IZNOGOUD
Suggestions
NON !
Dacobah Autant j'aime la bande dessinée Iznogoud pour ses gags délirants, ses jeux de mots loufoques et ses rebondissements farfelus, autant je déteste l'adaptation vidéoludique qui en a découlé. Dans ce jeu de plates-formes, les déplacements du vizir sont lents tandis que les sauts sont au contraire très brusques. Le mélange des deux est suffisamment désastreux et suffira déjà à démotiver les amateurs de jeux de plates-formes. Étant donné qu'il y a beaucoup d'éléments qui circulent dans tous les sens, cela implique de perdre puis recommencer les niveaux afin de pouvoir progresser lorsqu'on a compris comment se déplacent les personnages ou autres objets animés à Bagdad. Passons à la réalisation graphique. On ne retrouve pas le style de Tabary car le jeu s'appuie plus sur le dessin animé, déjà adapté par rapport à la BD. J'ai trouvé que ce n'était pas très soigné. La distinction entre le fond et les éléments de premier plan est mal gérée et souvent frustrante. Je ne ferais pas l'affront de parler de la qualité des cinématiques. La bande-son est désastreuse avec un mélange de mauvais goût dans les sonorités utilisées. Les bruitages n'améliorent bien entendu pas l'ensemble. A la jaille !
NON !
Blondex Microids, appuyé par les moyens financiers ultra-limités de France Télévisions, a réussi un tour de force avec son adaptation de la BD Iznogoud : surclasser Infogrames dans la réalisation d'un jeu de plateformes parfaitement injouable. On peut dire ce qu'on veut des adaptations de BD à la sauce Infogrames, elles respectent au moins les œuvres originales par des réalisations graphiques généralement honorables. Rien de ça avec cet Iznogoud sorti en 1998 sur PS1 : c'est assez laid, techniquement pas au niveau d'une 16-bits, musicalement insupportable, et même, absolument idiot. Oui, c'est vrai, Iznogoud n'est pas un gentil personnage, mais c'est quand même un vizir, alors pourquoi se fait-il attaquer par ses propres gardes ? De toute façon, ce jeu, c'est un festival de n'importe quoi : les niveaux sont mal fichus, les ennemis surgissent de nulle part, la maniabilité est à la fois rigide et imprécise... Sans oublier le saut dans l'inconnu, ici poussé à son niveau le plus absurde ! Ce pauvre Iznogoud n'est pas prêt d'être calife à la place du calife ; c'est d'ailleurs la seule chose que cette production nullissime respecte de la BD !
TOUT EST DANS LE TITRE
BillHimself Iznogoud est l’adaptation vidéoludique de la bande-dessinée de Goscinny et Tabary. Ce jeu de plateformes n’a bizarrement pas décidé de suivre ce qui fait l’essence même de la BD: Iznogoud veut être calife à la place du calife. Aucun rapport ici et les gardes, censés être sous vos ordres, sont ici vos ennemis ! 13 niveaux sont à parcourir si vous en avez la patience, parce que le gameplay est pour le moins mauvais. On doit subir, comme souvent dans ce type de jeu pourri : des hitbox défaillantes, des sauts imprécis, un personnage lourdaud, un scrolling insupportable, des plateformes mal définies, un chrono trop rapide... Les graphismes sont corrects mais sont plus du niveau des consoles 16 bits, et les musiques sont elles quelconques. Dans un moment de lucidité, les programmeurs ont introduit un système de mots de passe qui rend le jeu faisable (mais faut être motivé, les niveaux typés shoot’em up apportant leur lot d’exaspération). Bref, ce jeu est une insulte faite à l’œuvre originale. Le logo «France Télévisions Distribution» au démarrage fait chaud au cœur, chaque contribuable acquittant la redevance a un peu contribué à ça : de l’argent bien dépensé !
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software