THE LEGEND OF ZELDA - SKYWARD SWORD
Suggestions
UNE AVENTURE A VIVRE !
Blondex Point d'orgue de la célébration des 25 ans de la série, Skyward Sword représente quoiqu'on en dise la capacité de Nintendo à se renouveler à chaque épisode, sans pour autant renier l'identité de la série ; Car on trouve un peu de chacun des précédents volets dans ce prequel remontant aux origines du monde d'Hyrule, souvent en forme de clins d'œil, quelquefois en se moquant de mécanismes habituels. Pour autant, il s'agit bien là d'une nouvelle aventure, un brin déroutante et laborieuse en début de partie, mais qui dévoile des environnements gigantesques et complexes. Difficile également de rester insensible aux graphismes, dont les tons pastels et le rendu aquarelle confèrent au jeu un style unique, pas toujours réussi, souvent agréable, quelquefois franchement superbe. Reste le contrôle au WM+ qui ne m'a pas toujours convaincu : si le maniement de l'épée est un plaisir, la gestion des objets demande un vrai effort tant les anciennes habitudes ont la vie dure ! Skyward Sword réussit en tout cas à s'inscrire hors des modes actuelles pour inviter le joueur à vivre l'aventure qu'il propose, dans le ciel à dos d'oiseau, et sous les nuages où s'étendent des contrées mystérieuses.
EPUISANT !
Styxx22 J'ai longtemps hésité entre le "oui" et le "oui, mais..." tant cet épisode regorge de bonnes idées... mais aussi tellement de maladresses ! En sa faveur, on pointera l'aspect graphique pictural qui commence sérieusement à dater (vivement le passage à la HD chez Nintendo !) mais qui confère au jeu un aspect plus poétique et rêveur que ses ainés. Je citerais également l'utilisation ingénieuse du WM+ ainsi que ses combats dynamiques mais néanmoins exigeants (ouch le poignet !). La prise en main peut paraître ardue de prime abord mais s'avère finalement intuitive et bien pensée. Enfin, son scénario et l'implication des personnages secondaires dans cette quête contre le mal parviennent à capter l'attention du début à la fin. On a enfin l'occasion de voir une Zelda vivante, avec du caractère et des émotions palpables. On ne pourra malheureusement pas passer à côté des erreurs de level-design, de cette première partie d'aventure rébarbative et de l'exaspérante Fay et son langage bizarre qui vous interrompt à tout bout de champs. Nintendo aura au moins eu le mérite de prendre des risques avec ce Skyward Sword, qui n'atteindra toutefois pas l'excellence d'un Ocarina of Time.
WII POUR CE ZELDA ! (HA-HA-HA)
BlueTouchGuyz Pour les 25 ans de la licence Zelda, Nintendo nous a sorti le grand jeu : un simple jeu Zelda ? Bof. La genèse de la série ? Oui ! En effet, ce titre est, chronologiquement parlant, le premier Zelda. On y voit donc avec plaisir les origines de la fameuse tenue verte, le bestiaire du royaume d'Hyrule qui découvre un humain pour la première fois, etc. Bref, le scénario de Zelda : Skyward Sword est magnifiquement bien pensé et plein de clins d'oeil aux autres épisodes de la série (et même aux 25 ans de la série, c'est dire !). Ensuite, le grand méchant du jeu qui n'est (pour une fois) pas Ganondorf (enfin pas vraiment, mais je ne vais pas tout vous spoiler si vous avez l'intention d'y jouer), mais un certain Lord Ghirahim, aussi charismatique que sadique (c'est dire !). Rien à dire donc sur le scénario. Ensuite, les graphismes, qui sont une sorte de mélange entre ceux de The Wind Waker et ceux de Twilight Princess, rendent vraiment bien, au point que l'on en oublie le fait que la Wii ne soit pas une console HD. Enfin, la maniabilité est certes laborieuse en début de jeu, mais on s'habitue relativement vite au Wii Motion +.
OUI !
Dunst La genèse de l'univers Zelda dans un joli jeu fort plaisant. Au début le jeu m'a un peu décontenancé, la mise en place est un peu longue et la phase de "tuto" n'en finit pas, mais il faut bien ça pour contrôler la wiimote +, et une fois tout cela pris en main c'est juste très maniable et immersif (même si comme tout le monde je joue dans mon canapé en bougeant le moins possible les bras). Une fois le jeu vraiment démarré, la magie opère et on prend plaisir à noter toute les références aux autres Zeldas, le jeu en est truffé (et ça a fort touché mon petit cœur de fangirl). La progression de Link est vraiment fluide et on utilise à fond chaque objet qui est ajouté à notre arsenal. Mention spéciale au scarabée qui est clairement l'objet cheaté du jeu, je ne m'en lasse pas. Il permet une observation complète de chaque lieu et permet d'anticiper chaque salle. On se prend à traîner dans les cieux et sur terre pour valider chaque petite quête, que ce soit la chasse aux insectes, les quarts de cœur ou les mini jeux. Seule petite déception, j'aurais aimé pouvoir passer entre les zones terrestres plus facilement. Mais c'est un détail, ce jeu est beau, l'histoire est top, il a tout bon.
CA UN ZELDA?
Twinsen Threepwood Un bon jeu d'aventure, mais le plus mauvais Zelda de tous les temps. On nous fera jamais croire qu'il y a 4 ans de développement derrière ça. Nintendo a viré la légendaire Zelda Team pour refiler SS à l'équipe des épisodes DS. Et ça se sent à chaque seconde du jeu. On nous avait promis une révolution dans la structuration des Zelda, c'est FAUX. C'est même 100 fois pire : level design de la honte (3 zones archi-linéaires dont on a fait le tour en 3h) avec des allers-retours aussi inutiles que c*****. Côté progression, on est devant une structuration en couloir ou en espace très fermé à la Tomb Raider (époque PS1), un vrai retour en arrière à un niveau de médiocrité JAMAIS atteint dans Zelda ! Pour dire, les 3 grandes zones du jeu ne communiquent pas entre elles ! AUCUN Zelda ne s'était permis ça avant ! Côté difficulté, plus aucun challenge avec une insupportable / ultra décevante Fay qui vous dit TOUT. Suppression du cycle jour et nuit, points de save auto, phases de vols inutiles (on fait le tour littéralement en 10min), un seul village, musiques insipides... Des points positifs ? PNJ très attachants, très bon système de combat, et des boss excellents (le boss final est EPIQUE).
DÉCEPTION
wizzy le Nerd Prendre un grand bol d'air frais au moment de plonger dans le vide sur sa monture ailée... Voilà ce que je retiens de ce Skyward Sword, qui me promettait de revivre, au dessus des nuages couleur pastel, les sensations d'un Skies Of Arcadia : une aventure enivrante à 10.000 pieds. Sauf que le scénario m'a ramené contraint et forcé sur la terre ferme (au propre comme au figuré) avec 3 zones fermées, moult couloirs et une linéarité jamais vue dans un Zelda. C'est la "Grande Aventure" à l'économie : un seul village, un hub nuageux riquiqui et vide, un recyclage permanent des décors, des idées et des boss. Le jeu offre par moments (et trop rarement) de chouettes séquences, notamment ces donjons se trouvant sur la mer de Sable de Lanelle où l'on jouera avec l'espace et le temps, ou bien cette rencontre mémorable avec l'impérieuse Narisha. Et le final "Zeldaesque" redore comme il se doit le blason de cette "Grande Aventure". Néanmoins, du début à la fin, je n'ai pas réussi à adhérer au jeu et au maniement à la WM+, que je trouve (très) agaçant à force d'imprécisions.
CHEF D'OEUVRE !
Mérode Quand Nintendo a annoncé Twilight Princess sur Wii jouable à la wiimote, l'idée de contrôler Link tel un vrai bretteur a fait rêver ! Mais au final ce n'était qu'un gimmick. Skyward Sword lui, repose sur ce concept et propose l'expérience de motion-gaming la plus convaincante qui soit. H. Fujibayashi se voit confier son premier Zelda sur console de salon, et en profite pour changer les choses en amenant des idées nouvelles plus que bienvenues. Mais surtout, il amorce les bases du futur Breath of the Wild en se posant les bonnes questions. Avec ces sensations de gravités naissantes, ces gestions des champs magnétiques, cette apesanteur, et ce level design, on imagine le colossal travail de recherche et développement qu'a dû fournir son équipe pour façonner un tel gameplay. A noter, une relation plus humaine entre Link et Zelda qui donne un peu de fond au jeu. Et cette bande son ! Peut être la plus réussie de la saga, d'une richesse alternant thèmes classiques et morceaux d'ambiance. Là aussi, commence à se modeler une autre façon d'intégrer la musique au jeu. Et pour finir, ce rendu visuel, en touche de couleurs à la manière des peintres impressionnistes, vient magnifier le tout.
OUI !
Iglou Que d'ingéniosité dans ce Zelda ! Pour évacuer les défauts tout de suite : une maniabilité bonne, mais prise parfois en défauts ; Fay, un personnage que j'adore, mais qui répète les mêmes infos à partir du moment où vous rechargez votre partie ; et un boss pas forcément intéressant que vous allez rebattre 3 ou 4 fois et... c'est tout. Comme vous le savez, j'ai limite un fétichisme pour le level design, j'en parle souvent dans mes avis, et ce Skyward Sword est une vraie pépite concernant ce côté-là : entre ses mondes qui vont évoluer, renouvelant ainsi totalement l’expérience, ses donjons intelligemment pensés (le 4ème est touché par le divin.), qui eux aussi vont déployer tout le savoir faire de Nintendo en construction de niveaux. Skyward Sword tente beaucoup de choses, comme des objets destructibles, une jauge d'endurance et bien d'autres (les prémices d'un certain Breath of the Wild), sans oublier un scénario plus poussé et mieux mis en scène. Ce Zelda est clairement un des meilleurs épisodes 3D de la série, Fujibayashi essayant de dépoussiérer une licence qui n'avait pas bougé depuis 1998.
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software