DRAGON QUEST - L'ODYSSEE DU ROI MAUDIT  
Suggestions
OUI !
Onishisima Jeu culte au pays du Soleil qui se lève tous les matins, dernier opus d'une série tout aussi mythique, Dragon Quest VIII arrive chez nous grâce à Ubisoft. Grand fan de RPG, amoureux de la patte Toriyama, tout était réuni pour passer un bon (et long) moment. Première impression: c'est magnifique (cell-shading sublime), c'est poétique (orchestre symphonique pour les musiques du jeu), bref, ça donne tout de suite envie. L'humour est omniprésent, les personnages hauts en couleur donnent d'ailleurs le ton d'une aventure déjantée et surtout passionante. Pour le gameplay, c'est du old-school: tour par tour basique, auquel on reprochera la non-prise en compte de certains points, comme l'agilité des personnages, même si le constat global reste bon. Seulement 4 personnages jouables, mais la personnalité de ceux-ci est très développée, les rendant attachants. Pas de fioriture, de costumes dignes de X-Japan, Toriyama fournit un travail soigné, simple et accrocheur. Le jeu est très long, le levelling ardu et la difficulté parfois mal dosée. Peut-être moins impressionant qu'un FF7, DQ8 n'en est pas moins un des tous meilleurs RPG, de par son univers enchanteur, son scénar béton, et cet humour!
NON !
Bowser Premier Dragon Quest sorti en Europe et par la même occasion, première fois que je joue à cette série dite mythique. Je m'attendais à quelques chose d'unique... Eh bien ma déception fut aussi grande que mon attente ! Le jeu est d'un classicisme effarant : un système de combat banal, des relations entre des personnages archi-déjà vus et sans profondeur... Un déroulement scénaristique navrant, qui se résume à un schéma simple : "Nouveau village > Problème > Donjon". Une difficulté mal dosée, des heures de levelling sont obligatoires pour progresser, rendant le jeu d'un ennui crevant. Les musiques, bien qu'orchestrales dans cette version PAL (contrairement à la version Jap'), sont anecdotiques. Les donjons sont inintéressants, des énigmes bien trop rares... Reste un monde vaste, magnifique et un character-design excellent. Au bout d'une quarantaine d'heures de jeu, je n'ai plus eu le courage de me forcer à poursuivre cette aventure... Dragon Quest 8 est donc une bien belle coquille vide, des beaux graphismes mais des mécanismes datant de Mathusalem. A réserver aux fans.
OUI !
Romain Premier Dragon Quest à arriver jusque chez nous, ce huitième épisode, renommé "L'Odyssée du Roi Maudit" pour l'occasion, va vous emmener dans un aventure extraordinaire. Dhoulmagus s'est emparé d'un sceptre magique et a jeté un sort sur le royaume, le château est recouvert de ronces et les habitants ont tous été pétrifiés. Seul un personnage a réussi à éviter le sortilège. Quant au Roi Trôde, il a été transformé en crapaud et la princesse en jument. Il va donc falloir retrouver ce Dhoulmagus et lui régler son compte afin que tout redevienne comme avant. Pour pouvoir faire face à ce Dhoulmagus, il va falloir entraîner vos personnages et pour les faire monter en niveaux, il faudra faire pas mal de combats. Le jeu alterne entre les phases de jour et de nuit, les ennemis étant bien sûr un peu plus puissants la nuit. Lorsque vous perdez un combat, vous n'êtes pas obligé de tout recommencer, par contre vous perdez la moitié de votre argent, mais heureusement des banques sont disponibles pour que vous puissiez déposer vos gains et éviter de les perdre. Un excellent titre, auquel tout fan de RPG se doit de jouer !
OUI !
Wave On peut difficilement ne pas applaudir la direction empruntée par ce huitième opus. Il est en effet très rare qu'un Dragon Quest se montre bluffant d'un point de vue purement technique (cela n'était plus arrivé depuis la Super Famicom) et dans le cas présent, la claque est monumentale. Il ne vous reste plus alors qu'à vous délecter de ces merveilleux paysages tout en arpentant les terres sauvages de ce monde ouvert gigantesque. Mais cet appel à l'exploration n'est évidement pas la seule nouveauté car, si toutes les mécaniques de ce monstre sacré sont restées en place, nombre de petites choses viendront enrichir l’expérience. Que ce soit dans l'équipement directement visible sur vos personnages, les combats de monstres ou l'alchimie, L'Odyssee du Roi Maudit semble apporter un peu de fraîcheur à une série qui campait obstinément sur ses positions. Un constat d'ailleurs renforcé par les versions occidentales qui optent pour une bande sonore orchestrale et des menus autrement plus fouillés, choses absentes dans les copies japonaises. Une excellente surprise en somme, à consommer sans modération, que vous soyez ou non un féru de la série.
OUI !
Destructor On peut dire que j'ai pris mon pied pendant ma longue quête (128 heures) de ce jeu ! J'ai été ravi par sa profondeur, le carnet de monstres (+ de 250 décrits) et les options en tous genres. Les combats sont par contre vite répétitifs et la panoplie d'actions disponibles tourne rapidement en rond... La difficulté du jeu - à part les quêtes dragoviennes - m'a toutefois laissé sur ma faim. La quête manque de challenge, de boss coriaces, dommage. Mention spéciale à la séquence de fin (+ de 30 minutes !). Une très bonne expérience.
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software