ASSASSIN'S CREED - SYNDICATE  
Suggestions
FUN, MAIS...
wizzy le Nerd Les insolents jumeaux et assassins, Jacob et Evie Frye, décident de leurs propres chefs de mettre le boxon à Londres. Avec ses cheminées crachant leurs fumées au loin et le fog qui nimbe Big Ben et la Tamise, le Londres de l'époque Victorienne est parfaitement reconstitué. On s'y croirait. Côté background, le jeu lorgne du coté de "Gangs of New York" avec ces bandes rivales qui s'affrontent à coups de hachoir. Mater l'adversaire pour libérer les quartiers est une bonne idée, d'autant que les bastons de rue et les séquences d'infiltrations sont très réussies. Mais dommage que ces missions aient une forte tendance à se répéter. Côtés nouveautés, tous les ajouts sont amusants même si on peut leur reprocher de ne pas être crédibles pour un sou. Le grappin nous permet de faire de la tyrolienne entre deux bâtiments sur une bonne centaine de mètres (!) et les calèches, à fond les ballons, détruisent tout sur leurs passages comme de véritables chars d'assaut. Neuvième de la série, Syndicate est au final un jeu bien fun avec une pléthore de choses à faire. Reste que je ne peux pas m'empêcher de comparer et de lui préférer les épisodes précédents, plus sobres et plus subtils à mon goût.
OUI, MAIS...
Twinsen Threepwood Unity a été un désastre pour le studio-star de Montréal, c'est donc au jeune poulain d'Ubi-Québec de faire ses preuves avec Syndicate, son premier épisode à part entière. Pour ne pas répéter les problèmes et répondre à la fenêtre de sortie, Syndicate épure son univers : pas de foules à gogo pour éviter les bugs, pas de ruelles complexes pour stabiliser (avec succès) le running, pas de chemins de traverses pour éviter les intérieurs à faire, pas de coop online... Syndicate ne propose pas, il simplifie. Quelques ajouts néanmoins : déplacements en calèches, car-jacking et guerres de gang piqués à GTA (bof), grappin à Batman Arkham (oui !). Artistiquement, le rendu reste correct avec ce Londres crédible en proie à la folie industrielle de ses usines et ses enfants-esclaves mais foire avec des quartiers graphiquement inégaux. La musique de Wintory est par contre une réussite. Côté combat, esquive et parade sont fusionnées pour un résultat étrange. Le scénario, aux abonnés absents, loupe de façon spectaculaire son introduction, sa conclusion et le sel de sa paire de héros. Syndicate, l'épisode de la saturation, paie certes les pots cassés, mais loupe aussi l'opportunité de s'affirmer.
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software