ART OF FIGHTING  
Suggestions
OUI !
MitsuO JCT Qu'est-ce que j'ai pu baver devant les images d'Art of Fighting avant sa sortie ! A l'époque, Street Fighter 2 m'avait terriblement bluffé, mais là c'était encore pire ! Et pourtant il aura fallu que j'attende plusieurs années afin de pouvoir me le procurer en occasion à cause du prix... prohibitif des jeux Neo Geo. Bref, quel bonheur une fois que j'ai inséré la cartouche dans la console ! Premièrement, la taille immense des sprites saute aux yeux : les persos sont gigantesques et monstrueux ! Ajoutez à cela un système de zooms qui s'éloigne et se rapproche selon la distance qui sépare les deux combattants, et vous obtenez un jeu qui en jette plein les mirettes ! Niveau personnages, vous avez le choix entre huit guerriers tous différents (comme dans SF 2) et certains d'entre eux sont vraiment impressionnants de par leur physique imposant. Boules de feux et autres coups spéciaux sont bien évidemment de la partie. Un vrai jeu d'arcade doté d'une réalisation parfaite, comme nous l'a toujours prouvé SNK !
TAPE A L'OEIL !
Blondex En 1992, Art of Fighting était une vraie baffe technique, la démonstration de la puissance de la Neo Geo face aux systèmes arcade et consoles concurrents. Outre un gameplay unique où il faut gérer son énergie pour réaliser des coups spéciaux, c'est surtout la réalisation qui a marqué son temps : la caméra zoome sur les combattants quand ils sont proches l'un de l'autre, et ils prennent alors toute la taille de l'écran. Pour ajouter à la violence des combats, les visages des combattants se décomposent à mesure qu'ils encaissent les coups. Graphiquement impressionnant en son temps, AoF a pourtant rapidement vieilli, à mesure que l'effet "poudre aux yeux" s'est estompé. Si le zoom en mettait plein la vue, quelques parties suffisent d'abord à constater la pixellisation prononcée lorsque la caméra s'éloigne, puis à ressentir de vilaines migraines. Quant au mode 1 joueur, c'est le syndrome Fatal Fury 1, avec une histoire certes, mais seulement 2 combattants (les 10 sont disponibles en Versus). Quant au combat en lui-même, la difficulté à sortir les coups spéciaux, ainsi que l'énergie limitée pour les réaliser, plombe finalement le gameplay. Franchement, j'ai détesté ce jeu !
OBSOLETE...
jumpman Soyons honnête, ce jeu était peut-être impressionnant lors de sa sortie, mais aujourd'hui, il a pris du plomb dans l'aile ! Il en mettait plein la vue avec ses énormes sprites et ses zooms. Mais, dans un jeu de baston, le point primordial, c'est la maniabilité, et là, ce n'est pas son fort ; Les persos sont raides aussi bien dans leurs attitudes que dans leurs maniements. Sortir un coup spécial demande beaucoup trop d'efforts. Cela gâche le plaisir de jouer ! Certaines techniques vous demandent des mouvements de stick improbables. Si vous rajoutez à ça une difficulté beaucoup trop élevée (même le mode Easy est une purge !), deux persos jouables + six autres à débloquer (si vous en avez le courage...). Bref, beaucoup trop maigre comparé aux jeux de baston 2D actuels. Et hormis ses sprites énormes, le jeu est techniquement à la ramasse : Couleurs un peu trop criardes et animation des persos passée au hachoir. Seule la bande-son ne s'en sort pas trop mal. A réserver aux collectionneurs ou aux masos du stick qui aiment se faire du mal !
OUI !
Kim Contrairement à ses compères World Heroes ou Fatal Fury, Art of Fighting nous fait évoluer dans l'univers du combat de rue, le vrai ! Bien sûr, nos héros ont des pouvoirs, mais il faudra recharger son énergie afin de pouvoir les réutiliser. Seconde chose, plus vous vous cognez dessus, plus des bleus ou autres gnons apparaîtront sur vos visages. Novateur, cet Art of Fighting ! Prenant place à Southtown, tout comme Fatal Fury, le scénario est bien présent, votre rôle étant de délivrer Yuri, la petite sœur de Ryo, kidnappée par l'infâme Mr. Big. Ce qui impressionne d'emblée, c'est la taille des sprites, gigantesques pour ne pas dire immenses ! Trois boutons sont utilisables pour combattre, un pour les poings, un pour les pieds et un dernier pour les projections. Un effet de zoom complètement inédit viendra agrémenter les affrontements lorsque deux combattants sont loin l'un de l'autre, par exemple. Il faut enfin noter que seulement deux personnages sont sélectionnables en début de partie. Résolument Arcade, Art of Fighting est une véritable révolution en terme de visuel, qui vous occupera de longues heures devant votre console adorée !
OUI, MAIS NON !
Wizzy Honnêtement, si l'animation un peu raide trahit le grand âge de ce jeu de baston, je pense que la réalisation technique d'Art Of Fighting est exemplaire. A coup de gros zooms et de dé-zooms, et de persos, énormes, faisant parfois les 2/3 de l'écran, le jeu détonne vraiment, m'impressionne encore aujourd'hui, d'autant plus que c'est l'un des tous premiers du genre à sortir, avec World Heroes et Fatal Fury, sur la Roll's des consoles. Et si on fait un petit comparatif rapide sur ce seul critère, il est loin devant les autres titres de l'époque, Street Fighter 2 compris. Mais, il y a un mais, un gros mais pour ma part, je ne prends absolument aucun plaisir à incarner Ryo et Robert dans le mode solo. La faute à une rigidité d'un autre temps et aux possibilités d'action beaucoup trop restreintes. Les coups spéciaux, même le plus commun, sortent avec la plus grande peine et la difficulté frustre plus qu'elle ne donne envie de progresser. Le jeu se veut réaliste au niveau de la baston, il manque à mon goût d'une bonne dose de fun. Il a surtout pris un gros coup de vieux.
ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   Poulpeo
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software