FANTASIA
Suggestions
NON !
Satanos Un OVNI dans la licence des jeux Disney chez Sega ! On était habitué à Caste of Illusion, Quackshot, mais là c'est un désastre. Malheureusement, ce jeu est bien de chez nous, développé par Infogrames... Bon d'accord, les graphismes sont assez jolis et on retrouve pas mal des personnages du dessin animé musical. Mais ici l'histoire s'est fait la malle on ne respecte plus le scénario : on voit juste les personnages du film et ça frappe aux yeux, on ne comprend rien ! Visiblement on tourne dans 4 niveaux en boucle pour ramasser des trésors, qui au bout d'un certain nombre comptent comme une note de musique retrouvée. Il s'agit donc de toutes les retrouver pour finir le jeu. L'animation est superbe mais détériore complètement la jouabilité... Mickey amorce ses sauts pour les louper, ou il ne répond pas à chaque tapotement de manette. Enfin la musique est aigue et criarde, elle agresse violemment les oreilles et la difficulté est exaspérante ! Mickey dispose de 4 coeurs mais ceux ci fondent au contact d'un ennemi... c'est un peu comme s'il n'avait pas de seconde chance...
NON !
wizzy le Nerd Fantasia, le film, est un rêve éveillé avec des séquences d'animation d'anthologie, le tout servi magistralement avec de grands thèmes de la musique classique. Fantasia, le jeu vidéo, se trouve à l’extrême opposé de ce que pouvait être le film : un cauchemar dont le joueur ne sortira pas indemne. Avouons que les décors et l'animation restent tout à fait dans l'esprit Disney, et font illusion durant les premières minutes du jeu. Le problème, c'est ce level design fait du hasard, ces plates-formes random dans les décors et ces ennemis un peu partout histoire de masquer le vide ludique. Les défauts se ramassent ainsi à la pelle au fur et à mesure de la découverte : hitbox au petit bonheur la chance, sauts à l'aveugle (je déteste ça plus que tout au monde), des éléments au premier plan qui empêchent de bien voir l'action, une difficulté sadique... La musique, grande pourvoyeuse d'émotions dans le film, est ici massacrée avec des sonorités métalliques que crache cette pauvre Megadrive. Comme le joueur, Mickey, dont les munitions sont limitées, se traîne dans cette odyssée pénible, pas très aimable et dans laquelle le game over sera le seul réconfort, la seule porte de sortie.
NON !
Twinsen Threepwood J'étais un peu surpris de voir passer récemment un avis négatif sur Fantasia sur Megadrive. Je n'ai jamais fait le jeu, mais je me rappelle avoir bien lorgné dessus enfant dans les vitrines des magasins, après avoir vu les merveilles que proposait Mickey Mania ou World of Illusion. Aussi je me suis lancé dans une partie du jeu, et dès l'écran titre, j'ai compris. L'explication ? Un merveilleux mot : Infogrames. Des frissons m'ont immédiatement parcouru l'échine. Clairement, et c'est même rigolo, ce jeu est un copier/coller de Spirou et de son style : même éditeur, même réalisation, mêmes problèmes de gameplay, la partie bruitage semble être un copié collé. Si graphiquement, c'est plutôt pas mal, il y a TANT de problèmes de level design que le jeu devient de suite (et même en mode facile) ultra chaud à parcourir. Finir le premier niveau en un morceau a été un sacerdoce, donc je n'imagine même pas pour un bambin, cible de choix pour la souris de Disney. Comme Tintin ou Spirou, Fantasia est une odieuse proposition d'un éditeur aussi peu scrupuleux que talentueux, et qui ne mérite que le mépris. Mention spéciale aux pouvoirs magiques (nuls) qui ne se rechargent pas quand on meurt...
NON !
Retro Kidz Au début, j'entends la même musique d'intro utilisée que pour Dark Castle et je pense en moi-même : "Me dites pas que ce jeu va être difficile lui aussi !". Eh bien figurez-vous que si ! Dès le premier niveau, on n'a pas le temps de faire 3 pas, que le jeu nous enchaîne direct une vie perdue plus vite que l'allumage de la console. Les graphismes sont très beaux, avec des décors en relief, mais qui nous cachent bien souvent la vue et donc, nous coûte des cœurs quand un ennemi s'y cache sournoisement. Mais bon, si ce n'était que la difficulté le problème... Mickey n'aide pas non plus, un vrai papy dans ses déplacements et ses sauts horribles. Le combo gameplay mauvais + difficulté trop grande (n'oublions pas que ce jeu était adressé à des enfants tout de même !), fait que ce jeu est à oublier parmi les titres Sega et Disney.
NON !
Blondex Parfois, on se demande où peut se situer le besoin d’adapter n’importe quelle œuvre de cinéma – notamment Disney – en jeu vidéo. Surtout Fantasia, qui est une expérience musicale avant tout. La licence devait en tout cas être suffisamment abordable financièrement parlant pour que le tatou d’Infogames y appose sa vilaine papatte. Et chez Infogrames, on ne sait faire que des jeux de plate-formes. On le fait mal, certes, mais on ne fait que ça. Ajoutez à ce savoir-mal-faire, le processeur son de la Megadrive, et vous pourrez ainsi ouvrir en grand les portes de l’Enfer ! Évidemment, le premier niveau commence avec cette fameuse séquence de L’Apprenti Sorcier, suivie des douces sonorités génésiennes de Casse-Noisette, qui n’a jamais aussi bien porté son nom. 10 minutes plus tard, déjà des crampes aux mains, des crises de nerfs, des acouphènes, et le constat qu’Infogrames s’est surpassé comme jamais, littéralement en roue libre sur l’intégralité d’un jeu extraordinairement difficile et frustrant. Avancer dans ce jeu – voire le finir – suppose forcément de signer un pacte avec le Diable, mais quitte à lui vendre votre âme, autant le faire pour une bien meilleure raison.
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux2Casino   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software