[TEST] Metroid Prime Remastered

Les billets des membres
Répondre
Avatar du membre
Twinsen Threepwood
Messages : 10719

Message par Twinsen Threepwood »

Image

A l'aube de 2023, les Remakes et autres Remastered ont le vent en poupe et les chefs d’œuvres de la GC s’apprêtent à revenir et toucher une toute nouvelle génération de joueurs.

Pendant que certains tronçonnent à tout va sur le remake de Resident Evil 4, que d’autres allument encore un cierge en attendant la compilation des 2 Baten Kaitos, voilà que votre serviteur se jette (comme beaucoup) sur Metroid Prime Remastered.

Oui on l’aura longtemps attendu, très longtemps. Oui Nintendo, je vous hais d’avoir ressorti cette merveille sans prévenir. Oui mais voilà : Prime est de retour dans la place, avec un Remastered de très haut vol, qui rend honneur aux 20 bougies que le jeu vient de souffler. Récit.

Image
C’est reparti pour Tallon IV, plus belle que jamais



Un Remastered ++


Le débat fait rage ces derniers années : qu’est ce qu’un Remastered et qu’est ce qu’un Remake ? Si la notion me semblait clair depuis Resident Evil « Rebirth », force est de constater que la chose semble moins claire avec la nouvelle génération, surtout avec ce nombre incalculable de retours de jeux d’un passé plus ou moins lointain et qui ont bénéficié de plus ou moins de soin.

D’un côté on a la notion de « Remastered », généralement adoubé de la mention « HD » pour désigner des jeux de la 6ème à la 8ème génération (PS2 à PS4 gross modo) : reliftés / rehaussés dans leurs résolutions, gommés de potentiels aliasing disgracieux et bénéficiant pour les plus chanceux de nouvelles textures « hachedées » voire, soyons fous, un framerate beaucoup plus fluide.
Les graphismes et le fond du jeu restent cependant dans l’ensemble inchangés.
De l’autre côté, on a les Remakes, véritables refontes à la fois du fond et de la forme du jeu : le plus célèbre étant RESIDENT EVIL « REBIRTH ».


Image
La 1ère armure de Samus, que vous porterez un court moment au début du jeu



Aussi, à quoi s’attendre avec ce Remastered de Metroid Prime ? Eh bien quelque chose à mi chemin entre les notions de Remake et de Remastered.

Metroid Remastered n’est pas un remake, puisque le cœur de l’expérience est similaire au jeu d’origine sorti sur GC, mais il est aussi plus qu’un simple Remastered fainéant (coucou Naughty Dog).

La raison tient en 2 mots : Retro Studios.


C’est quoi Metroid Prime ?

Si vous ne connaissez pas la saga, je vais faire simple : Metroid est une saga de jeu d’action aventure spatiale dans des univers labyrinthiques.
Initiée sur NES en 1986, la série avait ensuite connu une suite sur Game Boy puis un 3ème épisode d’anthologie sur Super Nintendo.

Depuis lors, la chasseuse de prime Samus Aran avait disparu, et mis en souffrance toute une génération de joueurs qui l’aura attendue durant toute l’ère Nintendo 64.

Image
2 vieux amis qui se recroisent

C’est donc via la Nintendo GameCube et un nouveau venu, Retro Studios, que les fans pourront de nouveaux combattre les Pirates de l’espace et la pire des créatures de l’univers : le Metroid.

Cet épisode "Prime" avait pourtant été au cœur de polémiques avant même sa sortie : 1er épisode non produit en interne par Nintendo, 1er épisode produit par des occidentaux, 1er épisode en 3D et surtout surtout, passage en vue FPS : il n’en fallait pas plus pour que les vieux de la vieille crient (parfois) au scandale.
Et pourtant, Prime est peut être le meilleur épisode de la saga, ou l’un de ses plus brillants étendards, et ce Remastered va vous démontrer que même 20 ans après, le jeu met une pilule à 90 % de la production actuelle. Le signe d’un grand jeu.


Le Pitch

Image
La froide et silencieuse chasseuse de prime Samus Aran, plus badass que jamais.


Après une étape quelque peu chaotique dans l’espace, Aran va donc poursuivre les Pirates de l’Espace et leur menace d’utilisation des Metroid en allant sur Tallon IV, une planète voisine du système ZEBES (Super Metroid).


Image
Les ruines sont emplies d’une atmosphère de solitude enivrante, mais gare au danger qui guette à chaque recoin.


Arrivant au sol, elle découvre les ruines Chozo, ce peuple sage et disparu qui lui a jadis conféré son armure.
Partant à l’exploration de la zone, Samus Aran va découvrir que la planète a subi un cataclysme avec l’impact d’un météore gigantesque, dont les éléments radioactifs ont fait muté toute la faune locale.
L’impact du météore semble cependant recouvert d’un étrange socle protecteur, construit par les Chozo pour "protéger l’univers". Forcément les Pirates de l’Espace, récemment installés sur l’espace, vont essayer de lever cette protection et d’obtenir le pouvoir qui semble se cacher sous ce socle de protection. Quel mal renferme t il donc ?


L’exploration et l’aventure avant toute chose

Image
Les magnifiques ruines Chozo seront votre première étape. Admirez la bioluminescence et le travail sur les éclairages.


Si sa vue à la première personne et son arme énorme pourrait vous dire que l’on se retrouve face à un gros jeu de tir, je le redis : Metroid Prime est avant tout un jeu d’aventure et d’exploration.
Tout est fait, aussi bien en terme visuel que sonore, pour vous donner l’impression que vous êtes réellement Samus à l’intérieur de son armure.

Vous pouvez voir les contours de contours de son casque, les données s’affichant sur sa visière, écouter les bruits de moteur de son armure en tournant la tête, admirer les (magnifiques) effets de pluie de buée ou même de reflets sur la vitre du scaphandre. L’immersion est parfaite et totale.

Image
Des portes de couleurs qui ne s’ouvrent qu’à condition d’avoir la bonne arme élémentaire

Metroid Prime suit en 3D le cahier des charges de ses aînés : vous avancez dans d'un dédale complexe rempli de portes (avec différents systèmes de verrouillages qu’il s’agit de d’obtenir), vous explorez un biome sidérant de vie et vous analysez tout ce qui passe sous le rayon de votre scanner.

Image
Le nouveau scanner est circulaire et sans focale. Toujours sympa mais je préférai l’ancien design.

Image
Exemple d’artwork que l’on obtient en scannant les créatures.


Dans Metroid Prime, il se sert à rien de courir : tout est fait pour que vous preniez le temps de visitez chaque recoin, examiniez chaque pierre, chaque vestige, chaque artefact, chaque animal.
Vous renseignerez votre ordinateur de bord d’une foule d’informations, de détails et de descriptifs en tout genre.
Aucune obligation bien sûr, mais les plus littéraires adoreront lire et découvrir ce travail en sous texte sur le lore qui mérite vraiment le respect. L’univers de Metroid Prime et Tallon IV est dense, cohérent, puissant, enivrant.


Image
Ce planétarium permet de voir le système de la saga Metroid avec plusieurs planètes bien connues des fans.


Un level design faisant autorité

A travers vos pérégrinations, vous allez explorer différentes zones ayant chacune un thème / univers distinct : les ruines boisées, les grottes de lave, les montagnes enneigées, une base alien, etc.

Image
L’accélération en boule morphing vous permettra de vous envoler comme une boule de flipper.


Toutes les zones sont imbriquées les unes avec les autres, et renferment un nombre incroyable de chemins de travers plus ou moins visibles, d’ascenseurs, de grottes ou portails à ouvrir ou exploser.
C’est à la fois grisant et effrayant : Metroid Prime est gigantesque, complexe dans son level design et appelle le joueur à réaliser un nombre incalculable d’allers-retours, à tourner dans tous les sens pour trouver la suite de la progression.

Image
20 ans de thérapie ruinée par mon retour dans les cavernes du Magmoor et sa musique de l’angoisse.


Dès que vous aurez une nouvelle arme, ou une nouvelle capacité (double saut, boule morphing, grappins…), l’aventurier regardera immédiatement la carte en 3D du monde, pour se rendre compte qu’un chemin à l’autre bout de votre position est désormais accessible et ouvre la route vers une toute nouvelle zone inexplorée.

Si le squelette de la progression et les points étapes clés seront les mêmes pour tous les joueurs (imposés par la remise des nouveaux pouvoirs dans un ordre précis), libre à vos cependant d’explorer à votre guise certaines chemins de travers pour obtenir des bonus à tout moment (renforcement d’une arme ou de l’armure, nouveaux éléments de lore, etc).

Image
L’intérieur des vaisseaux est magnifique. Il faut voir comment les portes s’ouvrent.

Tel un petit Ico, Metroid Prime est truffé d’énigmes : certaines relèvent d’une compétence à obtenir ou un peu de jugeotes dans la plateforme, d’autres nécessiteront d’interagir avec les vestiges Chozo.

Image
Un passage avec une mécanique plutôt cool !


Image
Les tunnels en boule morphing vont vous rendre claustrophobique !


Le son a aussi une énorme importance, puisque qu’il vous permettra de repérer bons nombre de trésors cachés derrière un mur ou une statue monumentale : la collection des charges de missiles ou de cellules de santé est grisante quand elle aboutie, rageante, quand on ne trouve pas, mais il ne faut jamais rien lâché !

Image
En obtenant de nouvelles capacités, l’armure de Samus va progressivement évoluer en apparence.

Image
Les recharges de missiles sont très nombreuses ! Vous pourrez avoir jusqu’à 250 missiles sur vous !


Ce qui est fou avec Metroid Prime c’est que lorsque vous pensez avoir rincé une zone, la connaitre de fond en comble et d’en avoir rincé chaque trésor, chaque donnée, chaque item, le jeu vous donne une leçon d’humilité en vous faisant découvrir un nouvel artefact, une nouvelle porte, un nouveau chemin secret derrière un mur qui n’avait absolument pas attiré notre attention auparavant.
Pour cela, la montée en puissance de Samus et l’apport de ses différents scanners va être grandement impactant !

Image
Le socle recouvrant le cratère du météore, rappelle beaucoup la zone des stargates de Turok : Dinosaur Hunter, des mêmes développeurs.


Point amusant : entre ses phases de plateformes très millimétrées, ses passages secrets à gogo et son hub central avec ces statues disposées en cercle, Metroid Prime a une certaine filiation avec Turok Dinosaur Hunter (N64), des mêmes créateurs, du temps où ils bossaient chez Iguana.


Image
La boule araignée vous permettra d’utiliser le magnétisme et d’accéder à de nouvelles hauteurs !

C’est dire la force de Retro Studios, qui a clairement expérimenté la map de son jeu et les réactions psychologiques habitant les joueurs à travers l’exploration. Le monde semble avoir été forgé pour vous alors que c’est lui qui vous ploie (sans vous en rendre compte) à sa logique et ses règles. Chapeau.


Des combats nerveux
Image
Les Pirates de l’Espace se positionneront toujours en embuscade et près à vous attaquer en groupe.


Metroid Prime utilise un système de verrouillage plus que bienvenu, permettant de straffer à loisir auteur de sa cible tout en chargeant son arme. Il n’est pas rare que plusieurs adversaires vous attaquent ensemble et que vous ayez en plus à composé avec le relief qui vous entoure.

Image
Mon nouveau canon de glace à comme jeté un froid


Ainsi, des pirates peuvent vous attaquer du ciel, pendant que des animaux vous attaqueront du sol le tout étant entouré de lave ou de tourelles automatiques assassines : tout un programme.

Image
Ca a l’air calme comme ça mais entre les spores empoisonnées et l’eau remplie d’acide, il faut faire gaffe où vous mettez les pieds.

Tout veut votre mort dans Metroid Prime alors apprenez de suite à bouger dans tous les sens, c’est là que réside votre salut.

Summum de l’expérience : des combats de boss vraiment épiques, bien pensés et équilibrés…Enfin sauf peut être le combat final, franchement ardu mais mémorable !

Image
Les boss sont gigantesques

Comptez bien 20 heures de jeu lors de votre première découverte du propriétaire. Tout dépendra aussi de votre capacité à vous repérer dans Tallon IV et ne pas vous perdre.


Et la technique dans tout ça ?

Image
Les lumières en boule morphing sont à tomber.


J’en avais parlé en ouverture de ce test, Metroid Prime est plus qu’un Remastered classique du terme. Ici on frôle le remake graphique tant beaucoup d’éléments ont tout simplement été complètement modélisés et retexturés. Il suffit de voir des vidéos comparatives pour s’en convaincre : l’armure de Samus, les ennemis, les décors, les lumières, les objets : énormément d’éléments ont un aspect technique plus moderne, moins anguleux, plus détaillé.

La refonte n’a pas été totale, mais pourtant rares sont les moments où le jeu accuserait son âge. On peut le dire et être admiratif : même 20 ans après, Metroid Prime est magnifique. Sidérant.


Image
Mais que c’est beau


Image
Il faudra ouvrir grand les yeux !


Non seulement le jeu se paye le luxe d’être l’un des plus beaux jeux de l’année 2023, mais en plus il peut également prétendre au titre du plus beau jeu de la Switch.

Image
Ce mur holographique propose un effet magnifique…

Image
En vous approchant, vous verrez des centaines de courants d’énergie circuler dans tous les sens !

Image
Il faut voir bouger la diffraction de la lumière à travers la glace : c'est juste magnifique !



Enfin claque parmi les claques : tout comme la version d’origine sur GC, Metroid Prime Remastered nous sert un 60 FPS impérial, aussi bien en dock qu’en mode portable, rendant l’expérience toujours plus impressionnante et immersive.

Chapeau bas à Retro Studios, qui semble avoir réellement repris du poil de la bête avec ce portage, ce qui augure du meilleur pour la suite !

Image
Une phase en boule morphing très sympa

Image
Je trouve par contre certains filtres moins réussis…Question de goûts.



Les ajouts du Remastered : le choix de la jouabilité

Metroid Prime en son temps était une petite merveille d’utilisation de la manette GC : tout le gameplay a été pensé autour de la célèbre manette dessiné par Shygery Myamoto. On tirait avec l’énorme bouton principal, on switchait de canon avec les 4 directions du stick jaune : tout marchait à merveille.

Seul petit point noir (mais qui pour ma part me plaisait beacoup) : on ne pouvait pas regarder autour de soi et se déplacer en même temps. Un élément qui peut semblé lourdingue, même à l’époque, pourtant tout fonctionnait à merveille puisque le système de lock compensait instantanément cette raideur et que les combats étaient dans un champ de vision plutôt horizontal.
Les phases où on levait les yeux étaient donc plutôt pour les temps calmes liées à l’exploration (avec le fameux bruit de moteur que j’adorais quand on tournait la tête).

En 2023, vivre une expérience à l’identique serait compliqué : il faut faire un gros effort de réajustement mental. C’est faisable mais un peu lourd.

Heureusement pour nous, Metroid Prime propose par défaut une toute nouvelle jouabilité, modernisée : similaire au Prime Hack (un Mod fait par des fans que vous pouvez voir ici), elle vous permet désormais de tourner la tête et de vous déplacer en même temps, ce qui rend la (re) découverte très plaisante.

En revanche, côté touche, c’est plus délicat : fini les gros boutons Gamecube, place aux petits boutons de la Switch et un mapping…discutable.
Ici, jouabilité moderne, le stick droit sert à tourner la tête et non à switcher entre les armes.
Si vous devez passer rapidement du tir de glace au tir de feu, il faudra laisse votre bouton sur celui du haut (X) sur le joycon droit et appuyer sur l’un des flèches sur le stick gauche : c’est franchement raide, peu ergonomique et ça vous oblige à vous servir du pouce gauche pour changer d’arme au lieu de vous déplacer. Cela veut dire qu’à moins de vous contorsionner les doigts en crabe, vous allez être obligé de vous arrêter de bouger pour changer d’arme. Pas génial en plein combat mais on s’y fait.

Image
Parfois vous serez plongé dans le noir complet : la vision infrarouge s’avèrera utile pour repérer les ennemis qui vous attendent en guet-apens !


Le jeu propose aussi 3 autres « styles de jouabilité » disponibles :

- le style motion gaming, hérité de Metroid Prime 3 et de la compilation Metroid Prime Trilogy : déroutante au début mais très immersive. Le problème de mapping est cependant toujours là.

- la jouabilité d’origine du GC : le stick droit sert à switcher entre les armes, c’est un pur bonheur … Mais on peut ne plus bouger la tête qu’à l’arrêt, comme à l’époque et les touches des Joycon sont franchement à désirer face aux gros boutons GC.
Sympa quand même mais pour les puristes ou celles et ceux qui n’hésiteront pas à devoir faire un gros réajustement mental.

- Enfin, un style hybride : un 4ème mode de jouabilité proposant une sorte de compromis entre la raideur du style d’origine et le motion gaming façon Metroid Trilogy : utilisant la gyroscopie, ce style m’a franchement intrigué, mais j’avoue ne pas l’avoir suffisament expérimenté pour rendre un verdict : à voir.

Bref vous l’aurez (peut être compris), j’ai finalement décidé de rester sur la première proposition : le gameplay moderne. Cela m’a permis de rester dans des déplacements de Samus et de son regard en même temps et ce de façon tout à fait naturelle, au diapason des jeux modernes...Mais j’ai pesté plus d’une fois quand il fallu que j’envoie de façon rapide un tir + missile (R2 + R1, au secours…) et je ne suis pas convaincu que les plus jeunes joueurs (ou les moins agiles) apprécient pleinement cette configuration.
Bref il faut toutes les essayer pour trouver celle qui correspond le mieux !


Image
Le HUD réglé à fond, mais sans les contours du casque, pour plus d’angle de vue et de confort.


Image
Les éléments mis en transparence pour ne pas se paume et ne pas être trop gêné


Image
L’affichage complètement dégagé d’infos est parfait pour les photos…Faites votre choix !


On régler l’affichage du casque ou du HUD : soit avec un max d’info très visible, soit en transparence, soit vous enlevez carrément tout ! Un paramétrage encore une fois proposé à la liberté du joueur, un confort très appréciable !



Image
Un artwork réalisé pour Metroid Prime Remastered


Côté Bonus, le jeu n’est pas non plus avare avec pleins d’artworks à débloquer (version d’origine ou remastered), des modèles 3D à regarder dans tous les sens ou même l’intégralité de l’OST à écouter !
Plus vous trouverez de trésors, plus le jeu vous débloquera des bonus, alors fouillez de partout et atteignez le sacro saint 100% !

Image
Un artwork d’origine (2003). On peut zoomer sur tous les dessins

Image
Modèle en 3D à débloquer



Conclusion

On l'aura longtemps attendu et rêvé le retour de Metroid Prime, et il aura fallu attendre l'anniversaire de ses 20 ans pour que Retro Studio (qui renait de ses cendres de la plus belle des manières) nous livre un Remastered digne de ce nom.

Entre les innombrables améliorations graphiques et les 4 styles de gameplay proposés (et la pléthore d'options), on est devant un quasi remake ! Impérial côté technique, servi par un 60 fps de toute beauté, le jeu sidère par la modernité de sa réalisation et la force de son level design, inchangé, mettant encore aujourd'hui une mandale à tout joueur qui se respecte.

Profond, dense, immense, bourré d''éléments de lore et d'un level design à faire jouir Dédale en personne, Metroid Prime impose tout simplement le respect par l'intelligence et le savoir faire de sa proposition. Nous sommes clairement devant un chef d'œuvre qui aurait pu sortir hier et qui fera encore autorité demain. Jamais plongée dans Tallon IV n'aura été aussi prenante et grisante. Servi par une bande-son inoubliable, une durée de vie excellente et un gameplay aux petits oignons (mais avec un mapping des touches discutables), Metroid Prime demeure au panthéon. Bravo !
Modifié en dernier par Twinsen Threepwood le ven. 31 mars 2023 19:47, modifié 2 fois.
Avatar du membre
Blondex
Modérateur
Messages : 10652

Message par Blondex »

Test très complet, encore une fois ! 8)

On n'attendait pas d'un Remastered de révolutionner quoi que ce soit. Simplement de rappeler que Metroid Prime est toujours un chef d'oeuvre 20 ans après. Mais comme tu le soulignes, Retro Studios a finalement bien apporté une nouvelle révolution ici : proposer une refonte graphique complète, sans rien trahir du jeu d'origine, comme pour souligner qu'avec une réalisation actualisée, le jeu reste un modèle.

Le choc visuel pour moi, c'était les ruines Chozo : l'atmosphère y est encore plus mystérieuse, avec un jeu de lumières magnifique, et un travail sur les textures particulièrement subtile. Ce travail, on peut aussi le voir dans les autres zones bien sûr (notamment Phendrana), mais c'est vraiment arrivé dans les Ruines Chozo que j'ai reçu une bonne claque.


Pour ajouter une précision sur les contrôles : je comptais au départ rester puriste et utiliser ma manette GameCube via l'adaptateur officiel, mais elle n'est plus tout à fait adaptée au remastered (non prise en compte des gâchettes L et R). Impossible également d'activer le Menu, puisque le bouton (-) dévolu au menu n'est pas affecté à un bouton de la manette GameCube... Du coup, au placard.

La maniabilité au joycon reprise de la version Trilogy est elle aussi une déception : il faut tout le temps recalibrer la visée, la faute en revenant à la technologie employée sur Switch, qui ne se sert que de la gyroscopie. Dommage, on ne retrouve pas la précision de la maniabilité à la wiimote.

Je me suis finalement rabattu sur la 4ème, l'hybride, qui se joue globalement comme la classique (ciblage automatique), à ceci près que la gyroscopie est utilisée pour la visée manuelle. J'y ai trouvé mon compte et ai adopté cette maniabilité.
Avatar du membre
Twinsen Threepwood
Messages : 10719

Message par Twinsen Threepwood »

Merci pour ton retour (et tes corrections!)

Effectivement, le style hybride a l'air d'être un bon compromis et ton retour m'incite à m'y atteler au cours d'un NG+ !

Pour la DA je te rejoins complément : chaque zone a son charme mais les ruines Chozo sont définitivement ma zone préférée pour les mêmes raisons !
Avatar du membre
Iglou
Messages : 2070

Message par Iglou »

Super papier de ta part Twinsen.

Je suis totalement d'accord comme quoi le gamedesign et le level design fait toujours aussi forte impression aujourd'hui. Quand je l'ai fait pour de vrai en 2020, j'avais été sur le cul par la modernité du jeu quasiment 20 ans plus tard et est devenu depuis quelques un de mes meilleurs jeux de tous les temps.

Par contre pour la jouabilité, ha ha vous êtes dur, celle au stick est quasi parfaite, en dehors du boutons X a appuyer pour changer de canon, ça prend une sec.
Modifié en dernier par Iglou le lun. 01 mai 2023 19:49, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Twinsen Threepwood
Messages : 10719

Message par Twinsen Threepwood »

Merci pour ton retour et ta lecture.

Effectivement plus j'y pense que je crois que préfère y jouer de façon classique avec le pad GC.

Là j'ai justement pu comparer un peu : c'est chiant de plus pouvoir bouger la tête mais le switch élémentaire est telleeeeeemment plus intuitif !

Après je chipote.
Avatar du membre
PXL
Messages : 1079

Message par PXL »

J'ai pas lu parce que c'est trop long et j'ai pas le temps en ce moment. Peut-être la semaine prochaine. Mais il y a de très belles images 8)
Répondre