FINAL FANTASY VII - REMAKE
Suggestions
OUI !
Twinsen Threepwood 23 ans... Peut-on seulement réaliser l'attente et l'émotion entre la sortie du plus grand jeu de tous les temps et l'arrivée inespérée de son remake ? Les mots me manquent. FFVII Remake brandit son nom avec noblesse. Plus qu'une refonte visuelle, nous assistons ici à une réinvention totale de l’œuvre originelle et à une renaissance d'une profondeur inégalée dans l'Histoire du jeu vidéo. Midgard, cette "Zalem" dystopique, fruit de toutes les aliénations de l'Homme ; Cloud, le mercenaire taciturne ; Avalanche... Et Aerith, mon Aerith. Ils sont tous là ! Quel bonheur et quelle claque ! Le rendu est incroyable, entre une technique poussée à son paroxysme et une D.A qui délivre des tableaux d'anthologie à chaque seconde. L'expérience confie au vertige, tant la narration et ses nombreux ajouts donnent de l'ampleur et de la folie à cet univers. Et cette musique ! Entre réorchestration et nouvelles pistes à tomber à la renverse, il n'y a aucun équivalent. Le système de combat confie au génie. Qu'importent une aventure tronquée, les quelques longueurs, les side quests futiles ou le final complètement craqué : FFVII Remake remet Square au sommet du jeu vidéo, tout simplement. Chef d’œuvre !
HISASHIBURI DANA CLOUD
Mérode En 1997, FF VII nous exposait la mégalopole de Midgard à travers ses décors et ses personnages schématisés d'une façon charmante. Aujourd'hui avec sa 1ère partie du projet FFVII Remake, c'est un grand saut réaliste que l'on fait au cœur de cette cité cyberpunk et crasseuse, où le rapport de force est pyramidale. A travers une lutte à mort entre Avalanche et la Shin'ra, Cloud et Tifa seront les témoins de meurtres de masses, d'eugénisme et de tout un tas de saloperies plus actuelles que jamais. Réinventer le mythe, c'est le pari fou de Y. Kitase et sa bande, qui nous offrent les moments magiques tant désirés (le bar du 7ème ciel, l'église d'Aerith, Wall Market, le pilier, la tour Shinra, l'Autoroute...), mais le jeu module aussi la trame originale, et ce de manière très énigmatique sur la fin, suscitant de ce fait pas mal de questions et de curiosité. Avec un gameplay d’orfèvre basé sur les mécaniques de l'original (matéria), de Seiken Densetsu 2&3 (la pause) et de FFXIII (section ATB et Choc), un travail sonore riche et osé, une linéarité mais au service d'une mise en scène admirable et un final digne d'un Advent Children jouable, ce remake est aussi impressionnant que surprenant.
QUE C'EST BEAU !
Shakunetsu Square Enix rend honneur à la PS4. C'est beau, détaillé, étoffé, travaillé, fluide. Une merveille visuelle de la première à la dernière image ! Et quelle ambiance ! Quelle bande-son ! C'est rafraîchissant, féerique. Voila ce qu'aurait dû être Shenmue 3 ou RE3 en termes de finition et de développement (j'ai bien conscience que ce sont des univers complètements différents). Ce jeu pointe du doigt tous les éditeurs qui ont bâclé leurs jeux en montrant de quoi est capable une PS4. C'est beau comme du God of War et c'est prenant comme du Red Dead. Le tout en nous offrant une vision nouvelle d'une histoire déjà existante. Avec en plus un gameplay et des menus au top, c'est comme le dit Mérode, du Advent Children jouable. L'IA sur les lèvres des personnages, la mako qui fluctue dans les materias, les jeux de lumières, l'acting (même les PNJ sont travaillés tant au niveau des dialogues que de l'apparence ce qui procure une immersion totale). Action, humour et émotions pour un prix nettement abordable par rapport à la moyenne. Vivement La suite ! Une nouvelle saga qui ornera les ludothèques de plusieurs générations. Coup de maître ! Voila à quoi devrait ressembler tout jeu digne de ce nom.
OUI, MAIS...
Iglou J'aurais voulu aimer FFVII Remake. Malheureusement, le jeu a failli me tomber des mains plusieurs fois. Et pourtant, tout avait si bien commencé. Les 5 premières heures de jeux sont remarquables, rythmées, magnifiques, et se permettent d'ajouter un chapitre sur un personnage secondaire donnant encore plus de corps au lore du jeu. Mais c'est après ça que tout s’effondre, car adapter 8h de jeu original en 30h, cela va forcément se faire au détriment du rythme. Là où l’œuvre originale enchaine les moments de bravoure sur la partie de Midgard, le remake va étirer en longueur au maximum chaque scène, prouvant au passage que comme un certain Hobbit, le "plus" n'est pas forcément l'ami du "bon" quand on n'a pas la matière. Heureusement, le jeu est rattrapé par un très bon système de combat (quoique sous-exploité hors des boss), mais c'est surtout son écriture qui m'a fait tenir jusqu'au bout, avec des moments déjà cultes comme le Wall Market, ainsi qu'une caractérisation des personnages réellement réussie (mention pour Aerith, le personnage le mieux retravaillé). Square Enix manque le coche de peu, alors j'y crois encore pour la suite, mais attention, ça sera la dernière fois !
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software