FIREBRAND Article rédigé par Blondex

Il n'est pas si rare qu'un héros de jeu vidéo ait officié d'abord comme rival ou ennemi du héros avant de se voir ensuite proposé la gratifiante promotion d'être la tête d'affiche de son propre jeu, voire de sa propre série ; c'est le cas de la gargouille Firebrand, emblématique ennemi d'Arthur dans la série Ghouls'n Ghosts devenu le héros sans foi ni loi des Gargoyle's Quest. Personnage ambigu dont le mutisme masque parfaitement les motivations troubles, Firebrand est assez peu connu du grand public mais est véritablement adulé par une communauté de fans, tous aussi effrayés à l'idée de l'affronter qu'enthousiasmés à la perspective de l'incarner !


> Les débuts de Firebrand

La première apparition de la gargouille dans un jeu vidéo remonte au mythique Ghosts ‘n Goblins de Capcom, sorti en Arcade en 1985 puis sur NES en 1986. Enfin, pas tout à fait, puisqu'il ne s’agit pas exactement du héros Firebrand, mais de ses congénères nommés Red Arremer, des ennemis apparaissant au cours du jeu. Arthur, le héros de cette série, aura souvent fort à faire contre ces démons coriaces, pas tout à fait des boss, mais parfois plus retors ! Leur rapidité, leur faculté de voler, de cracher du feu, en font des adversaires redoutables. Chacune de leurs apparitions dans les quatre jeux de la série est crainte par le joueur, les gargouilles intervenant bien souvent à des endroits stratégiques leur conférant souvent un statut officieux de boss de mi-parcours ; ces apparitions étaient également attendues, tant combattre ces adversaires redoutables et imprévisibles constitue un challenge excitant !

Les Red Arremer existent en plusieurs versions : la plupart, dont Firebrand, sont pour ainsi dire nues ; celles de Ghouls'n Ghosts (sorti en arcade en 1988, puis sur Megadrive en 1990) sont dotées d’armures ; et enfin, la réédition de Super Ghouls'n Ghosts sorti sur Game Boy Advance présente un nouveau boss, Red Arremer Joker, plus imposant, plus puissant, et accompagné en prime de gargouilles ! Un vrai bonheur...


> Firebrand héros ?

Les gargouilles étant devenues aussi populaires que le héros Arthur, Capcom, flairant le bon coup, décida de faire de l’un de ces ennemis le héros de son nouveau jeu : Gargoyle’s Quest. Sorti sur Game Boy en 1990, le jeu rencontra un succès immédiat.

Si au niveau du gameplay, Capcom s’était fortement inspiré du Zelda II de la NES (preuve s'il n'en fallait qu'une que ce dernier eut de l’influence en son temps), l’éditeur n'avait pas manqué d'audace scénaristique, faisant des démons - les méchants de la série Ghouls ‘n Ghosts - une « gentille » peuplade menacée par des monstres plus méchants encore : les Destructeurs ! Car si les démons veulent conquérir le royaume des humains, les destructeurs veulent tout raser pour leur bon plaisir. Malheureusement pour nos pauvres démons, ce sont eux les premières victimes. Le Roi Darkoan est emprisonné dans son château, et ses différents seigneurs ont soit perdu leurs pouvoirs, soit rallié l’ennemi.

Notre gargouille dans tout ça est le gardien de la porte dimensionnelle reliant le monde des humains à celui du monde des démons. Là, un zombie court à sa rencontre : les Destructeurs ont tout envahi, et Firebrand doit partir. Pour lui débute une aventure où de fil en aiguille, il apprendra qu’il n’est pas qu’une simple gargouille comme les autres, mais qu’il est le descendant du légendaire Red Blaze (la Flamme Rouge) qui sauva jadis le royaume des démons de ces Destructeurs. Le destin de Firebrand est donc de stopper l’armée des Destructeurs.

Un vrai héros je vous dis, toujours prêt à aider le premier goule venu !

Deux ans après, Gargoyle’s Quest II - The Demon Darkness sort sur NES (il sortira sur Game Boy uniquement au Japon), présenté comme un prequel dont le scénario reste toutefois très proche du premier volet. Cette fois, Firebrand est une jeune gargouille qui s’entraîne pour devenir un fier guerrier capable d’aller casser du roi Arthur, mais c’était sans compter l’arrivée des Destructeurs qui exterminent tous les habitants de son village. Seul Firebrand en sort miraculeusement indemne. Avant de mourir, le seigneur local lui confie la mission de prévenir les autres seigneurs, dans une quête qui l'amènera à découvrir qu'il n'est pas un guerrier ordinaire, mais qu'il dispose en lui d'un pouvoir immense qui fera de lui la Gargouille légendaire évoquée dans le premier volet.

Que ce soit dans le premier ou le deuxième Gargoyle’s Quest, Firebrand, par son courage, sauvera le Roi Darkoan. Il en profitera pour corriger les démons qui ont trahi le Roi, et enfin défier le chef des Destructeurs, le terrifiant Breager. Firebrand, ayant acquis une puissance considérable, parvient à vaincre Breager au terme d’un combat épuisant (ceux qui ont joué à Gargoyle’s Quest le confirmeront !), et est ensuite félicité comme il se doit. Le Roi Darkoan lui confie même la charge de conquérir le monde des humains, et d’en devenir le Maître ! Eh oui, car s’il est le héros des démons, Firebrand n'est en aucun cas celui des hommes !


> Un guerrier solitaire ?

L’arrivée de Demon’s Crest (Demon’s Blazon au Japon) en 1994, véritable suite des aventures de Firebrand, a permis de creuser davantage la personnalité de la gargouille. S’il n’avait été jusque là qu’un personnage lisse, notre héros est désormais bien plus complexe. Ni bon, ni méchant, Firebrand se révèle être en fait un des héros de jeux les plus égoïstes qui soit ! On le retrouve en tout cas dès le début du jeu aussi puissant qu’à la fin des Gargoyle’s Quest !

Il est permis de penser que les événements de Gargoyle’s Quest 1 et 2 se déroulent avant ceux de la série des Ghouls ‘n Ghosts, puisque les démons envisagent seulement la conquête du monde des humains. On sait en tout cas que Firebrand ne prit pas la tête des assauts successifs, pour laisser place à des seigneurs de guerre du royaume des démons. Ceux-ci échouèrent tous face au vaillant Arthur, et ces échecs successifs ont vraisemblablement plongé le royaume des démons dans le chaos. Le scénario de Demon's Crest, bâti sur un monde rongé par l'anarchisme, peut donc se mettre en place.

Et Firebrand dans tout ça ? Difficile d'imaginer qu'un personnage devenu aussi puissant puisse être éliminé par Arthur dans un volet de Ghouls'n Ghosts. De plus, conquérir le monde des humains n'est certainement pas un challenge digne du descendant de la Gargouille légendaire. Du statut de héros, notre démon est passé à celui d’anti-héros, plus préoccupé par sa seule personne que pour les autres monstres. La seule chose qui l’intéresse est ainsi d’acquérir pour lui seul la puissance suprême.

L’occasion lui sera donnée quand des pierres magiques tomberont un jour du ciel. Chacune de ces pierres confère à son possesseur des pouvoirs extraordinaires, mais une vieille prophétie raconte que la Pierre de l’Eternité apparaîtra à celui qui réunira toutes les pierres sacrées. Les monstres, n’étant pas plus intelligents que les humains, se disputèrent ces pierres sacrées tombées du ciel, et le royaume des démons sombra dans la guerre civile.

Combat après combat, celui que l’on nomme maintenant le Démon Rouge parvint à vaincre de nombreux monstres, non sans mettre le pays à feu et à sang, et récolter ainsi cinq de ces précieuses pierres. Il défie finalement le dragon Somulo, détenteur de la dernière pierre, et après un combat particulièrement long et pénible, Firebrand l’emporta. Il était maintenant détenteur de toutes les pierres, mais était grièvement blessé. C’est à ce moment-là que surgit le fourbe Phallanx, qui profite ainsi de la faiblesse de son adversaire pour lui voler toutes ses pierres.

Laissé pour mort, Firebrand est livré en pâture au dragon Somulo, assoiffé de vengeance. Mais aussi impressionnant soit-il, le dragon n’est pas au sommet de sa forme. Firebrand parvient à le vaincre et à s’échapper de sa prison. Là, on apprend que bien des années ont passé depuis la victoire de Phallanx. Ce dernier est devenu le nouveau Roi, a ramené l’ordre dans le Royaume des démons, et envisage surtout de conquérir le monde des humains grâce au pouvoir des pierres sacrées. Mais la nouvelle du réveil de Firebrand s’est répandue comme une traînée de poudre dans le Royaume. La population, terrorisée par les méfaits du Démon rouge lors de la guerre civile, en appelle à son Roi. Inquiet de voir surgir un ennemi aussi puissant, Phallanx charge son bras droit, le général Arma, de retrouver Firebrand et le tuer. Il lui confie toutes les pierres sacrées nécessaires pour arrêter la gargouille dans sa quête de vengeance, ne gardant que pour lui la pierre du Paradis. Evidemment, Firebrand se débarrassera de ses adversaires, mais la force de ce jeu est de proposer différentes fins qui nous permettent d’en apprendre beaucoup sur Firebrand.

La vengeance n'ayant jamais été une fin en soi, Phallanx n'est ainsi qu'un obstacle avant d'atteindre l'objectif ultime : la recherche de la puissance suprême. La surprise est finalement de savoir ce que Firebrand pourra bien faire de toute cette puissance une fois toutes les pierres réunies... car une fois l'objectif atteint, il les abandonne et se met en quête de nouveaux défis ! Des défis que par ailleurs, quelques irréductibles attendent sans doute en vain...


> Un personnage capcomien !

Ce thème du héros (ou du méchant d’ailleurs) qui ne cherche que l’accomplissement de soi sans autre forme de récompenses, n’est en fait pas nouveau chez Capcom. C’est en effet dans les jeux Capcom que l’on croise la route de ces personnages particuliers, et je n’ai pas spécialement souvenir d’en voir de telles concentrations chez d’autres éditeurs.

Le constat est souvent simple dans le jeu vidéo (et dans d'autres formes de médias d'ailleurs), marqué par le manichéisme : combattre le mal, ou le servir. Quelques héros naviguent parfois dans les eaux troubles mais choisissent bien souvent à la fin l'une ou l'autre de ces voies.

Mais chez Capcom, on trouve quelques personnages qui, comme Firebrand, ne cherchent que l’accomplissement de soi. Et là, vous pensez tout de suite à Ryu de Street Fighter 2, qui ne vient pas chercher son trophée quand il gagne et part au loin s’entraîner pour son prochain combat. Peu attiré par les récompenses, Ryu veut trouver le moyen de s'améliorer encore, ou de combattre ses démons intérieurs, par ailleurs matérialisés sous la forme d'Evil Ryu.

L’accomplissement de soi à la sauce Capcom s’applique aussi pour les méchants. On ne peut trouver de meilleur exemple que le terrible Akuma, boss secret des Street Fighter. Akuma représente véritablement le côté obscur de Ryu, un guerrier d'une rare suffisance et dont le mot « pitié » semble banni du vocabulaire. Pourtant, malgré sa très grande puissance, supérieure à celle de M. Bison, Akuma ne prétend jamais vouloir dominer le monde, et vit reclus dans une caverne, dans l’attente de l’adversaire ultime, celui qui serait capable de le battre. Ainsi Akuma ne se prépare qu’à ce jour.

Le Firebrand de Demon’s Crest entre dans cette liste de personnages, mais à la différence des deux pré-cités, ses actes ont une répercussion sur tout un monde. Afin d’obtenir les pierres, il écrase tous ses adversaires. Quand bien même son voleur, Phallanx, rétablit l’ordre, fût-ce t-il pour le mal, Firebrand le retrouve, l’élimine, et part en laissant le pays dans le désordre, sans avoir à un seul moment pensé qu’il pourrait prendre ses responsabilités et utiliser sa puissance pour régner. Bref, cette logique nous dépasse, ce qui rend Firebrand admirable, car cela viendrait à l’esprit de peu d’avoir la possibilité de dominer le monde et de tout abandonner pour avoir le plaisir de relever un autre défi.

Avec Firebrand, on ne contrôle pas seulement un méchant, on a la joie d'incarner un personnage égoïste qui se moque bien des conséquences de ses actes ! Qui plus est, il vole, crache du feu, s'agrippe aux murs, et se sort de combats contre des adversaires pouvant faire dix fois sa taille... le tout avec classe !


> Que devient Firebrand ?

Depuis Demon’s Crest, sorti en 1994, nous étions longtemps restés sans nouvelles de Firebrand. S'il a bien été permis de croiser ses congénères dans Ultimate Ghosts'n Goblins sur PSP, la série Gargoyle's Quest est quant à elle demeurée sans suite. Alors bien évidemment, la seule question venant à l'esprit est : Pourquoi ?

Voilà un personnage intéressant, officiant dans des jeux à l’ambiance unique, mais cette décision n’appartient qu’à Capcom. Et si Demon’s Crest a été assurément un succès critique en 1994, il n’a pas connu un succès public. Adapter les aventures de Firebrand en 3D aurait aussi représenté un défi peut-être trop gros… du temps de la PS One, car le succès de la série Devil May Cry montre que Capcom reste très attiré par ce monde gothique, peuplé de démons en tous genres.

Paradoxalement, ce n'est pas Capcom qui va sortir Firebrand du placard en premier, mais SNK Playmore ! En effet, dans le jeu de combat SNK Vs Capcom Chaos, Firebrand, apparaissant sous son nom japonais Red Arremer, y fait office de boss secret pour les personnages Capcom. Un statut pour le moins gratifiant pour le Démon rouge, qui dispose par la même occasion d’une puissance phénoménale !

Une apparition en guest qui sera malheureusement restée anecdotique puisqu'il ne s'agit pas d'un jeu développé par Capcom. De plus, la série principale Ghouls'n Ghosts étant elle-même tombée aux oubliettes, les espoirs de revoir de nouvelles aventures de Firebrand sont pour ainsi dire très faibles.

Pourtant, bien des années plus tard (en 2011 pour être plus précis), Capcom s'est enfin décidé à ressortir Firebrand du placard en l'invitant parmi les personnages supplémentaires d'Ultimate Marvel Vs Capcom 3 !

De là à penser que Capcom songe à rappeler la légendaire gargouille pour en faire le héros d'un nouveau jeu, il s'agit là d'un pas que personnellement, je ne franchirai pas tant le personnage est aujourd'hui inconnu des générations actuelles de gamers. Cependant, à l'image de Pit, l'ange de Kid Icarus qui doit sa résurrection à Super Smash Bros Brawl, il est permis de rêver que Firebrand puisse tirer son épingle du jeu et se voir offrir une nouvelle aventure ! Il aura cependant fort à faire face à de nombreux autres personnages de Capcom laissés de côté, comme Strider Hiryu, mais en attendant, sa réapparition presque surprise dans Ultimate Marvel Vs Capcom 3 prouve en tout cas que le personnage est toujours en vie et continue de marquer les esprits des joueurs.

A lire, les avis sur :
Super Ghouls ‘N Ghosts
Gargoyle’s Quest
Gargoyle’s Quest 2
Demon’s Crest
SNK Vs Capcom Chaos
Ghosts'n Goblins
Ghouls'n Ghosts
Ultimate Ghosts'n Goblins

ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux2Casino   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software