URBAN CHAMPION
Suggestions
NULLOS FIGHTERS
Blondex C'était un jour de pluie. Au plus profond de l'ennui, et avec le sentiment que ma journée était définitivement perdue, je me mis à la recherche d'un but, histoire de dire que j'ai atteint au moins une fois dans ma vie le stade de l'emmerdement maximum. C'est alors que mon attention se porta sur Urban Champion, et je sentis le potentiel nullistique : le combat de rue à la sauce Nintendo, c'est quelque chose ! Dans le seul mode de jeu disponible (jouable contre l'ordi ou un ami qui fuira assez vite), j'incarne un combattant des rues, un vrai, qui colle des gnons et qui ne sait faire que ça ! J'envoie valdinguer mon adversaire à l'autre bout de la rue. Ouais, rien ne m'arrête, les combats s'enchaînent mais je tiens toujours debout. Les gens m'en veulent, ils me balancent des pots de fleurs, ils envoient la police pour m'arrêter, mais je n'abandonne pas, et je colle encore des gnons au prochain qui vient. On dirait toujours le même type. Il a une sale gueule et j'aime pas sa sale gueule, je lui envoie le coup fatal et le balance dans la bouche d'égout. Juste le temps de fêter ma victoire, que le même type revient encore. Quel est le sens de tout cela ? Aucun, je m'emmerde à 100 % !
YOU'RE BAD CHAMPION
Enker Suite du grand tour, même si ce jeu n'est pas vraiment membre du "hall of shame" de la NES. Ouh que j'aime cette thématique ! Donc il n'en fait pas partie, il est juste mauvais. Il a peut-être été bon à une époque révolue où les jeux d'arcade ressemblaient à ça, mais même lorsque mon voisin me l'avait prêté je l'avais trouvé passablement chiant. Alors oui, il y avait bien cette naïveté au fond de mes yeux qui me faisait continuer avec cette question angoissante "mais peut-être qu'il va se passer quelque chose au prochain écran ?", mais en fait non. On passe son temps à donner des coups à son adversaire ou à ramasser des pots de fleurs, puis hop, on passe à l'écran suivant, prêt à servir une nouvelle fois le couvert et ainsi de suite. Ce jeu n'a pas de fin, on peut s'amuser le temps de deux écrans, mais au moment où le pauvre enfant crédule attendait quelque chose, le temps du verdict est venu : Urban Champion, pour avoir brisé mon innocence et fait s'envoler mes doux rêves d'enfant, tu ne mérites rien d'autre qu'un non sec. Sanction applicable et irrévocable. Et puis tu es moche. Parlons de ton copain Popeye maintenant, voulez-vous ?
NON !
Wizzy Pour avoir vu Blondex s'y essayer sur Twitch, et souffert avec lui, je dois dire qu'il ne me tardait pas trop d'y jouer. Et je suis très content que ma partie soit terminée, à jamais. Urban Champion est un proto-Renegade (qui lui même est un proto-Double Dragon) avant d'être un protozoaire ludique. Le gameplay est débilisant, réduit à une allonge elle-même plus que réduite. Les échoppes urbaines devant lesquelles on se tatane la poire se répètent à l'infini, tout comme ces combats qui m'ont épuisé jusqu'à me ronger le cortex. Quelque part en visitant tous les commerces de la ville, on est proche dans l'esprit d'un proto-GTA, comme si on était dans une sorte de proto-monde ouvert avec une ville immense, ses dames au balcon et ses bons gros loubs des quartiers. J'aimerai dire que derrière des résultats d'analyse récents, confirmant l'encéphalogramme plat de la chose, il y a le charme des choses rétros. Mais le bon sens, la logique élémentaire et la raison finissent par m'en empêcher : Urban Champion est une bonne grosse purge des familles.
NON !
jumpman Urban Champion est un VS Fighting sorti en 1984 sur Famicom ... et qui semblait déjà vieillot à l'époque. Vous incarnez un combattant de rue devant affronter divers loulous dans des ruelles pour finalement, faire tomber son adversaire dans les égouts. Bien entendu, vous devrez vous méfier des habitants du quartiers qui vous jetteront occasionnellement des pots de fleur et des rondes de la police, qui veille... Mais ne nous emballons pas ; Cet Urban Champion n'a plus rien pour lui aujourd'hui : Réalisation austère, 4 pauvres décors qui tournent en rond, une bande-son minimaliste et surtout, un gameplay famélique qui ne propose que 2 coups à porter et aucune technique requise si ce n'est le "bourrinage". Le seul truc, c'est de faire gaffe au "timer" et à votre barre de "stamina". Pour le reste, vous l'aurez compris, c'est l'ennui ferme qui vous attend avec ce jeu et ses combats sans fin ni saveur. Il faut savoir que le titre fut aussi porté en arcade sur le VS. System, mais avec le même résultat catastrophique, mais avec toutefois des combattants qui changent de look et un système de scoring.
NON !
BillHimself Quelque part, il fallait s’en douter avec un titre pareil. Qui aurait envie d’être qualifié de « Champion Urbain » après avoir fait sa loi à la bagarre de rue ? Pas moyen d’inspirer le respect. Cela dit, une fois le jeu lancé, on comprend vite que l’on ne pouvait pas prétendre à beaucoup mieux. Les combats n’ont rien de spectaculaire : on peut donner des coups de poing hauts ou bas, rapides ou forts, chaque joueur dispose des parades correspondantes, et c’est tout. Pour gagner un round, 2 solutions : faire sortir votre adversaire de l’écran en le faisant valser avec vos coups forts, le faire embarquer par la police s’il est en mauvaise posture quand le temps est écoulé (c’est connu, ils embarquent toujours le gars à terre…). En solo, vous pouvez perdre 3 rounds maximum en tout et vous enchainez les adversaires à l’infini, chacun devant être battu 3 fois. Pas de super fin « T’es devenu le Champion Urbain! Ouais! », le jeu boucle à l’infini. C’est TRES répétitif. A noter une intéressante tentative d’introduire une endurance pour votre joueur mais elle est mal calibrée car trop grande au départ. Graphiquement, c’est très moyen. Éventuellement amusant à 2 quelques minutes.
NON !
Twinsen Threepwood Comment ce truc a-t-il pu avoir le célèbre "Nintendo Seal of Quality" ?! Ce jeu est juste incroyablement nul. Il s'agit de défoncer votre unique adversaire au cours d'un combat de boxe en pleine rue. Tel un Smash Bros, le but est de progressivement pousser votre adversaire hors du décor, pour passer au panneau suivant, et il essaiera d'en faire de même. Le premier arrivé à pousser son adversaire au bout du 3ème écran et à faire tomber son ennemi dans un trou d'égout gagnera. Que cela soit le bouton A ou B, vous sortez toujours le même coup : vous donnez un coup poing identique. On peut reculer, mais pas avancer, sauf si l'adversaire est mis en défaut. Alors quelle stratégie s'offre à nous ? Soit de taper à la tête, soit de taper dans le bide. Bref : taper en haut, ou taper en bas. Et on avance. Et on recule. Et avance. Et on recule... Bonheur. Certes, la police ou des lancées de pots de fleurs depuis les fenêtres au dessus de vos têtes pimenteront légèrement la rixe mais honnêtement, Urban Champion, en plus d'être moche au possible, ressemble plus à un stupide combat entre 2 pachydermes décérébrés qu'autre chose. Allez hop : poubelle !
ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   eBuyClub
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software