsen Threepwood Après la "Grande Dislocation", un cataclysme sans précédent, les humains vivent désormais sur des îles flottantes, au delà des nuages. Poursuivant une tradition séculaire, la jeune Auk, une "changeante" - elle se transforme à volonté en oiseau - va parcourir un rite initiatique qui va tourner à la quête pour sauver le monde. Usant de son pouvoir de métamorphe, le joueur explorera un monde ouvert de toute beauté, où trois temples seront à parcourir aux travers de 4 heures de jeu. Mix évident entre Journey d'un côté et Zelda - Skyward Sword de l'autre, AER n'est pas mauvais, mais il n'est pas bon non plus. Techniquement très propre, artistiquement agréable, le jeu se parcourt sans déplaisir, c'est certain. Cependant, n'est pas Journey qui veut : son minimalisme ne s'accompagne ici d'aucune narration suggestive et manque le coche côté émotion. C'est juste vide. Autre gros point noir : le level design, notamment des îlots, est inexistant. Les donjons, quant à eux, demeurent très simples et se bouclent en 15 minutes grand max. Sans replay value ou quête annexe, AER déçoit. A petit prix, ça va, mais on se demande où sont passées les 7 années de développement pour arriver à ça. Moyen.
UN GRAND BOL D'AIR !
wizzy le Nerd Mélange un peu scolaire de Skyward Sword et de Journey, AER ne s'en démarque pas assez, ou trop rarement, mais reste néanmoins une excellente surprise (à petit prix) et surtout un très grand bol d'air ! Auk, notre personnage, se métamorphose à l'envie en oiseau. L'univers d’îlots flottants, aux douces couleurs pastels, se pare alors d'un effet de profondeur bluffant pour de splendides séquences aériennes. Les premières secondes, à battre frénétiquement des ailes, ont même réussi à soulever bien haut mon petit cœur. La map se révèle, par ailleurs, bien grande et est très agréable à parcourir, même pour flâner. En revanche, l'aventure est plus timorée, plus en retrait. L'histoire est naïve et jolie, pleine de clichés animistes déjà entrevus ailleurs. Les temples sont diversement inspirés et n'opposent aucune difficulté, avec des amorces d'énigmes et des débuts de labyrinthe. Le jeu aurait pu atteindre sans mal les étoiles, en proposant un peu plus de challenge. Néanmoins, bercé par une musique absolument sublime, je trouve ce rêve d'Icare particulièrement planant, le genre "loin du sol et bien au dessus des nuages". A jouer !
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software