FORUM Se connecter pour vérifier ses messages privés
[Test] Xenoblade Chronicles 2 Page : 1, 2  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Index du Forum > Blog
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 00:59 Répondre en citant


Le retour de la Grande aventure !



Piste proposée : prions pour Saint Xenoblade https://www.youtube.com/watch?.....p;index=18

PENSEZ A CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LES AVOIR EN PLEIN ECRAN !



Avant Propos


2010. Xenoblade Chronicles, anciennement connu sous le nom de Monado, débarque enfin dans nos contrées sur Wii. D’abord snobé par un certain nombre de joueurs PS360 qui raillaient sa technique d’un autre âge, le jeu a su, par les retours presses et surtout par le bouche à bouche des celles et ceux qui s’y sont essayé, faire l’unanimité : non seulement Xenoblade était fantastique, mais il s’agissait tout simplement de l’un des meilleurs JRPG jamais crées.
5 ans plus tard, Monolith Software confirmait avec Xenoblade Chronicles X, une suite spirituelle mais qui n’en était pas vraiment une : parlons plutôt d’une série parallèle. Malgré un parc extrêmement restreint de WiiU, le jeu a été salué par le public pour la qualité de sa réalisation et la profondeur de son gameplay. Néanmoins, le scénario, en retrait, avait légèrement déçu tant il ne faisait pas (ou peu) lien avec le premier opus.

Et voici donc qu’à la fin de 2017, arrive sur la flamboyante Switch le tout nouveau Xenoblade Chronicles 2. Le retour d’un épisode numéroté n’est pas anodin : Monolith signifiait ainsi qu’ils avaient entendu les joueurs et que ce nouvel épisode entamait le Grand Retour à l’univers d’origine.

Si Xenoblade Chronicles 2 a une fois encore été salué pour bons nombre de ses qualités, certains problèmes (notamment la technique) ont cette fois posé problème à la sortie, voir rebuté certains joueurs.
La faute a un développement compliqué, puisque le studio s’était vu réduire des ¾ de ses effectifs, partis en renfort sur un certain Zelda : Breath of The Wild

Nous sommes aujourd’hui en 2021, près de 3 ans après la sortie du jeu. Xenoblade Chronicles a depuis été complètement repris par Takahashi et Monolith Software. Le jeu est actuellement en version 2.31. Autant vous dire que les correctifs sont désormais tous là et que l’on peut juger si, oui ou non, l’expérience Xenoblade Chronicles 2 est désormais pleinement réussie.

Je vous propose donc ce test, celui d’un fan de la première mais qui aura dû attendre 11 ans pour tenter de revivre le rêve éveillé du 1er épisode.

Bonne lecture.



Au commencement fut l’Elysium


Musique proposée : Au commencement de tout
https://www.youtube.com/watch?.....=emb_title


L’Arbre-Monde, source de toute vie dans la monde d’Alrest. Un élément qui n’est pas sans rappeller l’Arbre Mana ou bien encore la cité céleste de Zalem, du manga Gunnm.


Selon la légende, à l’Aube des Temps, existait l’Arbre Monde. Ce dernier, à la taille incommensurable, régnait au centre de la Terre et perçait le ciel de toute sa majesté.

Les humains vivaient dans l’Arbre, avec le Divin Père : l’Architecte. L’Arbre-Monde était décrit comme une terre d’abondance, où ses habitants étaient "à même de commander aux cieux".
Ce paradis avait un nom : Elysium.



La mer de nuage, s’étendant jusqu’à l’horizon


Puis un cataclysme eu lieu. Les hommes furent chassés d’Elysium et descendirent sur le monde : Alrest. Alrest était une terre nocive, noyé sous un immense océan recouvert de nuage, s’étendant à perte de vue.
Les hommes furent ainsi rapidement en proie à la disparition, tant les conditions de vie sur Alrest étaient difficiles. L’architecte prit alors les hommes en pitié et leur envoya les Titans.



Les titans sont le seuil moyen pour l’humanité de survivre dans ce monde immergé…



… Et les humains vivent littéralement dessus !

Ceux qui avaient survécu s’installèrent donc sur les Titans, pour y vivre, en harmonie.
Ces gigantesques créatures permettaient aux hommes de vivre au dessus de la mer de nuage. Si certains sont de la taille de grosse monture, d’autres font office de véritable continent.



Certains titans sont absolument gigantesques !



Pour mieux juger de l’échelle !

Hélas, plus le temps passe, plus les titans vieillissent et disparaissent les uns après les autres. Les territoires et les ressources possibles s’amenuisent, amenant bien évidemment source de grandes tensions (voir de conflits) entre les nations.

C’est dans ce contexte mêlant mythologie, créatures oniriques et trame politique que va démarrer notre aventure, aux commandes de Rex : un jeune récupérateur d’épave.

De son périple va se dessiner une rencontre déterminante, et le destin du monde. Ni plus, ni moins.



Piste proposée : Un thème qui rappelle indéniablement le célèbre Gaur’s plain du premier Xenoblade…
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=43



Accompagné d’une musique quasi-similaire, la vallée de Gormont rappellera immédiatement au fan la Plaine de Gaur du 1er épisode.


Le retour de l’esprit originel

Avec cet épisode « 2 », Monolith fait table rase de « X » et revient ainsi l’esprit plus narratif du volet originel. Exit donc Spira et ses Skells, place à Alrest et ses nombreux titans. Un retour qui, bien évidemment, fait du bien, tant il fait penser de suite à Bionis et Mekonis, les deux titans aperçus dans le premier jeu ; mais Xenoblade Chronicles 2 se veut être à la fois comme une suite spirituelle, certes, mais aussi un épisode à part entière, proposant une aventure totale et complètement nouvelle, tant pour les aficionados de la série que pour les néophytes.
Exit donc les Shulk, Fiona, Sharla et autres Dunban. Place à Rex et ses nouveaux compagnons qui devront explorer cette fois une grande multitude de titans.


Plus jeune que de coutume, Rex a tout du héros Shonen du haut de ses 14ans (un âge considéré comme charnier dans la culture japonaise).


La direction artistique (nous y reviendrons) revient donc à la ligne dessinée par Bionis et Mekonis, accompagnée de l’immense retour des musiciens du premier opus.
Le système de jeu, quant à lui est toujours là, mais proposera une feature très intéressante, qui sera au cœur de l’expérience Xenoblade 2 : les Lames (« Blade » en version originale).

Musique proposée : …Et cette fois c’est la version nuit qui est la plus belle !
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=44




Une rencontre qui s’avèrera déterminante et centrale dans l’histoire.

Toujours une immense dose d’exploration, toujours un nombre invraisemblable de quêtes, et toujours cette construction de jeu qui rappelle le MMORPG, mais hors ligne.

Bref, vous l’avez compris : ça sent la grande aventure.

Et vous n’allez pas vous tromper.



Le système de jeu : les personnages


Chaque personnage principal pourra être diriger indépendamment, ce qui laissera parfois place à des déplacements sympa.



Chaque protagoniste a son propre panneau de gestion…

Comme de coutume, Xenoblade 2 vous permet de contrôler une équipe de combattants, ayant chacun un rôle ou une spécialité spécifique. Certains personnages sont des combattants équilibrés, d’autres de véritable tank. D’autres encore, ne sont pas faits pour la confrontation directe mais occuperont plutôt une fonction de soutien, comme celle soigneur par exemple. Une construction calée sur les jeux précédents et qui s’inspirent clairement du MMORPG, mais en offline comme indiqué plus haut.

Vous pourrez néanmoins diriger 3 personnages à la fois maximum (vous pouvez également ne jouer qu’avec un ou deux personnages si le cœur vous en dit). Chaque personnage de l’équipe est jouable en tant que personnage principal. A vous donc de tous les essayer et de choisir au mieux suivant votre stratégie du moment ou votre style de joueur.

A noter également que les personnages ont une capacité à attirer les mobs vers eux suivant les attaques envoyées : à vous de faire en sorte qu’un ennemi dangereux tape plutôt sur le Pilote qui fait office de Tank plutôt que celui qui fait Healer !




Le Réglage du Level Up



En dormant dans une auberge, vous pouvez augmenter ou diminuer le niveau de vos personnages

Comme tout dans tout JRPG qui se respecte, les Pilotes de Xenoblade 2 gagnent en niveau. Si bien évidemment cette progression se fait naturellement au fil de victoires remportées lors des combats, il est également possible de majorer le niveau de vos personnages en les faisant dormir à l’auberge. En NG +, vous pourrez également votre niveau, contre points d’expérience).

De cette façon, vous pouvez gagner du temps pour avancer en compétence mais également augmenter ou diminuer légèrement la difficulté.
Attention, le jeu ne vous permet pas non plus de faire n’importe quoi et de faire monter directement level 99 (coucou les remastered de Final Fantasy !) : les niveaux gagnés sont fonction de l’expérience récemment gagnée : pas de combat, pas de possibilité de monter davantage de niveau.

Une feature plutôt pas mal et qui au final ne déséquilibre pas pour autant le jeu : les combats retors le resteront, croyez-moi.

A noter également que Xenoblade Chronicles 2 propose également de base deux niveaux de difficulté dans les options avant de lancer une partie : mode facile ou normal. Ce réglage peut être modifié à tout moment et de façon illimitée.


Le cœur du jeu : les Lames


Si le battle system reste plus le moins le même que dans les précédents opus, il apporte néanmoins une nouvelle feature : les Lames. Celles-ci sont au cœur de l’expérience Xenoblade 2.
Véritables combattants aux pouvoirs exceptionnels, les lames sont liées à leur pilotes ("Drivers" en V.O). Plus qu’une totale harmonie, c’est une véritable symbiose qui s’opère entre les deux entités, et le joueur aura à cœur d’améliorer constamment cette relation de différente manière.
Il existe de types de lames : les rares (uniques) et les communes.



Les lames rares ont toutes un design particulier et unique, ainsi que leur propre personnalité et doubleur…




Les lames communes ont toutes plus ou moins la même apparence. Elles se distinguent néanmoins par une arme et un rattachement élémentaire spécifique. Ces lames sont également doublées mais n’apparaissent jamais dans les cinématiques de l'histoire principal (mais bien dans celles des sides-quetes).



Le sociogramme


Chaque personnage aura son propre arbre de compétence (sociogramme) à compléter…


Dans le premier opus, le sociogramme permettait de développer votre relation aux PNJ du monde de Bionis, voir les relations qu’il pouvait avoir entre eux.
Dans Xenoblade 2, le sociogramme est désormais centré sur vos protagonistes et fait office d’arbre de compétence.

Suivant vos exploits en combats, les éléments que vous trouverez ou tout simplement les relations que vous développerez aux travers des quêtes, votre personnage pourra débloquer des compétences et paliers.

Certaines renvoient à de purs éléments de stats (plus de vie, plus de résistance), à du confort de jeu (avoir tel ou tel fonction disponible de suite en début de combat) ou tout simplement à des compétences clés (lecture, cuisine, archéologie, etc), voir carrément (et c’est le plus intéressant) à de nouveaux scénarios. Si les compétences de terrain (parfois unique à une lame) permettent de débloquer de nouveaux secrets en jeu, la véritable plus value réside bel et bien dans les quêtes scénarisés, véritables petites aventures propres à chaque lame.



Les lames sont aussi leurs propres compétences qui varient de l’une à l’autre en genre et en nombre. A vous de regarder à élément pour voir comment débloquer de nouveaux scénarios.


Certains scénarios peuvent s’étaler sur de nombreuses heures, et permettent d’obtenir des éléments unique, comme des trésors légendaires ou même carrément, de nouvelles lames.
Les scénarios permettent donc de développer ou de renforcer votre lien avec ces guerriers, et il faut souligner que chaque scénario contient bon nombre de cinématique doublés. Vraiment, c’est ultra impressionant.
Bref, si il est souvent mis de côté lors de la phase de découverte du jeu, le Sociogramme s’averera l’élément central pour développer le Post-Game.


Je vous conseille donc de rincer tous les sociogrammes de toutes les lames rares : c’est là que réside toute la richesse de Xenoblade !

Et pour l’anecdote, sachez pour les moins téméraires, que les quêtes annexes permettent de découvrir toutes les zones secrètes du jeu (si certaines vous ont échappé).



Le système de cristal-coeur



Ne pas faire n’importe quoi avec les cristaux-cœur

Elément central au cœur du jeu mais aussi de l’histoire, le cristal-cœur permettra d’obtenir de nouvelles Lames. Il existe 3 types de cristaux-cœur, classés suivant leur ordre de rareté : Commun, Rare et Légendaire. Vous devinez à leur nom leur fréquence d’obtention.
Chaque cristal peut être utilisé par un personnage principal : il fera alors apparaitre une Lame, unique ou commune, qui lui sera liée.

Ce système a été quelque peu décrié à la sortie du jeu de par l’apparition des Lames sous un facteur légèrement aléatoire : vous n’aurez pas toujours exactement les mêmes lames que d’autres joueurs au même moment, ou dans le même ordre, mais qu’importe.


Bien sûr, la plupart du temps, vous aurez droit à des lames communes, à la personnalité quasi inexistante et au design cloné. Pour éviter d’en avoir des tonnes, et obtenir des Lames rares (plus intéressantes), il faut donc utiliser des boosters.
Ces objets s’obtiennent chez des marchandes en combinaison des éléments que vous avez looté dans le jeu (pièces mécanique, fleur, pierres précieuses, etc).

Autre possibilité : « Libérer » des Lames, ce qui permet d’obtenir également facilement des boosters pour de prochaines invocations.

A vous de gérer vos équipes mais sachez néanmoins que les Lames communes sont loin d’être inintéressantes : elles possèdent des compétences de terrain parfois uniques et s’avèrent indispensables pour certains points de progressions.


Associé aux stats de chaque personnage (qui ont des points de vertus : bravoure, sincérité, empathie etc), les boosters permettent donc d’augmenter le taux d’apparition d’une Lame Rare / Unique.

Si bon nombre de Lame Rare apparaitront au gré de l’avancée des chapitres, d’autres vous demanderont de réussir des quêtes spécifiques ou bien encore d’avoir des personnages avec un niveau de vertu élevé.



Chaque design de Lame ou de personnage peut être visionné dans la galerie...



… Ou in-game ! Admirez les détails !

Mais dans l’ensemble, sans booster, et même juste avec un cristal commun, vous pourrez très bien obtenir une Lame unique. Bref, si le facteur chance est quelque peu présent, vous pouvez néanmoins la provoquer davantage.

A vous de faire les bons choix quant à l’utilisation de vos cristaux et au rattachement de vos personnages suivant leur niveau de vertu car rien n’est plus rageant que d’obtenir un Lame générique après avoir utilisé une cristal-rare ou légendaire.
(Note : les niveaux de vertus augmentent avec le sociogramme des Lames)

A noter que chaque lame, rare ou commune, dispose d’une cinématique d’apparition spécifique (et plutôt cool à voir) qu’il est également possible de revoir à tout moment depuis les menus du jeu.



Apparition d’une lame unique créée spécialement à la demande de notre compère Iglou…



…Et qui pourra l’accompagner tout du long lors dans ses pérégrinations et de ses érections



Une autre lame spécialement conçue pour faire fondre Blondex cette fois-ci !


Chaque Lame est censée avoir une apparence liée à l’esprit de son propriétaire ! Attendez vous donc à ce que le frétillant Rex fasse donc apparaître des Waifu à n’en plus finir !
Dernier point concernant l’invocation de nouvelles lames : pas de panique dans vos choix de rattachements ! Si vous le souhaitez, vous pouvez transférer n’importe quelle lame à tout moment à un autre personnage via l’option « transfert » : cette fonction est utilisable à l’infini et sans le moindre coût ! Pratique !


Ok j’ai une lame, mais ça sert à quoi ?

Point qui peut surprendre : les Lames ne sont pas jouables directement. En effet, durant les combats, les Lames ont une fonction d’assist : elles aident leur pilote en lui confiant arme et pouvoir. C’est donc le pilote qui combat en première ligne de front, la lame se contentant de le suivre et de lui transmettre constamment son pouvoir, via un flux continue d’ether. Si le Pilote s’écroule, la Lame en fait de même.
De prime abord, c’est un peu décevant, car le look des différentes lames donne envie de les jouer directement, mais on finit par s’y faire.




Les arts ne sont plus désormais rattachés à un personnage, mais à ses lames et ce sera à vous de les améliorer avec des points d’actions accumulés grâce à l’expérience.


Chaque lame est donc la détentrice de l’arme, mais aussi des Arts utilisés par les pilotes, ces fameuses attaques que l’on retrouve dans chaque épisode.

Chaque lame dispose de 4 arts distincts, liés à la force élémentaire, ou la stratégie de combat (attaque frontale, de côté, par derrière, soin, etc…). A noter que le système de déséquilibre et de chute est de retour. A vous de vous en servir judicieusement !

Il y a en tout 14 types d’armes disponibles pour les Lames, ce qui fait que chaque personnage principal peut potentiellement près avoir à sa disposition 14 *4 types d’arts différents, chacun étant upgradable. Vous n’avez pas fini de faire des combinaisons !

Enfin, point très appréciable : il n’est plus nécessaire de passer par une forge pour améliorer une lame d’équipement : dès lors que vous avez le matériau adéquat, vous pouvez booster l’arme directement depuis le menu : ultra pratique !
(Note : la forge reste nécessaire uniquement pour les accessoires / cœur auxiliaires - voir plus bas).


Les objets : la plongée et les marchands



Ne pas foirer mon QTE !

La plongée est une feature disponible en tant que mini jeu tout au long de l’aventure et à de nombreux points d’Alrest. Elle vous permet d’utiliser les capacités uniques de Rex en tant que Récupérateur pour plonger dans la mer de nuage et tenter de récupérer des trésors.
Il faut pour cela remplir 3 conditions : trouver un point de plongée (indiqué par une icône), utiliser un cylindre (à la qualité/prix variable) et réussir un QTE (à la difficulté là aussi variable suivant le cylindre employé).
Si toutes les conditions sont réunies, Rex remontra alors un grand nombre de loots, comme de l’argent, des pièces d’équipement, voir un coffre à trésor ! Attention cependant, car de nombreux (et dangereux) monstres peuvent apparaitre alors et il faudra les éliminer au préalable pour récupérer votre précieuse cargaison !
Les points de plongées sont un élément essentiel de Xenoblade 2 et vous permettront d’obtenir des objets uniques !



Notes de piano, tableaux, poissons, viandes… les marchandises sont innombrables !



Chaque objet a plusieurs finalités d’utilisation possibles : à vous de toutes les découvrir !


Concernant les marchands, ils sont très nombreux et très variés dans les produits proposés. Comme dans le premier opus, chaque objet peut servir à une quête, à du boost de personnage (ou de relation avec une lame) ou bien encore à la création d’un objet unique ! A vous de découvrir les possibilités innombrables qui s’offrent à vous, mais sachez qu’aucun objet de loot n’est inutile et que chaque achat améliorera vos relations commerciales, ce qui amènera également à de nouvelles récompenses !


Les accessoires : les cœurs auxiliaires



Les cœurs auxiliaires servent de boosters complémentaires à l’équipement et sont rattachés à la Lame de votre choix

Dernier point avant de prendre congé sur la gestion des personnages et de lames : la gestion des accessoires.
Chacun de vos personnages principaux pourra s’équiper d’éléments d’armure pour renforcer ses stats : résistance, force, agilité, dextérité, etc.
Chaque Lame quand à elle, pourra se voir attribuer des cœurs auxiliaires, qu’il s’agira de faire fabriquer. Elles permettront d’avoir certains boosts ou protections complémentaires : pas indispensable mais salutaire sur certains affrontements


Cas à part : La Lame Poppy


La lame artificielle Poppy sera entièrement personnalisable comme aucune autre !

Exception qui confirme la règle, le personnage de Poppy ne répondra pas tout aux principes susmentionnés. Il s’agit en effet d’une lame artificielle, la seule présente dans le jeu. Son amélioration dépendra d’autres éléments, liés à un mini jeu : « Tiger, Tiger !», un véritable jeu 8 Bits implanté dans le jeu.
Si l’évolution de Poppy n’est pas obligatoire (vous pouvez très bien finir le jeu sans), passer à côté serait en revanche fort dommageable, tant cette lame offre pléthore de possibilité comme aucune autre !



« Tiger ! Tiger ! » : règles et principes


Musique proposée : ça sent bon le rétro !
https://www.youtube.com/watch?.....;index=105


Mais qu’est ce donc ? Une borne d’arcade Steampunk ?! Very Happy



Le jeu mini-jeu Tiger! Tiger ! est un jeu de plongée en 8 bits où vous allez tenter de récupérer cristaux d’ether et équipement pour Poppy !

Afin de développer Poppy votre lame artificielle, vous allez devoir jouer au mini-jeu Tiger ! Tiger ! (Si vous trouvez le rapport avec le poème de William Blake, dites le moi) !)
Ce mini-jeu, complètement en 8 Bits, vous amène à diriger un Nopon qui va effectuer des plongées dans les abysses de la mer de nuage.



Simple mais efficace, Tiger ! Tiger ! s’avère assez corsé !

5 niveaux proposées et deux modes de difficulté : normal (chaque impact vous blesse, y compris les cases de pierre) ou facile (moins de dégâts, et pas d’impact si vous touchez les cases de pierre).
Le Nopon plonge sans s’arrêter et il faut donc éviter requins, tortues, pieuvres et autres araignées des mers tout en essayant de choper des cristaux d’éther voir des pièces d’équipement flambant neuves disséminés dans des coffres à trésors.
Vraiment pas évident (on meurt très facilement) mais intéressant. En effet, il est possible de tuer les ennemis grâce à son grappin, mais tous n’ont pas la même zone de vulnérabilité. Certains ennemis ne peuvent être touchés que par le dessus, d’autres par en dessous… Pas facile !

Arrivé au fond de l’abysse, votre Nopon entamera ensuite une remontée fantastique à toute vitesse et il faudra de nouveau éviter les obstacles !
C’est à la fois un jeu de reflexe mais aussi de stratégie : chaque ennemi tué pendant la descente ne réapparaitra pas lors de la remontée ! Pensez donc à préparer votre voie de sortie !

Maintenant que nous avons fait le tour de la gestion des personnages, entrons dans le vif du sujet : les combats !




Les combats

Musique proposée : Let’s fight !
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=77




Les combats sont peuvent s’avérer chargés, surtout avec les attaques de zones !


Les combats s’inscrivent dans la lignée de la saga et restent basés sur le même système d’art au tour par tour. A ceci près qu’il n’est plus rattaché directement aux personnages mais aux lames et à leurs arts. Toujours un peu bordélique, avec encore plus de personnages qui piaillent à longueur d’actions : vous ne serez pas dépaysés !
A noter que vous contrôlerez à la fois pilotes et lames respectives (1 lame à la fois par pilote) : cela fera donc 6 personnages qui combattront simultanément à l’écran !




Une attaque de niveau 3 qui n’est pas sans rappeler une célèbre invocation de Final Fantasy.


Le pilote peut s’équiper de 3 arts à la fois au maximum : libre à vous de choisir vos arts et de les changer au gré de vos besoins avant le début d’un combat.
Chaque pilote a toujours une frappe de base, appelée auto-attaque, que l’on retrouvait déjà dans les opus précédents ou dans les MMORPG : en gros, le pilote tape tout seul dès qu’il est à porté.
En frappant suffisamment, l’auto-attaque permet de charger les arts de sa lame pour les déclencher, et la boucle repart de sitôt ainsi.

Pour éviter toute redondance : plusieurs types de finish sont également possibles en fin de combo.
A noter (point important) que la distance entre le pilote et sa lame influe sur la vitesse de rechargement des Arts : à vous de ne pas trop vous éloigner de votre acolyte !

Au fur et à mesure du combat (mais aussi pendant les phases d’explorations), vous pourrez améliorer la relation Pilote /Lames pour que les Arts se déclenchent plus vite.

Exemple de finish au 4ème degré


A force d’enchainer vos Arts pendant les combats, vous aurez accès à différents types de finish :

-1er type de finish : les attaques finales de lames, réglées sur 4 niveaux de puissance, appelés degrés
Ces derniers se chargent au fur et à mesure que vous utilisez des arts. En les déclenchant, le pilote confie l’arme à la lame, qui attaque alors directement la cible.
Ce sera alors l’occasion de retrouver le fameux cercle en QTE initié dans les précédents épisodes.



Réussissez vos attaques combinées en équipes pour doper vos dégâts !

-2ème type de finish :: les combos de Lames

En lançant une attaque élémentaire de 1er à 4e degré avec les lames, vous pouvez construire une sorte de super attaque élémentaire finale fruit d'une réaction en chaine entre les éléments.


Exemple d’attaque élémentaire combinée

Ex : un premier personnage lance feu au niveau 1, le second lance éclair au niveau 2 (ce qui crée un feu électrique) et le 3 lance enfin, au degré 3, une attaque de vent : cela crée une tempête de feu électrique, et les débats sont considérables (de 10 à 100 fois plus de dégâts) : obligatoire pour les gros boss ! En termes de dégâts, vos impacts sont multipliés en général par 30 à 50 !
Des attaques qui permettent donc des points de dégâts à 6 chiffres : un peu long à maitriser, mais indispensable !

Faites donc attention aux affinités des lames élémentaires que vous employez : une lame d’eau ne pourra pas par exemple intensifier une attaque lancée par le feu : il faudra plutôt du vent !



-Enfin, 3ème et dernier type de finish : les combos de Pilotes. La barre de segment, qui sert également à relever les personnages tombés, comme dans les anciens Xeno. Remplie à rebord, elle permet donc d’enclencher une attaque combinée des finish de 1er à 4è degré entre vos 3 protagonistes et leurs lames !


Exemple d'un cœur élémentaire généré après un combo de Lame.

Lors de ces attaques combinées, certains ennemis se défendront au moyen d’un tout nouveau système de protection élémentaire, appelé cœur élémentaire. Certains auront une protection contre le feu par exemple, d’autres la glace.



Briser un coeur apportera un nouveau tour d'attaques et montera le niveau de finish de chaque Lame !

Pour faire du dégât, il s’agira donc de briser ce cœur, et le seul moyen d’y parvenir sera justement l’attaque combinée . Indispensable face aux gros boss !
Attention néanmoins à ne pas abuser de cette attaque : elle vide complètement votre barre, et si un personnage à terre, vous ne pourrez plus le relever (et si c’est le personnage que vous contrôlez, c’est game over direct !). Un principe que l’on retrouvait déjà dans les précédents Xenoblade.


4 coeurs élémentaire brisés = explosion totale !

Si vous arrivez à générer 4 coeurs élémentaire sur un ennemi, puis de les briser en une sessuon de combo de Pilotes, vous déclencherez alors l'explosition totale : un ultime finish où tous vos protagonites attaquent ensemble ! Peu d'ennemis pourront y survivre !


D’autres subtilités entreront en ligne de compte, mais vous l’aurez compris : le Battle System de Xeno2 de ne change pas grand-chose à la formule mais en tire néanmoins un principe original avec les Lames. Vos ennemis étant très souvent des sacs à PV, le jeu vous incitera donc à user et abuser constamment des splendides finishs pour terminer au plus vite et de façon spectaculaire vos combats.
A la fois dynamique et tour par tour, le système s’avère plaisant à la longue, même si il faut avoir un set de perso assez fourni pour qu’il commence à devenir réellement intéressant.
Il sera donc un peu long à mettre en place, et comme tout épisode de Xenoblade, il demandera des dizaines d’heures avant d’être parfaitement maîtrisé dans toutes subtilités par le joueur.


Des défauts dans le système de combat ?


Pour les points qui fâchent : on ne se soigne plus directement. On fait tomber (de l’ennemi) des bouteilles de soin qu’il s’agit ensuite d’aller ramasser constamment. Ca, franchement, c’est ultra relou.
Autre point, l’IA : assez bien foutue (elle s’adapte de suite à votre stratégie d’attaque), elle a cependant tendance (parfois) à quelques anicroches déjà présentes auparavant : tomber d’une falaise, ne pas vous aider à ramasser les soins (à part un perso, spécialement healer). Un peu énervant sur les combats compliqués !

Enfin, et c’est selon moi le point le plus dommageable : une fois porteur d’une arme, votre personnage se déplace trèèèèèèèèèès lentement. Ca donne un aspect très pataud pendant les combats, mais heureusement dès que vous lancez votre arme à votre lame, votre personnage pourra à nouveau s’élancer comme une gazelle. Une astuce qu’il m’aura fallu 70 heures à découvrir, complètement par hasard.

On est donc loin de l’hyper nervosité de Xenoblade Chronicles X, mais on revient à quelque chose de plus lent, même plus que Xeno 1.

Cela reste cependant plaisant à jouer, mais plus casual dans l’approche.

Musique proposée : Une bien belle valse https://www.youtube.com/watch?.....p;index=23



Les quêtes : gestion des villes et Mode Mercenaire


Le menu des quêtes a été considérablement été simplifié pour gagner en clarté.


Comme tout RPG qui se respecte, Xenoblade 2 propose un nombre incommensurable de quêtes. Celles-ci sont de différentes natures et de différentes qualités/importances, comme de coutume dans chaque épisode de la série.

En plus de la quête principale, de nombreuses quêtes annexes seront à découvrir au gré de vos discussions avec les habitants d’Alrest.
Par nature, elles correspondent essentiellement à celles pratiquées dans les MMORPG : aller chasser un ou plusieurs mobs, recueillir différents éléments de loot pour les apporter à un PNJ, etc.
Certaines quêtes sont à compléter directement par le groupe. D’autres, en revanche, passeront par un tout nouveau mode : le Mode Mercenaire.




Les missions du mode mercenaires sont séparées par Titan et permettent d’améliorer votre relation avec chaque royaume

Similaire à celui que l’ont pouvait trouver dans Assassin’s creed Brotherhood d’Ubisoft, il vous permet d’envoyer vos Lames en mission indépendamment des pilotes. Celles-ci deviennent alors absentes / non sélectionnables pendant le temps imparti à la mission (généralement 40 min).

A leur retours, les Lames auront amélioré la relation du groupe à un royaume, rapporté des éléments de crafts, et gagné en expérience / compétence : une façon utile de faire du level-up pour votre arrière-garde et de l'impliquer pendant que vous progressez dans l'aventure principale.

Certaines missions nécessiteront des Lames spécifiques (une Lame rare, ou bien une Lame commune correspondant à un genre, un type de combattant ou bien affinité élémentaire).

Vous avez la possibilité d’envoyer beaucoup plus de lames que demandé, et chacune verra son expérience monter sans que le nombre du groupe envoyé ne se divise pour les points d’expérience acquis : pratique !



Vous pourrez envoyer des escadrons de lames pour les améliorer et développer le monde d’Alrest

Plus votre escadron est puissant et compétent, plus vite il rentrera au bercail !

Voilà donc pour le mode Mercenaire.

Egalement, pour en revenir aux quêtes classiques effectuées par le groupe principal et le joueur, certaines quêtes jouées par les Pilotes offriront des embranchements possibles : c'est-à-dire des quêtes pouvant être accomplies de plusieurs manières, suivant vos compétences acquises. Une feature malheureusement prétexte, car pas du tout développée de façon satisfaisante... Dommage !

Enfin, et ce sont les quêtes les plus intéressantes à suivre : les quêtes scénarisées de Lame.
Chaque Lame Rare aura en effet une aventure scénarisée à découvrir. Une façon de développer le background de chaque Lame et votre attachement à cette dernière, ainsi que la profondeur du Lore.
Pour débloquer ces quêtes, il suffit d’avoir la lame spécifiée et de se rendre dans un lieu adéquat (généralement une ville) : la quête se lancera toute seule à condition que vous ayez rempli toutes les conditions nécessaires !

Le déclenchement la quête personnelle d'une lame est toujours indiqué dans le sociogramme (à différents endroits suivant la Lame) : à vous de remplir les conditions demandées pour chaque protagoniste. Mais sachez une chose : ces quêtes scénarisées valent toujours le coup !

Petit point à noter cependant pour celles et ceux qui aiment speeder : toutes les side-quests nécessitent de retourner voir le PNJ à son origine pour la conclure ! Un recul par rapport au premier Xenoblade, et clairement un artifice pour augmenter le chronomètre de jeu, mais au moins, à défaut d’un texte tout vilain à l’écran, vous aurez cette fois une véritable discussion conclusive avec les Mobs ! A vous de voir si vous préférez voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein !

[g]Pour conclure sur le mode mercenaire et les sides quests, un dernier point important :[/g]
Plus vous ferez de quêtes, plus le niveau de développement des villes augmentera, en apportant bon nombre davantage : nouvelles histoires, nouveaux objets (parfois uniques) pour avancer dans les meilleures quêtes… Vous aurez également, arrivé à un certain niveau d’échange, la possibilité de racheter les différents magasins du jeu : l’obtention des clés de chaque proprio amènera à obtenir des passifs, parfois vraiment intéressants (obtenir plus d’or après les combats, courir plus vite, monter les paliers maximum de vertus pour obtenir les dernières lames…).

Bref, une partie du jeu vraiment aussi intéressante que primordiale ! A ne pas négliger donc !



Le héros du jeu : le monde



L’un des plus beaux plans du jeu au tout début de l’aventure


Comme dans chacun des volets précédents, plus que les personnages, c’est véritablement le monde de Xenoblade 2 et ses titans qui sont les héros du jeu. Explorer chacune des nouvelles contrées, s’émerveiller face à la beauté de leurs biomes, la grandiloquence de leurs panoramas et l’audace de leurs design sont tout simplement au cœur de tout expérience Xenoblade, et il en est de même pour ce nouvel épisode.



Certains plans sont absolument magnifiques



Comme de coutume, les Mobs à très haut niveau côtoient d’emblée les ennemis à votre portée ! Faites attention !

Musique proposée : Lumineuse, paisible, cette piste vous mettra du baume au Coeur !
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=58



N’allez pas croire pour autant que l’aventure soit plus minime : chaque titan est absolument gigantesque et s’avère être un immense bonheur à parcourir. Les découvrir fait partie du cœur du plaisir de la découverte de Xenoblade 2 : je vais donc les spoilier le moins possible !



Un champ de fleur baigné d’un halo de lumière dynamique


Chaque titan (et je ne dirai même pas le nombre !) a sa propre esthétique, son propre concept de design et sa culture. Il s’agit comme de coutume du cœur du travail de Monolith (le studio élabore en priorité les environnements, et posent ensuite le reste avec les personnages en dernier lieu).



La vue subjective vous plonge littéralement au cœur des nombreux détails présents dans les environnements. Allez admirer la cuisine !



Les Nopons se sont aménagés de petites maisonnettes dans la coque de ce navire volant ! Génial.



L’utilisation de la vue subjective pour découvrir tous les détails est fortement conseillée !


Lorsque l’on sait les conditions difficiles dans lesquels a été développé le jeu (le studio avait vu partir les ¾ de son équipe pour aider au développement de Zelda Breath of the Wild), on ne peut que rester que pantois face au travail accompli : en terme de surface, je pense très sincèrement que Xenoblade 2 est l’épisode le plus grand et le plus détaillé de l’histoire de la saga. Ca a dû cruncher comme jamais !



De doux airs de Skies of Arcade (Dreamcast), n’est il pas ?

Surface de jeu immense, villes très nombreuses et remplies de PNJ en tout genre, zones sauvages à la taille et à la complexité incommensurable, (avec une gestion aussi bien verticale qu’horizontale des environnements) : Xenoblade Chronicles m’a tout simplement donné le vertige !


Musique proposée : https://www.youtube.com/watch?.....p;index=94
Beaucoup de rêverie dans cette piste qui rappelle un peu Nier Automata



L’eau s’éclaire au fur et à mesure de vos brasses…Magnifique.



Xeno 2 offre le plus gros travail de modélisation des objets de la saga. Dommage que les PNJ se ressemblent beaucoup.



Notez le niveau de détail de ces titans transformés en vaisseau et de la taille minuscule des personnages à côté.

Les environnements font cracher ses tripes à la Switch : chaque titan se visite intégralement sans le moindre temps de chargement et la profondeur de champ donne très souvent le vertige !



Admirez la profondeur de champ. Et encore, vous n’avez regardé ni en haut, ni en bas !

A noter que le cycle jour et nuit est toujours présent et permet quelques belles surprises de changements d’environnements. Ceux qui ont parcouru les Marais Satori dans le premier volet sauront de quoi je parle !



La lune illuminant l’intérieur d’un Titan


Notez la transparence des ailerons laissant filtrer la lumière.


Les panoramas en hauteur et vous permettent de vous repérer facilement grâce à la grade visibilité du level design.




Les intérieurs n’ont jamais été aussi travaillés. Ce décor est d’inspiration chinoise


Chaque Titan et à la fois un concept en soi et une recherche approfondie en terme de direction artistique et de level design : on sent clairement l’expérience Breath of the Wild a profité a Monolith Studio, tant elle en tire de nombreux atouts.
En effet, un simple tour panoramique de la caméra vous permettra de vous repérer : vous êtes, pour ainsi dire jamais paumé, tout comme dans les aventures de Link.
Dès lors, la carte est quelque peu inutile (on peut l’enlever ou, si besoin, la mettre en surbrillance).





Des environnements gigantesques et très en relief, des couleurs chatoyantes et une flore bioluminescente : Uraya va vous laisser sa marque.




La vue subjective réserve toujours des trésors de petits détails. Ici, une Nopone et son tableau en cours.



Ce titan à la forme de poissons volant servent au transport.



Chaque nation a son propre bestiaire de titan avec sa propre façon de les équiper /utiliser.


L’univers visuel a bénéficié une fois encore d’un incommensurable travail de recherche et de conception en termes de design. Chaque titan est vu comme une nation et une culture à part entière. Des faunes à la flore en passant par l’architecture, chacun des ces environnements est vue comme un univers singulier et cohérent.


On est tous de suite capté par le gros travail apporté aux yeux



Des gorges verdoyantes de la vallée de Gormont en passant l’architecture Steampunk de Morr Ardain ; des plages insulaires de l’archipel de Lefteria en passant par le surréalisme mystique d’Indol, chaque lieu a une âme, un souffle, un rythme, une pulsation unique.

Et ce n’est qu’un très succinct aperçu du nombre de monde que vous aurez à découvrir. L’élément de surprise est et doit rester de rigueur.


Matez la taille de ce mob !



Un design qui n’est pas sans rappeler l’excellent Anime japonais « Les Chroniques de la Guerre de Lodoss »


De façon général, Xenoblade Chronicles 2 fait honneur à ses ainés et continue de vous décrocher la mandibule à chaque mètre parcouru : c’est l’effet « ouah « en permanence comme jadis du temps de Bionis et Mekonis. Un gros très gros coup de chapeau à l’équipe de Monolith, tant le travail accompli m’a scotché.
A noter que certains environnements semblent avoir tapé du côté de Nier Automata, ce qui n’est pas pour me déplaire !
Bref, si vous êtes comme moi, vous allez passer votre temps à prendre des photos, et vous n’êtes pas prêt d’oublier le Monde d’Alrest, croyez moi, foi de Twinsen !



Matez-moi ces arcboutants !




Le petit détail qui tue : certains personnages s’illuminent dans le noir



Admirer le travail d’architecture



Le vertige on vous dit !


Musique proposée : mélancolie
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=26



De jour comme de nuit, L’Arbre-Monde restera en vue, si loin et pourtant, si inaccessible.




La technique



« Comment ça tu critiques mon jeu ? »

Voilà un point qui a fâché à la sortie du jeu ! En 2021, la situation s’est elle améliorée ? J’ai envie de dire que oui !
A l’heure où j’écris ces lignes, le jeu a été considérablement patché (il est en 2.31) : une façon de rattraper la sortie précipitée après un développement très chaotique.

Alors qu’en dire ?
Aujourd’hui, la technique est stable et pas désagréable, mais demeure décevante.
Principal grief : Le jeu propose un rendu technique très en deçà des capacités de la Switch. Pire, il fait même moins bien que le magnifique épisode X, pourtant sorti 5 ans auparavant et ce, sur une console moins puissante.

Xenoblade Chronicles fait pourtant du mieux qu’il peut, mais comme le 1er épisode en son temps, on sent que les développeurs ne peuvent exprimer leur plein potentiel en raison des restrictions évidentes de la console. Vous aurez donc souvent droit à de splendides paysages à la profondeur de champ très impressionnantes, mais accompagnés de modèles distants très sommaire, à du clipping d’ennemis ou d’étendus d’herbes (un constante dans la série) à quelques (très rares) ralentissement pendant les combats un peu trop chargés.


De loin les décors souffrent pas mal de downgrade


Côté textures, certains éléments ou personnages avec de très jolis effets côtoient d’autres éléments aux modèles bien plus sommaires : les murs par exemple, vous renvoie au temps de la PS3, voir de la Wii. Dommage !



Il y a parfois des éclairages vraiment cools



Il y a en revanche un gros travail de lumière, imitant les effets HDR avec un rendu parfois très agréable. Cet élément est cependant assez discret, pour laisser place à de petites animations, comme des nuées d’oiseaux s’envolant dans le ciel.

Les cinématiques ont un aspect un peu inégal : les phases importantes sont parfaitement mises en scène tandis que les scènes mineures, comme dans tous les jeux japonais, ont des personnages bougeant avec les mêmes animations et tournant sur eux même. De ce côté-là, difficile d’en vouloir à Xenoblade 2 : tous les autres JRPG font pareil.



Chaque Nopon a une apparence unique mais c'est aussi le cas pour beaucoup de persos humains. Cette petite fille rappelle Jill Valentine (Resident Evil 1) , vous ne trouvez pas ?

Au moins, soulignons l’effort d’apporter des visages articulés avec animations labiales à tous les PNJ (Coucou From Software !)
Concernant le framerate, qui était réellement en dent de scie à la sortie du jeu, il est désormais stabilisé et affiche un 30 fps de très bonne tenue.

Côté résolution en revanche, c’est clairement décevant : oscillant entre 540p et 730p dans le meilleur des cas, le jeu s’avère souvent très flou, la faute à un affichage bien trop faible et qui se minore dès trop d’éléments sont présents à l’action.

Le jeu chute même à 300p lors des attaques combinées et là, c’est franchement dégueulasse à voir.
Le mode nomade, si décrié à l’époque, est désormais doté un entrelacement pour essayer de minimiser la résolution très faible si vous ne jouez pas sur votre TV : ce mode est clairement à éviter pour vos phases de découvertes. En cas de nécessité extrême, utilisez-le uniquement pour vos phases de loot ou des side-quests mineurs. Point important sur ce mode : le framerate est désormais parfaitement stable.

Bref Xenoblade Chronicles 2 n’est clairement pas le jeu le plus techniquement impressionnant de la Switch et son rendu amène à se poser de véritables questions, surtout lorsque l’on voit aujourd’hui que la Definitive Edition du premier épisode et Hyrule Warriors : l’Ere du Fléau (même éditeur et même console) ont les mêmes problèmes.
On pense direct que le jeu mériterait un Remake technique pour être apprécié à sa juste valeur, comme pour le 1 en son temps !


Musique proposée :
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=56


Option et confort de jeu



Les options d’affichage : régler le gamma…Et voilà.

Gros coup de gueule en revanche question option d’affichage : il est en effet IMPOSSIBLE de supprimer les nombreux éléments de hub présents à l’écran. En dehors de la mini carte (seul élément retirable), vous devrez donc avoir en permanence avoir la boussole, le point d’objectif, les touches raccourcis (au bout de 70h, je pense qu’on a compris la fonction des touches ZL et ZR).
Une incompréhension totale, qui gâche quelque peu la juste appréciation visuelle des décors.

Un écueil d’autant plus incompréhensible que les jeux Xenoblade Chronicles 1er du nom et X offraient la possibilité d’épurer au maximum le hub, de façon à intensifier l’immersion.

Un choix logique si on axe l’approche du game design du point de vue des casual gamers, mais incompréhensible pour les hardcores gamers qui souhaitent errer et se perdre dans les différents environnements qui composent Altrest.


Un scénario plus Shonen Manga

Musique proposée : Une piste qui brûle de la jeunesse et du héros Shonen !
https://www.youtube.com/watch?.....mp;index=8


On redevient un gosse en jouant à ce jeu…ou pas !

Sans rentrer dans le détail du scénario (l’élément de découverte est de rigueur !), notons que Xenoblade Chronicles 2 marque le retour à une aventure très scénarisée, après le décevant épisode X.
Toujours avec un discours typiquement Japonais, Xenoblade Chronicles 2 marque cependant un ton plus Shonen et rajeuni que le premier épisode. Non pas que les drames ne soient plus présents, mais l’histoire s’avère tout de même moins violente et désespérée que l’opus originel.



Un duo comique façon Team Rocket mais qui s’avérera très attachant ![/i]

Calquée sur un modèle plus héroïque, l’histoire est un feel-good game qui n’est pas s’en rappeler des aventures de légendes comme Skies of Arcadia (Dreamcast), ou, dans une référence plus récente, Dragon Quest XI.

Les personnages principaux sont, pour l’essentiel, plus jeunes que Shulk et ses comparses de jadis. Ils n’en sont donc pas aux mêmes étapes de vie. Rex, en bon héros d’animé, a bien évidemment 14 ans (l’âge charnier avant d’être considéré comme Japonais dans la culture Japonaise) et ses diatribes de héros seront à base de « je veux protéger tout le monde ».
Les vieux grigoux pourront donc trouver le ton plus naïf, voir lourd (les cinématiques de papotages sont très très nombreuses – et perso, j’adore) mais il ne faut pas oublier que nous sommes cette fois-ci dans un jeu à PEGI 12 !

_________________
"C'est la faute à Twinsen "!
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 01:17 Répondre en citant

Une localisation aux petits oignons



Bitch, please !


Alors là, chapeau !
On connaissait la réputation hyper pro des traductions du Club Nintendo, mais pour ce jeu, on peut se dire qu’ils s’y sont données à cœur joie ! Les personnages s’expriment dans des registres très variés, avec un véritable soin d’adaptation avec notamment des blagues très localisées, une utilisation intelligente du vouvoiement/tutoiement, et des références parfois très modernes !
Mention spéciale aux Nopons, dont les logorrhées sont la source inépuisable de jeux de mots en tout genre !



Véritable pervers en chef, Tora n’est jamais avare d’une blague scabreuse et on adore ça !



"...Et aujourd'hui, cette montre, je suis venu te la donner."

Le personnage de Tora a lui seul, est une leçon d’adaptation réussie !
A noter cependant, que la traduction a été faite non pas depuis le Japonais, mais depuis l’anglais. Si, comme moi, vous jouez en japonais et comprenez un peu la langue, vous verrez néanmoins que certaines expressions typiquement japonaises sont un peu passés à la trappe (mais rien de dramatique).

Autre point, certains personnages, ont complètement changé de nom pour sonner plus occidental.
Si certains choix sont réussis (Homura devient Pyra pour mieux évoquer son pouvoir de feu), d’autres adaptation issues de la VA sont un peu malheureuses (le Fénix Suzaku devient Roc, Hana (fleur en japonais) devient Poppy, ce qui fait que certaines scènes loupent leur réel sens lié au nom du personnage.
Du chipotage tout de même, car au final, les quelques ratés de traduction causés par la VA sont néanmoins compensés par un véritable soin d’adaptation à la langue française.
Bref : dans l’ensemble, c’est une très bonne VF !
Au passage, les doubleurs japonais sont la crème des doubleurs. Je vous invite à tenter de reconnaitre leurs voix : vous allez reconnaitre des Seyu de légendes !


Une bande originale inoubliable


Vous avez peut être écouté les nombreuses pistes que je vous ai suggérées tout du long de la lecture de cet test. Aussi, vous devez certainement en être arrivé à la même conclusion que moi : si il y a bien UNE CHOSE qui est tout simplement inattaquable dans Xenoblade Chronicles 2, c’est bien la bande originale !
Rappelez-vous l’incroyable B.O du premier opus : 90 pistes de légendes, la crème de la crème des compositeurs nippons (6 compositeurs !) et des milliers d’heures d’écoute sans jamais se lasser !
L’épisode X, confié au compositeur de l’Attaque des Titans, avait clairement déçu de ce côté-là (malgré quelques pistes très réussies)

Avec Xenoblade 2, c’est le retour à la Team originelle et le résultat s’avère grandiose !
Juger plutôt : 124 pistes, entièrement acoustiques ou symphoniques ! Finis les synthétiseurs, place aux cordes philarmoniques, aux vraies percussions, aux cordes, pianos, guitares, flûtes traversières et même à des chorales !
On retrouve clairement l’atmosphère développée dans le premier volet, mais l’amélioration du budget permet ici des merveilles, notamment par de nombreuses pistes aux chants liturgiques à couper le souffle !
Seul écueil, l’absence de la si talentueuse Yoko Shinomora, seule compositrice à ne pas avoir rempilé pour cet épisode (une piste d’ailleurs semble clairement tenter de reprendre son style).
Reste que le résultat général est grandiose : Xenoblade Chronicles 2 a certainement l’un des B.O les plus impressionnantes entendues…Depuis le 1er volet ! Chapeau !


Un réel investissement de temps nécessaire pour le joueur

Nous arrivons bientôt à la fin de ce test et dès lors, vous avez dû vous en rendre compte par vous-même (de part la taille de l’article) : Xenoblade Chronicles 2 n’est PAS un petit jeu à prendre à la légère. De part sa construction, la profondeur de son contenu et de ses mécanismes, mais aussi de part la durée de vie astronomique de son scénario (80heures au bas mot) il est [g]INDISPENSABLE[/g] de s’investir pleinement et totalement dans le jeu. Cela nécessite donc d'avoir du temps de libre pour être apprécié à sa juste valeur. b]Beaucoup de temps libre.[/b].

Je ne peux donc que conseiller d’y jouer de sur de très grosses sessions, et plutôt en vacances : y jouer moins de 3 heures d’affilés n’a ici aucun sens et s’avère même contreproductif.
Un jeu qui, clairement, ne peut pas être joué de façon discontinue (hérésie !) ou après la routine Metro/boulot/dodo, sous peine de passer clairement complètement à côté ! Vous êtes prévenus !



Conclusion

Piste proposée : Epique et cinématographique !
https://www.youtube.com/watch?.....p;index=10


Œuvre maudite à sa sortie pour ses problèmes de finitions, Xenoblade Chronicles 2 peut enfin être jugé deux ans après sa sortie pour ce qu’il est réellement : un JRPG d’exception, d’une qualité incroyable sur l’essentiel de ses propositions, et un retour à l’esprit d’aventure et de jeunesse de jadis.
Passionné et passionnant, l’univers de cet opus marque un retour artistique aux origines de la saga et récompense autant le joueur que le néophyte.
Généreux dans son contenu avec une aventure à la durée impressionnante et un système de jeu ayant fait ses preuves, il vous promet au bas mot une centaine d’heure de jeu sans aucun sentiment de lassitude ou de répétition.
Onirique, le dernier né de Monolith Studio témoigne de l’une des plus belles directions artistiques de ces dernières années, et nombreux seront les joueurs à ne pas oublier ses paysages incroyables et sa bande originale inoubliable.
Imparfait, Xenoblade Chronicles 2 témoigne comme son ainé d’une ambition contrariée, coincé entre l’ampleur d’un univers d’une étendue époustouflante et une technique qui tente constamment de tirer le jeu vers le bas de par les capacités restreintes de l’hardware auquel il tente d’échapper.

Au final, Xenoblade Chronicles 2 a, comme le 1er épisode, quelque chose d’anachronique : il ne fait pas la course aux AAA actuels sur des machines bien plus puissantes, mais brûle de toute son âme de par la beauté artistique de son univers et de ses personnages ; Il ne fait pas fi de son scénario ou de son contenu à coup de microtransactions, mais propose une œuvre totale, gigantesque, singulière, marquante, unique.

Il ne suit pas la mode ou la course du jeu toujours plus mature pour flatter le joueur trentenaire, mais revient à la fougue, à la légèreté voir parfois à la naïveté de l’adolescence.

Jouer à Xenoblade Chronicles 2, c’est retomber en adolescence. C’est avoir à nouveau 14 ans. S’enthousiasmer, virevolter, tomber amoureux et rêver. Il est une splendide invitation à la Grande Aventure, la vraie.

Nul doute que ce jeu connaitra un jour la juste reconnaissance qu’il mérite. Il est en tout cas à mes yeux un JPRG majeur, une ode folle à une quête majestueuse et il rejoint d’emblée des légendes indiscutables comme Xenoblade Chronicles 1, Final Fantasy IX ou bien Skies of Arcadia.
Un jeu qui fait du bien.

Bravo.

Et Merci.



Synthèse pour les prescriptions Gépalu 3000 mg :


Points positifs :
- Une aventure très longue, haletante et très positive !
- Un rythme très bien maitrisé
- Le plus gros épisode en termes de surface de jeu
- Des environnements hyper variés
- Les Titans, véritables mondes à l’identité forte
- Des personnages très attachants
- Une intrigue mêlant politique et relations humaines
- Les Lames
- Un système de combat enthousiaste…
- Un doublage 4****
- Une B.O d’anthologie
- Une direction artistique inoubliable
- Un monde crédible et bourré de détails et de symboles
- Des cinématiques nombreuses et bien foutues
- Beaucoup de sides-quests scénarisées

Points négatifs :
- Une technique frustrante
- Un humour et un ton qui ne plairont pas à tout le monde
- Les combats sont moins maitrisés que le 1er
- Un jeu qui demande d’avoir 15 jours de vacances au bas mot et pas d’enfants, sinon autant ne pas y jouer
- Le mode nomade : à oublier
- Quelques sides-quests pas terribles
- Quelques artifices pour augmenter le temps de jeu
- Un Hub trop chargé
- Un jeu parfois très verbeux qui aura raison des plus impatients
Blondex
Modérateur
Messages: 9012

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 01:38 Répondre en citant

Tu t'es surpassé, bravo !

Xenoblade 2, comme ses prédécesseurs d'ailleurs, regorgent de contrées variées à explorer, c'est toujours son point fort. Parmi tes screenshots, il y avait quelques détails auxquels je n'avais pas prêté attention, mais il y en a effectivement beaucoup. On sent le plaisir d'une équipe à travailler sur un univers.

Mais pour pas mal de raisons, il reste pour moi moins passionnant à suivre, le style shonen étant vraiment trop poussé à mon goût, et le personnage principal (Rex) ne m'a pas vraiment plu.

Quant au système de lames, je me serais très bien contenté des seules lames principales, plus complètes et plus intéressantes que la plupart des autres (même les plus rares). Développer les compétences - obligatoires - des lames a été une vraie contrainte, et je maudis encore toutes les quêtes annexes pour Poppy.
J'y ai davantage trouvé mon compte avec le DLC Torna, avec un système certes bien restreint, mais mieux travaillé. L'histoire est également plus sombre et plus adulte, et comme je l'ai dit dans mon avis, j'aurais aimé que l'aventure soit bien plus longue que ce qu'elle est.

Sur la technique, j'avoue que ça ne m'a pas choqué plus que ça, à part le mode nomade qui est vraiment affreux - honnêtement, Monolith sont les seuls à foirer à ce point, je ne sais pas comment ils s'y sont pris, mais les autres y arrivent, pourquoi pas eux ??
Je rebondis sur Hyrule Warriors, le jeu ne souffre pas d'autant de problèmes techniques que Xeno 2.

PS : encore quelques corrections d'images à faire par ci par là. J'ai supprimé une légende hors de propos dans ton 2ème post - tu sauras où.
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 01:53 Répondre en citant

Merci de ton retour ! T'as déjà tout lu ?!Laughing

Au passage, c'est en deux posts parce que les messages ont une limite de taille! Laughing

Pour le truc, tu as l'œil! J'espérais que ça tienne jusqu'à demain ! Laughing

Pour le reste, je suis assez d'accord avec toi. J'ai hâte de pouvoir faire Torna maintenant!
Blondex
Modérateur
Messages: 9012

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 09:26 Répondre en citant

Twinsen Threepwood a écrit:
T'as déjà tout lu ?!

J'ai fait une première lecture rapide, je relirai plus en détails.

Je pense que le DLC te plaira, maintenant que tu as fait l'histoire de Xenoblade 2, tu voudras sans doute en savoir plus sur certains personnages clés : Lora et ses lames (Jin et Haze), Adam et Mythra...
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 21:04 Répondre en citant

Même Kyo n'a rrive pas à tout mettre d'un bloc ! Laughing

72 pages, 55 000 caractères : je vois pas le problème ! Laughing
Blondex
Modérateur
Messages: 9012

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 21:08 Répondre en citant

La preuve irréfutable que tu dépasses les limites.
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Ven 22 Jan 2021 21:09 Répondre en citant

Ou plutôt celle de kyo et gameforever Laughing
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Dim 24 Jan 2021 15:34 Répondre en citant

@Blondex et @ City

Question : afin d'améliorer la mise en page de cette article et aussi d'aider notre partenaire Retro Kidz à relancer, est ce que ça poserait pb si je republiais ce papier sur Retrokidz.fr?

Je mettrai moi même les références et liens de la publication originelle sur gameforever en intro.

Si ça pose un souci, pas de problème. Je lui proposerai du contenu inédit de temps en temps à la place.
Blondex
Modérateur
Messages: 9012

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Dim 24 Jan 2021 17:29 Répondre en citant

Comme je l'ai déjà dit plusieurs fois, un article ou un dossier peut être partagé ailleurs si c'est la volonté de son auteur.
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Dim 24 Jan 2021 20:48 Répondre en citant

Ca marche ! Je mettrai peut être pas cet article, peut être de nouveaux trucs plus légers à lire, genre du rétro.

Sinon, tu as pu finir ta lecture? Et Iglou au fait?
Blondex
Modérateur
Messages: 9012

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Dim 24 Jan 2021 21:20 Répondre en citant

Oui, j'ai bien tout lu, je n'ai rien de plus à ajouter, à part que c'est complet. Ah si, juste une dernière remarque : finalement, la technique ne t'a pas empêché d'apprécier le jeu !

Honnêtement, ça ne me dérange pas du tout que cet article soit également partagé sur RK.
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Mer 03 Fév 2021 23:00 Répondre en citant

Suite à mon avancée dans le Post-Game, j'ai décidé d'apporter quelques précisions complémentaires à la partie concernant le Sociogramme (que j'ai aussi déplacé après les Lames pour être plus logique) ainsi que sur les quêtes annexes et le Mode Mercenaire, dont l'importance s'avère plus centrale que ce que j'imaginais au départ.
Blondex
Modérateur
Messages: 9012

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Jeu 04 Fév 2021 01:14 Répondre en citant

C'est dans quelle partie déjà ? C'est tellement long que je ne retrouve même plus le paragraphe ! Laughing
Twinsen Threepwood
Messages: 8650

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MessagePosté le: Jeu 04 Fév 2021 02:03 Répondre en citant

Dans la première partie :

- "Le Sociogramme" : nouveau paragraphe.

- "Les Quêtes" devient "Les quêtes : gestion des villes et Mode Mercenaire" avec une explication sur les finalités et les objets passifs obtenus en récompense.

J'ai aussi corriger quelques coquilles ou maladresses de syntaxe ici ou là.

EDIT : bon...J'ai vraiment corrigé beaucoup de coquilles et de fautes finalement : mes sincères excuses envers Blondex, qui a dû essuyé les plâtres. J'ai honte. Confused

Promis je fais plus jamais aussi long !
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Index du Forum > Blog Page : 1, 2  Suivante
 
 
ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   eBuyClub
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software