WIZARDS & WARRIORS X - FORTRESS OF FEAR
Suggestions
IL ETAIT (PAS) UNE FOIS...
Blondex Le plus grand malheur quand on est un preux chevalier, c'est de se faire enlever sa princesse par un sorcier maléfique, et d'aller la chercher dans la forteresse de la peur, qui porte hélas mal son nom : elle devrait plutôt s'appeler la forteresse de la rage. La maniabilité particulière de la série Wizards & Warriors s'adapte en effet très mal à cette itération, simple jeu d'action / plateformes horriblement difficile et frustrant malgré ses 5 niveaux. C'est en mourant sans cesse qu'on finit par avancer (ou pas, car il n'y a pas de continue), à éviter des pièges et des ennemis surgis de nulle part, et à tenter des sauts millimétrés de l'impossible – mention spéciale à celui du niveau 2-0 ! Et puis ce héros... Il l'a acheté où, son équipement ? Le bouclier ne protège de rien (sauf à en trouver un bon dans un coffre), l'épée est ridicule, l'armure est en paille, et la réception est hasardeuse (sauf à trouver de bonnes bottes). La forteresse est déjà suffisamment imprenable pour qu'en plus on doive se coltiner le dernier des incapables. Bon, vous savez quoi ? Ce sorcier est peut-être gentil au fond, alors pourquoi la princesse ne serait-elle pas heureuse avec lui ? Fin.
EN AVANT LES HISTOIRES...
wizzy le Nerd Une fois la Game Boy allumée, difficile de retrouver le chevalier chevelu, badass et musclé qui officie sur la jaquette du jeu. Notre personnage est un peu ridicule, il s'agit d'un soldat lambda sans visage, plus proche dans son apparence du Playmobil que du guerrier surpuissant. D'ailleurs l'univers du jeu est très naïf ; on affrontera des chauve-souris batman, des serpents sortis tout droit d'un dessin d'enfant et des décors de tour médiévale construits intégralement en Lego. Ce n'est pas un défaut, loin de là, mais je ne m'attendais pas à ça en me lançant dans cette "Forteresse de la Peur"... Et bien si finalement, le jeu porte bien son nom, vous allez trembler devant ces créatures apparaissant de toutes parts, ce trou immense et ces minuscules plate-formes mobiles qui bougent trop vite. Notre saut est un peu trop ample et la précision semble manquer avec cet effet isométrique dans les décors (de la profondeur malvenue). Pour chaque seconde jouée, le jeu vous fera sentir votre manque d'entraînement patent devant les difficultés de l'impossible. 'Inutile d'aller plus loin, abandonnez, abandonnez, abandonnez !' me hurle le jeu. Ok, ok, pas de problème, j'abandonne.
ConsolesPlus.net   1UP   Puissance Pixel   Retro Kidz   Game Jukebox   Jeux Classiques
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software