DOUBLE DRAGON 3 - THE ROSETTA STONE
Suggestions
LE SUMMUM DU RIDICULE
Blondex Remisés au placard, mes souvenirs de Double Dragon 3 NES, le vrai Double Dragon 3 sorti en arcade est, comment dire... Enfin, je ne pensais pas qu'on pouvait toucher le fond à ce point, mais The Rosetta Stone fait mieux : il creuse ! C'était pourtant un jeu en avance sur son temps : il fallait payer avec de vraies pièces pour débloquer 3 combattants supplémentaires (DLC avant l'heure) ou de nouveaux coups (système de « pay to win »). Techniquement en revanche, le jeu est très en retard sur son époque : à voir les mouvements saccadés du héros comme des ennemis, je me suis demandé si ça ne venait pas de l'émulateur (bah oui), mais le jeu est vraiment comme ça ! Et en plus, c'est moche et débile à en pleurer de rire ! Après 4 missions sans intérêt (avec des samouraïs au Japon et des gladiateurs en Italie), la dernière en Égypte est un feu d'artifices : musique d'église dans la pyramide, guerriers-arbres, et le combat final grandiose contre Cléopâtre... Au fond du fond du ridicule, le souvenir de ces quelques minutes partagées avec mon ennemie la momie, dans ce que j'appellerai la « Danse des coups de poings dans le vide ». Tellement nul que ça en devient de l'art !
DOUBLE ARNAQUE!
BillHimself Blondex a déjà pas mal décrit l’arnaque que représente ce troisième volet de cette franchise beat’em all que j’apprécie énormément. Il faut se pincer pour y croire : les développeurs ont intégré des mini-transactions au jeu pour débloquer le fameux coup-tornade, de l’énergie supplémentaire ou des personnages additionnels. J’aurais pu passer l’éponge si le gameplay était au rendez-vous mais non, les coups sont imprécis et manquent d’allonge, et le chrono défile à vitesse grand V. Bref, vite, pour m’en sortir je dois évidemment aller faire mes emplettes chez la blondasse qui va me vendre ses bonus pour « seulement un crédit » (je cite). Les graphismes sont eux en ligne avec les versions précédentes, mais sont en deçà de ce qui se faisait de mieux en 1990. Pour couronner le tout, l’animation est effectivement saccadée et le jeu semble tourner à 30 fps. Chapeau à Blondex d’être allé aussi loin dans le jeu, le samouraï déjà très coriace qui se transforme en 3 exemplaires à la fin du second niveau m’a décidé d’arrêter le foutage de gueule. C’est ce genre de conneries qui tuaient les salles d’Arcade !
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software