BS ZELDA : LA TRILOGIE SATELLAVIEW Article rédigé par Blondex

Le logo BS Zelda du site zeldalegends.net Lorsqu’on parle de jeux Zelda oubliés, on a un peu trop tendance à ne penser qu'aux épisodes développés pour la CDi de Philips – une trilogie de la souffrance que je ne recommanderais même pas à mon pire ennemi – en oubliant des épisodes uniquement sortis, ou plutôt diffusés au Japon sur un support méconnu : le Satellaview.
Ces jeux pourtant développés par Nintendo n’ont jamais fait l’objet de rééditions ou de ressorties quelconques ; leur mode de diffusion atypique et le fait qu’ils n’ont pas été édités par Nintendo sont autant de freins pour espérer y jouer de manière tout à fait officielle sur une console Nintendo.

Et là, je me rends compte que j’en ai déjà perdu quelques-uns avec cette histoire de Satellaview ! Des explications s’imposent donc.


> Le Satellaview en bref

Le Satellaview branché sous la Super Famicom, avec la cartouche BS-X contenant l’interface ainsi que les sauvegardes de données Vous n’êtes pas ici pour qu’on disserte sur un support uniquement sorti au Japon. Non, vous voulez les jeux, c’est ça ? Il va d’abord falloir comprendre un peu comment ils ont fonctionné à l’origine !
Sorti en 1995, le Satellaview est une extension de la Super Famicom, fruit d’un partenariat entre Nintendo et la société St. GIGA, une entreprise japonaise de radio par satellite. Il s’agit simplement d’un modem logé sous la console, qui capte donc les émissions diffusées pour cette extension par satellite (ce qui supposait d'avoir l'installation adéquate), la programmation étant communiquée via des magazines. Une cartouche « BS-X » enregistrait les données téléchargées par satellite. L’abonnement au service de St. GIGA peut donc être considéré comme l’ancêtre du jeu vidéo en streaming et des services Game Pass !

Les plages horaires pour jouer aux jeux BS (pour « Broadcast Satellite ») spécifiquement développés pour le Satellaview (dont BS F-Zero Grand Prix 2, BS Fire Emblem Akaneia Senki ou encore BS Super Mario USA Power Challenge) étaient réduites à une heure par jour, et un seul jeu à la fois en fonction des mois. Pour jouer et poursuivre ses aventures de BS Zelda, il ne fallait pas rater leurs rares diffusions, manquer un épisode rendant la suite injouable ! Qui plus est, les jeux BS en question étaient diffusés avec des bandes sonores de bien meilleure qualité, et même des voix d’acteurs pour les BS Zelda.
Le reste du temps, St. GIGA pouvait proposer des émissions radio ou des plages horaires plus longues pour jouer à une sélection de jeux réguliers, dont une adaptation d'A Link to the Past ou encore le visual novel Radical Dreamers, un spin-off de Chrono Trigger.

L’accord entre Nintendo et St. GIGA prit fin début 1999, ce qui entraîna la cessation des diffusions des jeux sur Satellaview.


> BS Zelda

L'écran-titre de la ROM patchée Third Quest Diffusé pour la première fois en août 1995, BS Zelda no Densetsu est sans doute le jeu qui a mis en lumière le Satellaview, même jusque dans nos contrées occidentales. Après le succès de Super Mario All-Stars (qu’on ne présente plus), les joueurs avaient espéré un Zelda All-Stars, et les Japonais ont eu droit – via le Satellaview – à ce remake attendu du premier volet. Enfin, pas tout à fait… Si les images et les sons donnent l’illusion d’un remake, il n’en s’agit toutefois pas exactement d’un.

Le héros à casquette du jeu BS Zelda original. Notez également l’horloge en haut à droite Initialement, le héros n’est d’ailleurs pas Link, mais un garçon ou une fille que vous aurez choisi dans le portail du Satellaview. Les ROMs patchées ont souvent ajouté Link pour remplacer le personnage du Satellaview. De plus, comme je l’ai précisé, la diffusion du jeu était étalée sur 4 semaines : vous n’étiez donc pas en mesure de terminer BS Zelda d'une traite, car certaines zones ne sont tout simplement pas accessibles en début voire en milieu de partie. Par exemple, des tornades vous empêchent d’accéder à un certain endroit durant la première semaine, avant de se dissiper en 2ème semaine pour vous laisser explorer une nouvelle zone. Il en va de même pour certains objets, comme des cœurs et même l’accès à des donjons, parfois disponibles quelques minutes en cours de partie avant de disparaître. Comment le savoir ? Lors de la diffusion originale sur Satellaview, ces événements étaient annoncés par les voix enregistrées, et qui ont forcément disparu.
D’ailleurs, le jeu original dispose d’une horloge, et à chaque minute, un événement peut se déclencher pour une durée limitée : bombes infinies, boomerang magique, ou encore ennemis plus agressifs, etc. Chaque fois qu'un message livrant un indice ou narrant l'histoire était diffusé, le jeu était mis en pause.

Dès lors, compléter BS Zelda s’avérait être impossible sans le travail des patcheurs, qui ont pu proposer différentes solutions, toutes jouables. L’expérience la plus proche de l'originale consiste à jouer avec les 4 ROMs séparées, le jeu s’arrêtant au bout de 57 minutes ; une autre ROM a assemblé les 4 parties mais a conservé l’horloge pour déclencher certains événements ; enfin, la ROM que je vous propose en bas de page, a retiré cette horloge, les événements se déclenchant en fonction du nombre de fragments de Triforce collectés. Cette solution, si elle trahit en quelque sorte BS Zelda tel qu’il était diffusé à l’origine, propose en revanche une expérience libérée des contraintes de temps, mais également plus fidèle au premier Zelda.

Dans le jeu d’origine, prendre l’épée permettait de récupérer la sauvegarde de la semaine précédente La Third Quest, telle qu’elle est officieusement dénommée, commence donc comme le premier volet, mais s’avère être une aventure sensiblement plus courte : une simple comparaison avec la carte du premier Zelda permet de comprendre que celle de BS Zelda est réduite de moitié (un carré de 8x8 cases). C’est donc un Hyrule condensé sur une carte plus petite qu’il va falloir explorer, et forcément la recherche des donjons prendra moins de temps.

Pas de changements par contre dans la mécanique de ces nouveaux donjons : les énigmes de Zelda 1 étaient sommaires et consistaient souvent à trouver des clés, un objet important, puis affronter un boss avant d’attraper un fragment de Triforce ; BS Zelda ne change en rien cette mécanique, fidélité oblige à son modèle.
Conséquence du morcellement du jeu en 4 semaines de diffusion : en posant de nombreuses barrières pour vous empêcher d’explorer trop rapidement Hyrule, la progression est ici très guidée, là où Zelda 1 vous lâchait au contraire dans Hyrule sans vous souffler la moindre direction. Cumulé avec un monde plus petit, BS Zelda s’avère donc nettement moins difficile.

Les graphismes de BS Zelda ne sont pas aussi jolis qu'espéré A la fin de chaque donjon se trouve toujours un fragment de Triforce L'horloge pouvait aussi être un malus et changer tous les ennemis en soldats. La ROM hackée fait intervenir cet événement après avoir trouvé les 8 fragments de Triforce Ne vous présentez pas devant Ganon sans la flèche d'argent !

Par ailleurs, la réalisation graphique est loin d’être renversante : ceux qui espéraient quelque chose du niveau d’A Link to the Past peuvent se montrer déçus par ce BS Zelda, qui demeure assez austère pour un jeu SNES. Les musiques quant à elle sont de simples remix des thèmes entendus dans Zelda 1 : toujours aussi entêtantes et efficaces, mais également peu variées et répétitives.
Cela étant dit, quelque soit votre profil de joueur, BS Zelda est tout de même susceptible de vous intéresser : un passionné de Zelda pourra parcourir ce jeu en mode détente, tandis qu’un novice n’ayant jamais touché au premier Zelda découvrira une version simplifiée et – concernant la ROM proposée sur le site – plus accessible.


> BS Zelda - MAP 2

En route pour la seconde carte de BS Zelda ! Toute l’attente générée par BS Zelda au Japon provoqua un succès considérable, ainsi qu’une forte demande pour la rediffusion du jeu : avec son histoire narrée en direct par des acteurs, et sa diffusion sur un horaire strict (comme pour un programme télé ou une émission de radio), BS Zelda oblige les joueurs à se connecter et télécharger le jeu le même jour et à la même heure… donc à y jouer certes chacun de leur côté, mais en même temps, créant ainsi une expérience de jeu en commun. Satisfait de ce succès, Nintendo ne se contenta donc pas de rediffuser BS Zelda, mais proposa fin 1995 – début 1996 (pour 4 semaines de diffusion donc) une MAP 2 – qui sera renommée officieusement Fourth Quest dans la ROM que je vous propose.

Le démarrage de la MAP2 : c’est tout Hyrule qui a été quelque peu altéré Les connaisseurs du premier Zelda le savent bien : terminer le jeu n’est qu’une première quête avant d’attaquer la seconde, la redoutée Master Quest, bien plus difficile, et aux donjons entièrement remaniés ! Ce n’est pourtant pas exactement dans cet esprit qu’a été conçu ce BS Zelda MAP2 : les contraintes de jeu restent en effet les mêmes que pour la première carte, et chacune des 4 parties devait pouvoir être complétée dans le temps imparti. Le jeu n’est donc pas sensiblement plus dur. Il faut alors surprendre le joueur autrement, et si les donjons ne changent pas de place, c’est l’ensemble de la carte qui se retrouve chamboulée par des altérations du décor. La carte reste pourtant de taille identique, mais des murs, des arbres ou des rivières placés différemment vous obligent à emprunter d’autres chemins pour trouver les nouveaux donjons contenus dans cette MAP2.

En termes de challenge et de difficulté toutefois, rien qui ne soit en mesure d’effrayer les joueurs expérimentés, mais pour les novices, il est tout de même recommandé de commencer par la première carte, ne serait-ce que parce cette MAP2 suppose d’avoir intégré les mécaniques de jeu habituelles de Zelda 1 ainsi que celles de la « MAP1 ».


> BS Zelda – Ancient Stone Tablets

Vous êtes à l'heure, le jeu est chargé, la diffusion peut commencer ! Début 1997, un certain Zelda 64 focalisait l’attention et en aurait encore pour quelques temps avant de sortir sur N64. En Occident, la SNES faisait alors déjà partie du passé, mais au Japon, les joueurs restaient attachés à leur Super Famicom, et quelques jeux sont encore sortis sur le tard. Sur Satellaview, ils ont même pu patienter avec un autre BS Zelda plus méconnu encore, cette fois basé sur A Link to the Past. BS Zelda no Densetsu – Inishie no Sekiban est ainsi diffusé pour la première fois en mars 1997, toujours morcelé en 4 parties étalées sur 4 semaines.

Durant chaque chapitre, vous devrez récupérer 2 de ces tablettes, après avoir vaincu un boss repris d’A Link to the Past Pour la petite histoire (car cette fois, il y en a une), le jeu se déroule 6 ans après A Link to the Past, dans un royaume en paix. La princesse Zelda pressent toutefois une menace planer sur Hyrule. Link parti vers d’autres aventures, il revient à un nouveau héros ou une nouvelle héroïne venu(e) d’une ville lointaine de prendre sa suite, en récupérant les 8 tablettes de pierre. Mais il ou elle ne pourra venir en Hyrule qu’une fois par semaine, pendant une heure.
Voilà comment le système de diffusion du Satellaview s’intègre dans l’histoire, ce qui devait sûrement être très immersif pour l’époque, d’autant que la partie était accompagnée des voix des acteurs encore mieux intégrées au jeu – car plus dynamiques.

Garçon ou fille, votre protagoniste ressemble surtout à Link ! Contrairement aux précédents BS Zelda, cet Ancient Stone Tablets est resté divisé en 4 ROMs après son extraction et l’application des patchs pour le rendre jouable, pour la simple et bonne raison que son format épisodique est l’essence même de ce jeu. Chaque chapitre d’Ancient Stone Tablets démarre en effet à un point différent de la carte d’A Link to the Past, et se conclut par ailleurs par une accroche destinée à faire patienter pour le prochain épisode, jusqu’à l’épisode final.
Mais ce format très inhabituel pour l’époque est désormais courant depuis la popularisation des jeux au format épisodique par Telltale (Walking Dead, The Wolf Among us…), aussi je ne doute pas que même les fans de Zelda sauront s’adapter ! Rien n’est également perdu en débutant un nouveau chapitre, puisque la sauvegarde du précédent épisode vous permettra de récupérer tous les objets, tablettes et cœurs récoltés durant l’aventure ; cela devait se faire automatiquement lors de la diffusion du jeu sur Satellaview, mais avec ces ROMs patchées, il faut le faire manuellement en renommant le fichier de sauvegarde .srm.

Pour ce qui est du jeu en lui-même, on retrouve tout simplement la réalisation d’A Link to the Past, sans effets ajoutés. Durant chaque chapitre (ou semaine), vous devez récolter 2 tablettes dans 2 donjons, gardés par des boss d’ALTTP. La carte étant réduite, et les tablettes y étant de plus indiquées, l’exploration ne prendra pas forcément beaucoup de temps, a fortiori si vous connaissez déjà A Link to the Past.
La difficulté est donc assez modérée comparée au légendaire Zelda de la SNES, d’autant que différents bonus s’activent en cours de jeu en fonction de l’horloge : bombes infinies, fées, invincibilité, pouvoir magique sorti de nulle part… Là aussi, les voix japonaises prévenaient ces différents événements, et elles sont remplacées dans les ROM hackées (que je vous propose en fin d'article) par du texte qui défile assez souvent en bas de l’écran. Si on se demande au départ quand cesse ce blabla intempestif, il est malgré tout utile de le lire pour être tenu au courant des informations importantes, et aussi pour rester fidèle à l’expérience originale.

La carte du chapitre 1 est réduite, mais vous aurez accès à tout Hyrule à la fin du chapitre 4 Le village de Cocorico plongé dans la brume, un événement provoqué par l’horloge du jeu Vous pouvez jouer à des nouveaux mini-jeux qui ne sont pas dans ALTTP

Chaque chapitre dure environ 50 minutes, et cette limite vous incitera à presser le pas ! Pas de panique cependant, les 2 donjons de chaque chapitre ne sont pas aussi longs et retors que ceux d’ALTTP, et vous devriez même avoir le temps de vous promener un peu après en attendant la fin du chrono, faire des mini-jeux, rechercher des secrets, louer une pelle pour creuser des trous, ou retrouver une taupe qui peut vous faire gagner plein de rubis. Car oui, ça peut surprendre, mais il faut vraiment attendre le temps imparti pour voir la fin du chapitre et passer au suivant.
De plus, un système de score comptabilise vos résultats à la fin de chaque chapitre, et était d’autant plus important lors de la diffusion originale du jeu que St. GIGA pouvait faire gagner de nombreux lots aux joueurs réalisant les meilleurs scores !

Ancient Stone Tablets a été diffusé à plusieurs reprises sur le réseau de St. GIGA, et fut même le tout dernier jeu diffusé en 1999 sur Satellaview à la fin des relations entre Nintendo et St. GIGA.

Je suppose que maintenant, vous aurez envie de découvrir ces jeux par vous-même, mais…


> Avertissement avant de jouer : des ROM hackées, assemblées et patchées

Une image bien connue à la toute fin d’Ancient Stone Tablets Autant être clair : jouer aux BS Zelda dans les conditions d’époque est actuellement impossible. Ces jeux BS auraient même dû se perdre après leur diffusion, sauf qu’ils étaient en réalité téléchargés : les données de jeux ainsi que les sauvegardes sont ainsi restées stockées dans la cartouche BS-X, et des petits malins ont pu récupérer ces données brutes si elles n’avaient pas été écrasées par les données d’autres jeux.
En l’état toutefois, il n’était pas possible d’y jouer, et c’est là qu’est intervenue une communauté de bidouilleurs qui ont progressivement patché ces morceaux de ROM pour proposer des jeux jouables. En revanche, les voix des acteurs qui accompagnaient les parties lors des plages horaires de diffusion des jeux n’ont pas pu être sauvegardées, car elles ne passaient que par la RAM de la console et de la cartouche BS-X du Satellaview. Ces données ont été ainsi perdues, même si les enregistrements des voix ainsi que la musique originale d'Ancient Stone Tablets sont connus des joueurs pour avoir été proposés dans un CD de bande originale : The Legend of Zelda - Sound & Drama.
Ces enregistrements ont permis aux passionnés du site zeldalegends.net de proposer des patchs "MSU1" pour ces jeux Satellaview, ajoutant la bande-son originale ainsi que des voix anglaises réalisées par des fans, à la place des voix japonaises !

Le statut légal de ces ROMs entre également dans une zone grise : logiquement, Nintendo pourrait en interdire la diffusion, comme il a pu le faire avec de nombreux projets amateurs ou des sites d’hébergement de jeux. Mais aucun jeu Satellaview n’ayant été ressorti, la récupération de ces ROM pour en faire des jeux parfaitement jouables relève d’un travail de préservation, et même de restauration. Il faut donc rendre hommage au travail fourni par les passionnés, qui ont permis de proposer aux nombreux fans de Zelda des ROM jouables sur émulateur voire sur cartouche, au point de proposer à ceux qui le souhaitent l'expérience la plus proche possible de la diffusion originale.

Voilà, vous avez bien mérité les ROMs des BS Zelda !


Notes :
- Toutes les ROMs fonctionnent parfaitement avec la dernière version de ZSNES, et certainement avec d’autres émulateurs.
- Ancient Stone Tablets est fourni en version française intégrale, avec une « Master Quest » (elle aussi en français) créée par les hackers, proposant des donjons remaniés et une difficulté accrue.
- Il est conseillé de jouer dans l’ordre des chapitres pour avoir la meilleure expérience de jeu. Si vous commencez par les chapitres 2, 3 ou 4, vous ne pourrez pas explorer les donjons précédents, mais un bandit vous remettra à l'entrée les objets importants.
- Lorsque vous avez terminé un chapitre, patientez jusqu’à l’écran de fin. Ensuite, quittez le jeu.
- Avant de commencer le chapitre suivant, renommez le fichier de sauvegarde .srm, en changeant le numéro du chapitre. Vous commencerez ainsi normalement, en récupérant toute votre progression. (exemple : BS Zelda - Ancient Stone Tablets 1.srm doit être renommé BS Zelda - Ancient Stone Tablets 2.srm avant de commencer le chapitre 2)

Sources :
- BS Zelda Homepage : http://bszelda.zeldalegends.net
- Palais de Zelda : https://www.palaiszelda.com/autres_jeux/bsz_rom.php

ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   eBuyClub
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software