LES JEUX DE FLIPPER Article rédigé par Wizzy

Qu’il s’agisse de simulations ultra-réalistes ou de flippers fantaisistes, jouer à un jeu vidéo de flipper, c’est la promesse de retrouver les sensations des vrais flippers de café : réalisme des effets physiques avec notamment l’inertie de la bille, possibilité de faire des fourchettes avec les flippers ou même de faire tilter la machine (le tilt est un merveilleux système anti-triche) si on la secoue trop fort...


> La préhistoire

C’est en 1980 qu’on trouve l’une des toutes premières simulations de flipper sur console : le rudimentaire Video Pinball sur Atari 2600. Il s’agit d’une adaptation d’un mini-jeu datant de 1974, intégré à une console sur laquelle on trouvait d’autres jeux : basket-ball et break-out. Avec les moyens du bord, Video Pinball simule de manière réaliste la bille (ici il s’agit d’un carré). Compte tenu de la machine et de ses faibles capacités en terme d’animation de sprites, on peut réellement parler de prouesse. Pour contrôler les flippers, c’était encore la préhistoire, il fallait diriger le manche du joystick à droite ou à gauche !

Il faudra attendre 1984 pour avoir le premier hit du genre, le bien nommé Pinball sur NES. Nintendo ajoute au réalisme et à la fluidité de la bille davantage d’éléments (bumpers, cibles...), de couleurs et propose au joueur deux étages (ou sections). C’est à dire, deux tables accolées horizontalement. Simple, maniable et réaliste, le jeu est un petit succès.

En 1988, toujours sur NES (et aussi sur MSX), c’est au tour de Rollerball de Hal Laboratory de devenir la nouvelle référence du jeu de flipper. Graphiquement splendide avec une musique qui donne bien la pêche, le flipper dispose de trois sections avec notamment un jackpot en plein milieu de la deuxième, et un troisième flip dans la section du bas. Le mouvement de la bille est très réaliste. Ca va vite et les flips sont nerveux. Une référence.

A cette époque pourtant, le jeu vidéo de flipper reste un sous genre du jeu vidéo. Il ne constitue pas un achat de premier choix pour le joueur et est donc assez peu prisé par les éditeurs. Cela va changer au début des années 90.


> La révolution

S’affranchir du réalisme pour se laisser aller à toutes les folies, c’est la recette miracle de l’éditeur japonais Naxat. Une révolution qui commence en 1989 par le petit coup de griffe Alien Crush sur PC Engine. On y trouve des éléments Sf intégrés à la table et des phases de shoot avec plein de monstres à dégommer.
Mais c’est Devil’s Crush en 1990 et toujours sur PC Engine qui achèvent à coup de pixels sauvages le réalisme propret et gentillet des flippers des cafés.

Avec des pentacles sataniques, le visage d’une femme qui se transforme, des monstres qui se baladent à l’écran et qui à l’impact explosent, des tableaux bonus et des boss, le jeu devient le Pandémonium du genre. Graphiquement splendide avec des détails n’ayant rien à envier aux meilleurs shoot'em up de la console, le jeu fait vraiment date. En 1992, il sera adapté par Technosoft sur Megadrive sous le nom de Devil Crash au japon et édité aux Etats-Unis et en Europe par Tengen sous celui de Dragon’s Fury.

Vu le succès du jeu, Tengen exploitera le filon avec une fausse suite nommé Dragon’s Revenge. Jaki Crush, la vraie suite de Devil’s Crush sortira en 1992 sur Super Famicom. Il intègre des effets de transparence inédits comme des nuages de fumée ou des brouillards qui nimbent les tables d’une ambiance très particulière.

Dans le sillon creusé par Devil’s Crush, il y aura des tentatives hybrides mêlant réalisme et fantaisie (avec plein de sprites à dégommer ou des décors délirants). On trouvera entre autres Pinball Quest sur NES, Crüe Ball sur Megadrive (avec les mélodies soyeuses du groupe de métal Motley Crüe) ou encore Ruiner Pinball sur Jaguar.


> Vers l'ultra réalisme...

A contrario de la tendance délire, les éditeurs prennent le parti d’aller encore plus loin dans le réalisme avec une utilisation, sans détournement aucun, des éléments classiques du flipper : bumpers, rampes et autres cibles. Ces jeux de flippers offrent plusieurs tables (souvent au nombre de 4) avec pour chacune des thèmes bien distincts. Ils proposent une vue de dessus avec un scrolling qui suit la bille ou une vue de 3/4 au dessus de la table, simulant la vue subjective du joueur. Comme dans la réalité ! Le rendu graphique des éléments est en outre de plus en plus réaliste.

Les premiers a se lancer dans cette tendance sont les suédois de Digital Illusion CE. Leur série de jeux de flippers seront de grands succès sur PC et Amiga. Ils seront adaptés sur Super Nintendo : de l’austère Pinball Dreams au coloré Pinball Fantasies...Des succès tels que tous les éditeurs se devront d’avoir leur jeu de flipper.

Codemaster sortira un remake notable de Pinball Fantasies sur Megadrive : Psycho Pinball. Les japonais KaZe et Meldac pousseront le réalisme jusqu’à utiliser des digitalisations dans leur série Super Pinball sur Super Nintendo.

Avec l’arrivée des 32-bit, on tend désormais à l’ultra-réalisme avec des graphismes désormais en haute-résolution (pas de pixel et une représentation du flipper proche de la photographie).
KaZe remet le couvert sur Saturn avec Digital Pinball : Last Gladiators.
Ocean sort sur Playstation et Saturn une simulation au titre qui en dit long : True Pinball.
Et enfin sur Playstation et PC, la longue série des Pro-Pinball (The Web, Timeshock !, Big Race USA et Fantastic Journey pour tous les citer) signée Empire Interactive qui se permet le luxe de ne proposer qu’une table par jeu. En 2005, il y aura une sorte de best-of de la série avec Ultimate Pro Pinball sur PS2.

Gottlieb, le légendaire "faiseur" de flipper, voit ses flippers adaptés des années 80 sous la forme vidéoludique dans Gottlieb Pinball Classics sur PS2 et Wii. Ces jeux aux graphismes ultra détaillés s’adresse avant tout aux nostalgiques purs et durs.


> Nos héros se mettent en boule

Vu le succès des jeux de flipper, les grandes firmes vont profiter du genre pour mettre en scène leurs héros. Des héros qui prendront du coup la place de la boule !

La mascotte de Sega, Sonic, se prête tout naturellement au genre du flipper. Déjà, dans Sonic (dans le niveau Spring Yard Zone) et Sonic 2 (dans le niveau Casino Night Zone), Sonic se voyait pendant de courts instants transformé en boule de flipper. Personne ne s’étonne donc de le voir dans un vrai jeu de flipper !

Sorti en 1993, Sonic Spinball a la particularité d’user de phases de plate-forme propres au hérisson bleu avec le gameplay inchangé du jeu originel. Ainsi, en plus du contrôle des flippers, il est possible de diriger Sonic lorsqu’il est en boule.

En 1999, on retrouvera à nouveau Sonic dans deux petits flippers (dont un à l’effigie de Nights) dans Sonic Adventures sur Dreamcast.

Et du coté de Nintendo ? Kirby, la boule rondouillarde de Hal Laboratory, se transforme lui aussi en boule de flipper dans Kirby’s Pinball Land en 1993 sur Game Boy. En 1998, c’est au tour des Pokémon avec Pokémon Pinball : dans ce jeu, point de Pikachu en boule mais une Pokéball. Sur GBA, Mario (transformé en boule !) aura aussi son jeu de flipper dans Super Mario Pinball.

Le dernier qui a marqué les esprits date de 2005 : c’est Metroïd Prime Pinball. L'héroïne de Nintendo fait une incursion remarquée dans le genre sur DS. On utilise les deux écrans de la console pour des sensations de jeu inédites. En plus des boss et des tables bonus, des phases de shoot avec une tourelle sont intégrés au jeu. A noter que le Rumble Pack vibrant est vendu avec le jeu.

En dehors des univers Sega et Nintendo, on trouve pêle-mêle dans des jeux de flippers : Pac-Man (normal vous me direz pour une boule jaune), les Worms, les Muppets...
Les Power Rangers (les "Bioman" américains) auront aussi droit à leur jeu de flipper : Power Rangers Zeo sorti sur Playstation en 1996. Ironie du sort, c’est à ce jour le meilleur jeu mettant en scène nos héros en collant.


> Vers la fin d'une époque ?

Si le jeu vidéo a redonné une seconde jeunesse au jeu de flipper, c'est aussi lui qui a mis en péril le billard électrique au début des années 80. Oui, le flipper, le vrai, celui du bar est passé de mode de décennie en décennie. Les flipper est à l’image de la borne d’arcade ou du Juke-Box. Il est devenu un objet de collectionneur, un objet du 20ème siècle, ancré voire figé dans la culture populaire d’un temps révolu.

Et pourtant, si les vrais flippers disparaissent, ce n'est pas le cas des jeux vidéos de flipper. Même si le genre a perdu un peu de sa superbe des années 90, il y aura toujours des jeux de flippers sur nos consoles. Il n’y a qu’à voir la liste des jeux sortis récemment sur Wii, DS, X-Box 360 et PS 3. Un genre inépuisable par excellence qui aura survécu aux flippers des cafés.

Pour preuve, beaucoup jouent à Métroïd Prime Pinball sur DS... sans avoir jamais joué à un vrai flipper !

ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux2Casino   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software