ASSASSIN'S CREED - UNITY
Suggestions
OUI !
wizzy le Nerd Ô joie de découvrir Paris dans la tumulte de la Révolution Française. Unity nous propose ce voyage dans le temps avec une réalisation de très haute tenue (la majorité des vilains bugs a été corrigée depuis la sortie). Les monuments, Notre Dame en tête, sont magnifiques de réalisme, les rues grouillent de vie et d'agitation. L'athmosphère est prenante, grâce à une pléthore de missions secondaires que l'on enchaînera avidement et sans aucun temps mort (à un ou à plusieurs). A un point tel que l'histoire principale apparaîtra bien mince pour le joueur jamais rassasié. Notre héros, Arno, est clairement le meilleur freerunner de la série, bondissant avec grâce et se réceptionnant partout où il est possible. Le manier sur les toits de la capitale est un immense plaisir. En revanche, c'est un piètre combattant : la moindre erreur à l'épée et le voilà transpercé de toute part. Une bonne chose car ça nous oblige à être le plus discret possible. Après 8 épisodes, Unity n'est pas l'épisode de trop pour moi, c'est un jeu amusant, très immersif, dont l'ambiance, saisissante, renoue avec l'esprit urbain des 2 premiers opus.
OUI !
Dunst Unity nous transporte dans Paris, un Paris révolutionnaire où les rue sont remplies de passants qui se bousculent, crient, volent, agressent, manifestent, débattent de guillotine, de royauté, de pouvoir, etc. L'ambiance est là et j'adore, les monuments parisiens sont majestueux et les escalader est jouissif. Arno est un des assassins les plus agiles et maniables, et il faut bien ça. Le jeu met l'accent sur l'infiltration plus que sur les combats (à 1 contre 5, on est vite dépassé) ce qui me correspond très bien. L'histoire bien que sympathique n'est pas nouvelle, par contre les récits parisiens qui s'entremêlent parfois sont particulièrement réussis et participent à l'ambiance révolutionnaire de l'époque. On passe donc d'assassin à enquêteur pour résoudre des meurtres, garde du corps, voleur, révolutionnaire et pourquoi pas protecteur de royalistes. La principale extension se déroule plus tard et dans une ambiance sombre et mélancolique très sympa, j'ai juste regretté que le passage de l'un à l'autre ne soit pas simplifié, car l'ayant lancé par erreur je me suis retrouvé sans retour arrière possible pendant plus d'une heure de jeu.
OUI !
Romain Direction Paris à l'époque de la Révolution Française pour cet épisode d'Assassin's Creed. On se retrouve aux commandes d'Arno, un jeune assassin qui n'a d'yeux que pour la jolie Elise. Une seule ville à explorer cette fois, mais le terrain de jeu est quand même assez énorme, et on trouve tout un tas d'activités à faire en dehors des missions principales. Des activités qui permettront notamment de gagner de l'argent pour s'acheter un meilleur équipement et ainsi augmenter le niveau d'Arno. A ce propos, il est d'ailleurs possible de dépenser de l'argent réel pour progresser plus vite, c'est nul, mais heureusement rien d'obligatoire. En tout cas, on prend un réel plaisir à explorer la ville, et mention spéciale pour les quelques séquences qui se déroulent à Paris sous une autre époque, notamment une séquence vraiment exceptionnelle ! Malgré les nombreux épisodes, Assassin's Creed reste une licence toujours aussi passionnante, avec une ambiance vraiment au top !
OUI, MAIS...
Twinsen Threepwood Réalisé par le studio à l'origine de la saga, Unity, l'épisode tant attendu sur la Révolution française, voit le jour au bout de 4 années de développement. Symbole voulu du renouveau et premier épisode sur next gen, le jeu se fait plomber par une sortie calamiteuse de part ses trop nombreux problèmes techniques. Un gros patch et des années plus tard, j'attaque enfin cette aventure. Se déroulant quelques secondes après la fin de Rogue (auquel il n'a pas malheureusement pas l'idée de donner suite), Unity subjugue par la richesse et la complexité de Paris, ville folle emplie de violence où les foules s'amassent de façon impressionnante. Mais les problèmes demeurent : running empli de bugs de collisions, IA tournant au ridicule dans les phases d'infiltrations, quêtes secondaires bâclées noyant son propos, Unity désarçonne. Pourtant, par la beauté de ses intérieurs (l'extérieur reste jolie mais fait très old gen), ses personnages bien croqués (mais peu exploités), son système de combat maîtrisé et son scénario réussi, Unity sauve les meubles. Bravo également aux phases de faille temporelle, gros délire s'avérant finalement le meilleur moment du jeu. Un jeu maladroit, mais généreux.
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software