ELDEN RING
Suggestions
OUI !
Iglou Miyazaki l'avait dit en interview : "Elden Ring sera notre œuvre somme". Et il n'avait pas menti, le jeu fait une synthèse parfaite de la formule Souls que le studio peaufine depuis plus d'une décennie, mais Elden Ring c'est bien plus que ça : c'est aussi la 1ère tentative du studio dans le genre open world et autant le dire tout de suite, le jeu fait fort, très fort. Tout comme un certain BOTW, il fait confiance à son joueur, libre à vous d'explorer le monde de l'Entre-terre comme vous l'entendez. Que ce soit le château au loin, le marais bouillonnant en contrebas ou les souterrains d'une magnificence à se damner, le jeu n'arrête jamais de surprendre le joueur, et même après plus de 50h de jeu, vous allez tomber sur des nouvelles zones complètement folles. Elden Ring est d'une densité, d'une générosité quasi sans pareille, le tout sublimé par une direction artistique de tous les instants. La nouvelle œuvre de FromSoftware fera sûrement date dans le monde du jeu vidéo : un monde fantastique, des boss plus fous les uns que les autres, et une OST fabuleuse. Il est le grand jeu d'aventure que beaucoup attendaient et un des meilleurs jeux de tous les temps. Merci Miyazaki et FS.
HISTORIQUE
Twinsen Threepwood La fin d'un voyage, ou plutôt, peut-être son commencement. Elden Ring : 2 mots à marquer au fer rouge dans ma vie de gamer. Quelle épopée ! L'aboutissement d'un studio, FromSoftware, passé de créateurs de 3ème zone à fer de lance du jeu vidéo ; la consécration de Hidetaka Miyazaki, son maître d'œuvre, son âme, son esprit ; la gloire enfin, avec cette œuvre colossale qui clôt l'incroyable chemin ouvert en 2009 avec un certain Demon's Souls. Que dire ? Plus qu'une synthèse géniale façon Dark Souls III, Elden Ring se nourrit de la profondeur d'un Bloodborne, de la nervosité d'un Sekiro et de la liberté d'un Breath of the Wild, référence absolue dans ce nouvel univers. Tout transpire la maîtrise, la passion et l'absence de compromis dans un jeu qui va plus loin que tout ce que j'aurais pu imaginer. Bien plus grand qu'Hyrule, bien plus ramifié et complexe que Lordran, Elden Ring émerveille, fascine, encourage et récompense le joueur à chacune de ses foulées sur ses terres. Ses boss sont grandioses, charismatiques, sa DA à se décrocher la mâchoire, son level design fera autorité pour une décennie. Elden Ring est la plus grosse claque depuis BOTW, et, je pense, mon Souls préféré.
LE MIYAZAKI BEST-OF
Lulah03 Elden Ring, c'est l'album "MEGA BEST-OF". Un pressage pas vraiment nécessaire, puisqu'on a déjà tous les albums, mais indispensable parce qu'il réunit tout ce qui nous a fait tomber amoureux du type le plus branché de l'industrie. S'il n'apporte pas avec lui l'originalité d'un Sekiro, ni la folie d'un Bloodborne, il assure toutefois la démonstration selon laquelle FromSoftware a dans ses rangs des dizaines de petits Midas capables de transformer n'importe quel projet en OR. Prenez le monde ouvert, concept éculé du JV, qui dans les mains du studio devient une articulation tout à fait naturelle pour mettre en scène l'immensité d'un univers qui nous est familier. Les mécaniques sont inchangées, les apports sont intégrés à la perfection, et les nouveaux ennemis donnent au lore encore plus d'épaisseur. Car oui, il s'agit bien de Dark Souls 4, et ce n'est pas un gros mot. Seul regret, ce ne sera pas mon SoulsBorne préféré, car la formule s'en retrouve parfois diluée, les boss à profusion perdent ainsi en consistance jusqu'à une certaine lassitude. Il reste évidemment des éclats grandioses d'aventure et d'adversité. Un jeu qui résume à lui seul, 13 ans d'une renaissance imprévisible.
ONYX IRISE D'OR
Wizzy Un bon gros coup de marteau dans la boîte crânienne, suivi d'un empalement thoracique à l'espadon colossal foudroyant. Voilà l'effet que me provoque le jeu après 150 heures. Auparavant, je me refusai à jouer à Dark Souls et consorts, n'aimant pas trop cracher du sang. J'ai fini par succomber avec Elden Ring, et tant pis pour la souffrance, l'univers m'attirait énormément et le monde ouvert me laissait une pointe d'espoir pour souffler entre deux murs de difficulté. Résultat, Elden Ring est rude. J'ai été ce galérien rampant dans la fange et la Malemort. Ce fut un maelstrom de peines, d'épreuves mais aussi de joies immenses. La première est de pérégriner dans un monde incroyablement vaste, la seconde est l'ivresse des victoires (contre Godrick, Radahn, Maliketh, Radagon/la bête d'Elden...). La troisième : l'émerveillement devant des décors et des créatures sortis d'un rêve qu'aurait fait Tolkien en personne. La quatrième : retrouver un feeling à la Diablo II, ce qui a provoqué mon addiction (mort punitive, farming intensif et inventaire à gérer). Je ne peux que m'incliner... Le goût du sang dans la bouche.
ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   eBuyClub
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software