RESIDENT EVIL  
Suggestions
NON !
Kim Déjà il faut aimer le genre, déjà il faut aimer cette 3D ultra pixelisée de chez les 32-bits, déjà il faut aimer l'ambiance... cela fait beaucoup de "déjà" ! Pour moi, c'est "déjà" trop. Dégommer du zombies en veux-tu en voilà, je n'aime pas trop ça. Jouer dans des conditions comme celle-là, à base de bouillie de pixels et autres polygones affreux, encore moins. Cela fait déjà (et oui, encore !) trop de mauvais points. Je le dis haut et fort, je n'aime pas cette 3D, qui reste pour moi, de l'ordre de l'expérimentation dans le monde merveilleux du jeu vidéo. Dans l'ère 32-bits, seuls les jeux de bagnoles, bénéficiant de cette technologie, arrivent à sortir la tête de l'eau. Pour exemple, dans ce Resident Evil, votre personnage se déplace bizarrement : pas à pas, car il faut y aller à patte de velours dans cet univers, au risque de se faire mordre violemment sinon, il marche doucement, une jambe après l'autre mais l'animation ne suit pas, surtout vue de loin. On dirait vraiment que chaque membre est indépendant et qu'à chaque mouvement, les pixels rejaillissent. Dans quelques années peut-être, mais pour l'instant, très peu pour moi, du fait aussi que je n'aime pas le genre...
OUI !
Wizzy Oui, la 3D d'antan a vieilli et peut rebuter aujourd'hui, mais cette adaptation de Resident Evil sur Saturn mérite vraiment un grand "oui" tant elle est fidèle, point par point, à la version Playstation d'origine. Si je n'ai jamais trop adhéré au maniement un peu raide des premiers Resident Evil (Code Veronica inclus), avec un perso manquant sérieusement de souplesse dans ses déplacements, force est d'avouer que Resident Evil, premier du nom, est un modèle du genre Survival Horror. La difficulté est celle des jeux d'antan, impitoyable. Avec des munitions limitées et des zombies qui aiment vous prendre par surprise, ce jeu distille une vraie tension, une peur continue, réelle. Rien que pour ça, ainsi que pour cette aventure entre action et réflexion pleine de rebondissements, ce jeu vaut le détour. La mise en scène, avec des angles de vue fixes qui rappellent ceux des films de zombies de Romero, et ces battements de coeur tétanisants, est toujours aussi efficace. Resident Evil est un classique et sur Saturn, une conversion parfaite. Que demander de mieux ?
VOUS ENTREZ DANS L'HORREUR
PXL Ce jeu fait partie intégrante de l'histoire vidéoludique. Ce n'est sans doute pas le premier survival horror, mais c'est celui qui en a vraiment exploité le potentiel. Chaque ouverture de porte nous fait frissonner. Chaque bruit inopiné nous fait sursauter. Et le palpitant s'accélère quand les ennuis s'amoncellent. Le premier Resident Evil m'a fait peur, je n'osais plus allumer la console à l'époque, ce qui fait que je ne l'ai finalement terminé que très récemment. Et j'ai pu m'apercevoir que ce soft est quand même très difficile. Les munitions sont rares, les soins encore plus, et les sauvegardes anémiques. Un code Action Replay m'a été salutaire pour en voir le bout. Le jeu est très long, et sa difficulté s'accroit avec l'avancée dans le scénario. Scénar qui aurait pu en faire un nanar, mais ses suites le sauvent et le rendent crédible. Resident Evil était et reste une valeur sûre. La version Saturn, en deçà, graphiquement, offre un mode de jeu bonus. Reste des sauvegardes rapides et des temps de chargement légèrement plus courts.
ConsolesPlus.net   1UP   Retro Kidz   Jeux Classiques   eBuyClub
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software