HORIZON - ZERO DAWN  
Suggestions
LA CLAQUE LUDIQUE ET GRAPHIQUE
Kirstendall Ce jeu est à la fois une claque graphique et aussi un très bon jeu ! Les créateurs de Killzone ont le talent pour créer des ambiances plus que sympa. Ici, un monde post-apocalyptique que l'on annonçait comme un "Red Dead Redemption"-like, mais qui lorgne du côté de Skyrim pour l'ambiance et le dépaysement, tout en ayant l'aspect Fun d'un Action-RPG. Du point de vue graphique, nous sommes au top, mais le comble est que le jeu est tellement prenant du point de vue du gameplay et du scénario que l'on oublie de regarder le paysage ! Un monde ouvert où l'on aime à se promener pour traquer des animaux-machines dans des joutes à la fois bourrinnes et stratégiques. On a vite fait de vouloir essayer différentes tactiques : silencieuse, corps à corps, élémentale. On note aussi un petit côté RPG pour les compétence et le "boostage" des armes, avec des quêtes toutes scénarisées qui fait que l'on évite les missions Fedex ennuyeuse... L'un de ces grands jeux où l'on oublie le temps, un des ces jeux qui donne envie d'y retourner en permanence. Une durée de vie qui semble plutôt convaincante, bien 50 heures de jeux pour le terminer et sillonner le monde correctement. Un incontournable !
UN JEU DÉSINCARNÉ
Wizzy Horizon: Zero Dawn, c'était pour moi la promesse d'un open world fantastique dans lequel se baladent des créatures mécaniques à la fois majestueuses et dangereuses. Je l'attendais avec la plus grande impatience. Hélas, la manette m'est vite tombée des mains. Passée la quinzaine d'heures à suivre Aloy dans les hautes herbes, le jeu ne m'inspire plus qu'une vague indifférence. Tout est proprement linéaire dans ce monde qui se dit ouvert, les quêtes annexes sont réduites et de surcroît inintéressantes, le récit initiatique avec son air de déjà-vu manque de m'emballer. Les batailles contre les créatures, pourtant bien orchestrées, se répètent à l'infini pour glaner du matos. Reste de beaux panoramas (vraiment très beaux), de belles bestioles high-tech (les magnifiques "Grands-cous" ) et un système de jeu (combats intéressants, bel arbre de compétences) bien huilé. Ça manque juste pour moi "d'incarnation". Il m'est par exemple très difficile de m'émouvoir quand je parle à des congénères humains, certes bien modélisés, mais aux expressions faciales inexistantes.
OUI, MAIS...
Twinsen Threepwood Chaud et froid permanent avec HZD. Clairement, on nous a survendu le jeu. Malgré une ouverture grandiose, passé une quinzaine d'heures, j'étais aussi refroidi que Wizzy. HZD était chiant comme la pluie et la manette me tombait des mains. L'Open-World (fausse bonne idée) est certes grand, souvent joli, mais vide, sans relief ni réel level design digne de ce nom : tous les éléments sont posés à la chaîne sans réelle réflexion, et le remplissage est évident (mon Dieu, cette carte...). Bien qu'il emprunte à beaucoup (Uncharted, Metal Gear V, Far Cry), le jeu ne pousse aucune de ses composantes à fond : histoire mal écrite, mal rythmée sur sa première moitié, dialogues nullissimes, design des PNJ horrible (le charisme d'un beignet façon Heavenly Sword sauf pour Aloy, réussie), les side-quests nulles, les combats honteusement brouillons, la difficulté mal dosée, le système de RPG raté, la cueillette sur-utilisée... Vraiment incompréhensible. Pour autant, la seconde moitié, plus narrative et mieux rythmée, sauve les meubles. HZD est un jeu grand public. Techniquement abouti, musicalement dans le ton avec de bons doubleurs, HZD ne s'adresse pas aux vieux briscards. Tout juste correct.
OUI !
Mérode Si la nouvelle IP de Guerilla a connu un tel succès, ce n'est pas un hasard. Avec une direction artistique entre le tribal et le mécanique, esthétiquement, Horizon est original et dépayse ce média. C'est aussi la rencontre avec un personnage attachant : Aloy, aux répliques amusantes et à la palette de mouvements incroyables. Horizon est contemplatif par son univers riche en panoramas vertigineux, en plus d'être techniquement un des plus impressionnants jeux de sa génération. Mais Horizon c'est surtout le croisement entre un monde ouvert avec un jeu de pur gameplay, redoutable, riche et qui fait finalement très japonais dans son feeling et son fonctionnement. Avec ses arcs, toute la batterie de pièges et d'armes misent à la disposition du joueur, son système de points faibles des ennemis, Aloy devient une véritable chasseresse amazone, et Horizon dévoile un game design capable d'offrir au détour d'un chemin ou d'un col de montagne, des combats titanesques, éprouvants et souvent différents. Pareil en ce qui concerne la préparation d'un assaut pouvant s'appréhender de bien des façons. Son seul défaut est finalement une narration un peu vite expédiée et juste au service du jeu.
BEAU MAIS NARRATION MALADROITE
Destructor Ce qui frappe en jouant à Horizon est sa réalisation, avec ses graphismes magnifiques, ses environnements vivants et spectaculaires. Passé la période de découverte, ce qui interpelle est le scénario qui manque d'accroche et le charisme des personnages assez absent. Les quêtes, les dialogues sont plats, et les premières heures de jeu sont difficiles, on s'ennuie. Heureusement, le monde à explorer est vaste et les combats contre les machines-animales sont intéressants. Ça vaut donc le coup de s'accrocher, car vers le dernier tiers du jeu (oui c'est tard) on apprend assez d'éléments pour mieux comprendre le contexte qui nous a amené là, ainsi que les enjeux d'Aloy et ses semblables. C'est dommage d'avoir narré l'histoire de la sorte, je suis persuadé qu'en donnant plus d'éléments scénaristiques au début de l'aventure, ça aurait été plus accrocheur. Le principal intérêt du gameplay se situe dans les combats contre les machines qui possèdent toutes des points faibles : il peut s'agir d'un élément à détruire / faire exploser ou d'une arme à utiliser pour en venir à bout plus rapidement. Bref, la durée de vie du jeu est profonde, il m'aura fallu 90h pour platiner l'aventure principale !
ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   eBuyClub
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software