CASTLEVANIA - HARMONY OF DISSONANCE  
Suggestions
BON, MAIS QUELQUES DEFAUTS
Blondex Un an après Circle of the Moon sur GBA, Konami récidive, cette fois sous la houlette de Koji Igarashi, l'un des artisans derrière le succès de Symphony of the Night. On ne change donc pas une formule qui plait, puisque vous devrez explorer le château de Dracula de fond en comble. Mes premières impressions sont pourtant mauvaises, car le système de jeu abuse à nouveau du levelling, à l'instar de Circle of the Moon, ce qui est une fausse bonne idée à mon sens. L’autre déception, c’est la réalisation technique générale, et c’est plus surprenant : les graphismes ne sont pas fins, et les couleurs mal choisies, ce qui donne un ensemble parfois… moche ! La qualité sonore est également inférieure au précédent volet, avec quelques musiques énervantes. L'avancée dans le jeu - un brin désordonnée - révèle cependant une aventure assez longue (2 châteaux "jumeaux" à explorer), des niveaux bien découpés et un level design tout à fait correct. Avec en plus des clins d’œil appuyés aux deux premiers Castlevania et à son héros Simon (disponible en bonus pour un Boss rush mode), ce Castlevania s’en tire finalement bien, mais Konami pouvait mieux faire.
OUI !
Mérode Second épisode de la série Castlevania sur GBA, Harmony of DIssonance nous met dans la peau de Juste Belmont avec pour objectif de récupérer les reliques de Dracula. Toujours dans l'esprit Metroidvania instauré par l'illustre Symphony of the Night, cet épisode garde globalement les mêmes mécaniques d'exploration et d'évolution action-RPG basées sur la récupération d'items et la montée en level. Les salles du château s’enchaînent entre énigmes et boss à terrasser. Il n'y a rien à redire, cette formule fonctionne toujours à merveille et le jeu, soutenu par la direction artistique de Ayumi Kojima, est très loin d'être honteux pour de la GBA, bien au contraire ! Seule la bande sonore est quelque peu discutable mais bon, le jeu s'appelle Harmony of Dissonance, on peut toujours mettre ça sur le compte d'un choix délibéré. Portable oblige, le jeu est moins vaste que son aîné Playstation ; quid du château inversé remplacé par un mode miroir de la bâtisse, mais il se rattrape avec un excellent concept de straff latéral du personnage via les gâchettes L et R de la console, permettant des combats à la frame faisant échos à des sensations de gameplay Versus-fighting. Jouissif à souhait !
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software